mercredi 25 juin 2014

Oli Day !

Fiou, c'que j'ai hâte de partir en vacances, là ! J-2 ! YOUHOUUUUUU !
Je me fais une petite tournée dans le plus ou moins sud de la France, un truc de derrière les fagots ! Le programme ? 

Une semaine dans un gîte près de Grignan, avec une de mes meilleures amies dont la plus belle qualité est très probablement sa Constance tranquille à toute épreuve (hihihi, c'est aussi son prénom, mais chuuuuut, dites-lui pas que je vous l'ai dit, sinon elle me le fera payer dans la piscine !)
Ensuite, mon papa et ma belle-maman m'emmènent : 1) deux jours chez des amis à eux qui nous accueillent chaleureusement à "Saint-Tropeeeeeez, quoi", où on va faire du bateau, retenter le ski nautique (si je me plante en pleine vitesse, fort probable, je le crains, c'est lavage du trou de pet assuré) mais surtout se la jouer Paris Hilton et ses amis Sous le Soleil. Toutefois sans le Magnum de champ' pour délester son body de l'eau salée, ni le ken plein d'abdos mais rien dans le cerveau, le Spiderman en slip qu'il doit avoir super chaud, les seins qui permettent un tel maillot ou encore les têtes de culululu qui décorent la photo. 2) Cinq jours sur la (petite) Motte, dans une jolie maison en retrait de la côte, repérée par mon papa il y a quelques années déjà. Un petit coin de paradis. On y jouit... (oui oui) ... d'une vue magnifique, d'un cadre apaisant, du bruit des grillons et du silence des agneaux (ou pas). Avec une énorme pensée pour notre Olivier qui appréciait y déguster des olives du marché.

3) Une semaine à Issirac, dans une grande bâtisse avec le groupe de chorale de ma belle-maman. Vingt-cinq personnes de 25 à 80 ans, liées par la musique, d'une amitié sincère, simple et touchante, comme on en voit peu de nos jours. Bref, un bon cocktail d'instants de détente et de réconfort, que je compte bien savourer pleinement. Elle est pas belle, la vie ?

lundi 23 juin 2014

(Feeling) Unhappy (anniversary)

Aujourd'hui, cela fait aussi un mois, jour pour jour, que mon grand frère Olivier a été enterré au paisible cimetière de La Hulpe.

(Feeling) Happy (anniversary)

Aujourd'hui, cela fait deux mois, jour pour jour, que j'ai commencé à écrire sur mon petit blog thérapeutique qui est à quelques clics d'atteindre les 20000 vues. Merci à vous, chers lecteurs, chères lectrices. Unexpected. Touchée.


Cheveu d'ange

First, je vous invite à écouter ceci.

Question : depuis combien de temps n'ai-je plus lavé mes cheveux, à votre avis ?


sɹnoɾ 0Ɛ : ǝsuodǝᴚ

Le No Poo. Vous connaissez ? Pour y parvenir, la patience est le maître-mot. Ce que je n'ai pas. Et pourtant...

Le but : bazarder les produits chimiques pour faire plaisir à son porte-feuille et respecter l'environnement et sa touffe capillaire. Et surtout, se simplifier la vie en ne se lavant la crinière qu'une fois par mois ! Un moment de célébration que je m'amuse à appeler la Cérémonie du Cheveu. Pas cher, sain, facile et efficace !

Si vous voulez vraiment en savoir plus sur cette technique, Antigone XXI répond à toutes vos questions ! Elle dééééééchire, c'te meuf. Sceptiques, allez lire, je vous prie.

Mais avant d'arriver à mon niveau (j'suis fière, ouais ouais), il vous faut impérativement : 

* Acheter une brosse en poils synthétiques
* Espacer vos shampooings (selon la méthode d'Antigone XXI)
* Remplacer votre shampooing dégueulasse par une recette à base de rhassoul (si no poo fréquents, ce qui est le cas au début, voir le blog d'Hélène à ce sujet) ou par du bicarbonate de soude extra-fin (si no poo une fois par mois, yihaaa, à ce stade-là, le plus dur est fait), sans oublier l'eau de rinçage avec du vinaigre de cidre

Bon, moi j'avoue que je n'ai pas réussi à espacer - graduellement et dans les règles de l'art - mes soins d'entretien de ma "chevelure-dorée-de-graisse-à-cuire-des-frites", passant direct de 3 à 9 à 12 à 22 à 30 jours et que j'ai opté sans transition pour la recette à base de rhassoul. Hum. Impatiente, oui.

Du coup, ce n'était pas super confortable au début, mais je n'ai pas perdu d'amis et ça m'a appris à avoir un autre rapport à mon apparence extérieure et aux autres, parce que finalement, les cheveux, ce n'est pas ce qu'il y a de plus important. Ben oui, parfois mes cheveux sont superbes que toutes les filles se les arracheraient bien, et pourtant, je ne souris pas. Or, si je ne montre pas les dents, cheveux soyeux ou pas, autant vous dire que je ne peux rien espérer de bien. Un compliment, un verre, un tchat ou plus si affinité, me passent littéralement sous le nez !


Ma recette miracle : rhassoul + vinaigre de cidre + eau de rose + huile d'argan + quelques gouttes d'huiles essentielles (romarin, Ylang Ylang, Tea Tree ou Sauge Sclarée, selon les besoins, comme indiqué ici).

Et si j'ai le temps et le courage, avant mon no poo, je fais un masque à base d’œufs (avec une préférence pour les recettes 1 - 2 - 3 - 10) ou un bain d'huile d'argan, la veille au soir et pendant toute la nuit, plus d'infos ici.

Et voilà, quoi ! Who wants to try ? It works !

PS : je connais un super fournisseur qui est prêt à me vendre des produits en gros, naturels et de qualité (beurre de karité, eau de rose pure, huile d'argan, rhassoul... pas cher, pas cher !), si vous êtes de Bruxelles ou du Brabant-Wallon et que vous désirez prendre soin de vous autrement (cheveux, visage et corps, ce sont les mêmes produits pour tout, c'est ça qui est bon), n'hésitez pas à faire partie de mon GAI (groupe d'achat intelligent). Un comment ou un MP sur FB fera l'affaire pour démarrer ;)

dimanche 22 juin 2014

Papillonnons, une fois !

Halalalalalalala... La vie, quand même. Un long fleuve rarement tranquille.
Il me faut écrire des trucs, là. Faire un peu le point. Alors Valou, où en es-tu ? Que désires-tu ?

Repartir à zéro. Tout recommencer. Depuis le début.  

Fin juillet, cela fera un an et demi que je travaille sur moi-même, en équipe avec mon Roi Albert, un vieux sage charismatique aux méthodes radicales qui se présente très justement comme un pédiatre pour adultes, rien de plus. Ce mec est génial. Il m'a d'abord déprogrammée, en décortiquant avec moi tous les mécanismes psychiques qui m'avaient construite ou plutôt... détruite. Une première phase longue, douloureuse, difficile et fastidieuse. Souvent, j'ai voulu tout arrêter. Mais non. Il fallait s'accrocher. 

Une fois le lavage de cerveau terminé, le formatage de mon disque dur naguère saturé et plein de virus achevé, place à la reprogrammation, à l'action, aux prises de décisions. Sur de nouvelles bases. Solides, cette fois. Le plan est donc le suivant : dégager les quelques démons qui persistent à m’enquiquiner (le doute, la peur et leurs amis), me défaire des réflexes qui me paralysent et en créer d'autres plus porteurs. Bref, me libérer des chaines qui m'empêchent de rire, chanter, m'amuser, sortir, découvrir, rencontrer. Pas à pas. Sans aller plus vite que la musique, ni mettre la charrue avant les bœufs.

Et là, je propose de me comparer à une nymphe. Non pas cette jolie femme qui inspire les plus grands artistes, hein, mais bien celle qui "représente le stade du développement intermédiaire entre la larve et l'imago lors des mues de métamorphose de certains insectes". 

Prenons le cas de la chenille. Comme expliqué ici : "Après avoir emmagasiné suffisamment de réserves, la chenille est prête à subir une nouvelle mue qui, cette fois, sera une métamorphose complète. La chenille doit d'abord trouver un endroit propice à sa transformation : le cocon. Le cocon constitue un excellent abri pour la chrysalide. Il ne doit cependant pas être trop solide, sinon l'adulte ne pourra s'en échapper. A l'intérieur de la chrysalide, de grands changements s'opèrent : l'insecte parfait qui en sortira sera une créature bien différente de la chenille. Enfin, la chrysalide découpe le cocon laissant s'échapper un papillon". 

Tadaaaaaaaaaam ! La chenille que je suis a choisi de faire sa mue à La Hulpe, dans le cocon familial. Fini Ixelles, ma belle. Fini également avec mon prince toujours aussi charmant. Reporté le départ en Asie... Pour le reste... Qui vivra, verra !

mercredi 4 juin 2014

Psioplanet

Les amis, l'heure est grave. Ça fait deux jours que je me shoote aux lunettes Psio. Naaaaan ! Quelle addict, je fais ! Mais bon. Inutile de me faire la morale, sachez que je ne m'en sèvrerai pas tant qu'elles me reprogrammeront à l'endroit quand je me mettrai la tête à l'envers, à coups de pensées négatives, d'angoisse ou de doute, du fait d'un truc qui me traque quand je croque du trac ou craque pour du troc de crack... HOULAAA, STOP ! Je m'emballe. Effet secondaire ?

Bref. Rien de tel qu'un petit "Carmenita" de 4 min afin de déverser les quelques larmes que je contiendrais à tord ou un plus long "Joy of Life" de 40 minutes pour voyager dans mon subconscient, tout en perfectionnant mon anglais. 

Such an experience ! En gros, tu te couches (dans ton lit ou dans ton bain ou sur ton tapis de yoga ou dans ton jardin), enfiles ta paire de Psio sur le nez, mets les écouteurs dans tes oreilles (bah oui), règles l'intensité lumineuse et le volume à ta sensibilité, branches la musique de ton choix en fonction de tes besoins et BAM BOUM BIM BADA BOUM BOUM BIM, carton plein !

Je suis trop contente d'avoir enfin trouvé un moyen ultra simple, efficace, non toxique et trippant à la fois qui m'aide à me relaxer, m'endormir, stimuler ma créativité, favoriser ma concentration ou encore méditer sans avoir à intégrer une secte ou un cours bien trop cher quand t'es sans le sous. Du bon son, quoi. Des instruments, des voix, du bruit, parfois les trois, colorisés semi-manuellement afin de procurer l'effet recherché !

Perso, j'envisagerai bientôt des usages dérivés de ce gadget ingénieux et thérapeutique comme... danser en boite de nuit (en plein jour ?) sans passer par la case "sueur d'inconnu(e)s en chaleur" ou encore faire du vélo d'appart en mode spinning amélioré. Enfin voilà. Je tenais à remercier ma petite sœur, grâce à qui j'ai découvert la planète Psio, en février 2013, quand j'étais clairement sur la planète Mars.  

? (2)

Comme vous pouvez le lire, chers amis, je me remets doucement à faire du sport, mais pas que. Je reprends pas à pas, et non sans grande difficulté, la chouette routine bruxelloise que j'avais laissée avant de partir en Asie. Ainsi, hier, pour la première fois, je suis retournée au cinéma voir un film dingo d'Audrey Dana, révélateur de notre époque et de la place parfois inconfortable de la femme occidentale - onze ici, dont Vanessa Paradis et Laetitia Casta - de plus en plus éclairée face aux hommes, avec un humour décalé et osé après avoir :

- fait un coucou à mon ancienne équipe de chez Poivre et Sel
- mangé un magnifique plat du jour végétarien chez God Save The Cream
- acheté mon litre et demi de Spa Reine
- vu un conseiller Base pour qu'il m'explique pourquoi mon Smartphone (le même que celui de James Bond) fait le con avec moi.

Ensuite, je suis rentrée à pied et sans parapluie, toujours avec ma sœurette, vers le chemin de l'appart, sous une pluie torrentielle. Comme en Asie, mais sans la chaleur. Hum. On est passées par mon magasin bio préféré pour faire les petites courses basiques pour mon frigo (enfin !!!), avant de rejoindre (encore) mon papa et ma belle-maman dans mon bistro préféré pour un bon jus d'oranges pressées. De quoi me redonner un coup de boost suffisant pour aller manger chez Bol et Baguettes avec mes amies, malgré l'extrême fatigue, le temps gris et la déprime de me rendre compte que je ne verrai plus jamais mon frère en vrai.

?

Everyoooooone ! How are you ? What are you doing, noooooow ?

Well, moi je suis réveillée. Comme souvent en pleine nuit, pour le moment. Réveillée par un combat, un dialogue obsédant voire fiévreux entre mon conscient et mon inconscient.


Mon inconscient, à 2h30 : "Eve, lève-toi et danse avec la vie !" (version Emma et Anne-Laure de la Star Ac). Ce qui signifie en fait : "Val, si tu veux danser dans ta tête (comme Céline Dion il y a longtemps) ou sur ta tête, alors écris ce qui y trotte !" Mon conscient pas content répond alors : "Go fuck yourself, I need to sleep !" Sauf que dans ce genre de guéguerres de plus en plus fréquentes, c'est mon inconscient qui a le dernier mot, parce que si je n'écris pas, je ne m'apaise pas et donc je ne dors pas. Or le sommeil fait partie de ces quelques choses essentielles, nécessaires et non négociables qui maintiennent en vie et en équilibre et qu'il me faut apprivoiser à nouveau, coûte que coûte.


Ce qui m'amène à vous écrire que... depuis que je suis à la lettre les sornettes de Gimini, il se passe des trucs... incroyables !

L'autre jour par exemple, je me suis retrouvée à courir aux Étangs vers 3h30 a.m. Je me sentais lourde d'avoir trop mangé la veille au soir, avec mon papa et ma belle-maman dans mon bistro préféré (mea culpa, je n'ai pas respecté le grand principe de la chrono-nutrition qui clame qu'il vaut mieux manger comme un pauvre le soir, notre corps étant moins apte à digérer à ce moment-là de la journée). Bref. Ce faisant, j'ai rencontré un héron, un renard, des canetons et un taxi vide dont le moteur tournait (ce qui m'a fait rentrer chez moi d'ailleurs. Faut pas tenter le diable non plus). Puis j'ai sauté à la corde dans ma rue déserte. 


Voilà, c'est pas du tout ce sur quoi j'avais l'intention d'écrire mais c'est sorti donc c'est qu'il le fallait. Y a pas vraiment de chute, ni de titre. Vous m'en voulez pas ? ;)

lundi 2 juin 2014

Paradis sur Terre

My quote of the month : "Crisis (d'angoisse) over, game on, who's in ?"


The Song of my month : "Pourtant" (Vanessa Paradis)

Extrait des paroles : "Tu me demandais hier, ma vision du bonheur, et bien chaque jour elle est plus nette, il ne me fera plus peur (...) Les mots sont, les mots font, les mots disent, les mots roulent, les mots coulent, sur un fil, moi je laisse ces microbes, ces missiles aux bavards, aux poètes, si possible"

(Autres mots-clé : air de rien, paix, peur, amour, brindilles, feu, vie secrète, pourtant, je t'aime, drôle, modes, recettes, boite, cœur, sacrifice, vertige, chaleur, etc.)

Likes : nature & circulation, modernité & tradition, music & silence, couleurs & noir & blanc, english & français, rires & pleurs, Monroe & Hepburn... ou les contrastes de ma vie qui font que chaque jour est une nouvelle aventure.

#ToBeContinued 


Pense-bête compliqué


- Me renseigner auprès de Carole pour la formation Mind Mapping ou demander à Pierre
- Ecouter très attentivement M et Stromae et Jacques Brel !!!
- Voir formation en : claquettes, danse classique, hip hop, chinois, cuisine bio, herboristerie
- Organiser mon pense-bête compliqué
- Demander à David une copie d'un de ses collages
- Contacter Béatrice Delvaux, Stromae, Ellie Goulding et la rédactrice en chef de Body Talk, Vif l'Express
- Demander à Cécile son livre philosophique + me (re)procurer le Monde de Sophie, Jostein Gaarder
- Espérer que Wearethewords me recrute
- Recharger mon téléphone (batterie + crédit)
- Payer ma part des factures
- Payer le reste de mon workshop Blogcademy prévu à Berlin et voir si pas moyen d'être subsidiée ? Demander à Bastien ou téléphoner au 1819 et booker le trajet
- Contacter Stéphanie du 1819, pour avoir le contact du Relais du T., histoire de postuler spontanément en tant que bloggeuse et/ou serveuse et/ou RP et/ou événements
- Demander à travailler chez Tan ou dans le magasin Rue de Flandre, contact via Barbara, je crois
- Faire un back-up de mes données sur disque dur externe
- Contacter Pascal pour le festival de Jazz (via papa)
- Me renseigner par rapport à des chouettes agences de pub ou événementielles sur Bxl car envie d'écrire des slogans percutants, en collaboration avec des gens créatifs
- Prendre contact avec les personnes herboristes et les aromates et bio-bobo que je connais via via
- Me renseigner sur la formation de Louise
- Aller au consulat d'Italie pour améliorer gratuitement mon italien
- Me procurer des livres, films, dessins animés Néerlandais niveau 1 tout en travaillant sur Wallangues
- Contacter Mathilde
- Téléphoner à Max, l'agence de voyage, blog
- Aller chercher mes affaires de peinture chez maman
- Aller chercher mes vêtements chez Caro
- Me domicilier à Ixelles
- Me procurer un abonnement téléphone avec Belgacom
- Aller nager à Uccle
- Jouer au badminton avec Pauline
- Organiser un brunch chez Emile avec la famille moderne
- Mettre sur mon blog l'article sur l'imagerie + l'introduction du livre "La Femme Solaire"
- Téléphoner à Jennifer d'Ichec PME Start
- Dire à mon papa qu'il y a un commerce à remettre juste à côté de chez moi
- Dire à mon meilleur ami qu'il y a un appart à louer juste en face de chez moi
- Retravailler ma voix, un peu chaque jour (respiration, muser, pour commencer)
- Refaire des jus de légumes et m'acheter des cotons, des bouteilles d'eau, du lait de soja
- Demander à Papa qu'il prenne avec lui mes affaires de peinture qui sont chez maman
- Tél à Corentin pour avoir les infos quant au programme qu'il fait
- Tél à Bastien pour lui faire part de mes besoins matériels, professionnels, etc. histoire qu'il me tuyaute et lui répondre quant à mon contact au Costa Rica
- Dire à mon ancien bassiste qu'il faut qu'il regarde cette vidéo de Jean-Pierre
- Téléphoner à Olivier qui aimerait me rencontrer pour des raisons professionnelles, lui soumettre mes idées, notamment celle de la prospection d'un marché à l'étranger via la région
- Contacter Antoine et Charlotte
- Répéter "Il y a" de Vanessa Paradis, avec David
- Enregistrer In the swing of things, avec l'autre David
- Trouver quelqu'un de pointu en électro et en beats complexes à la James Blake
- Retourner dans mes interviews, retranscrire celles qui me manquent, reprendre des citations, dont celle de Julia Stone et son livre sur la physique quantique
- Faire mon book d'articles rédigés quand j'étais à Modzik
- Mettre sur mon iPad tous les livres que j'aimerais lire (voir liste sur Google Drive)
- Monter ma vidéo sur Jean-Paul Gaultier
- Monter ma vidéo Pour La Gloire
- Organiser des moments "C'est pas sorcier", culture générale, histoire (Pauline, Mathilde ?)
- Organiser un groupe de lecture (Maud, Barbara ?)
- Reprendre le groupe cuisine
- Retourner au cinéma voir ce qu'il s'y passe de bon
- Demander à Olivier qu'il m'aide à formater mon pc bien trop lent pour le moment
- Faire la liste des musiques, livres, films, artistes, villes que j'aime et conscientiser pourquoi
- Mettre en forme physique mon poème pour Emile et le déposer quelque part d'insoupçonné, haha
- Ecrire mon livre bizarre et le déposer sur la place Flagey, observer qui le ramassera et voir ce qu'il en adviendra, via une page facebook ou mon blog
- Mettre par écrit mes différents projets à court terme

Tchin tchin !

Très cher Emile.

Ce poème, 
Je te le donne en mille.

En tes lieux, 
je ne me fais pas de bile.

Tu m’ouvres la porte,
Quand je revis Tchernobyl.

Si je perds la Boule, 
Tu m'épargnes une Bill.

Tu me fais rigoler, 
Dans les moments difficiles.

Entre tes murs, 
Je trinque, je chill.

Ceci étant dit, 
Chez toi, je file !


Signé Lucile, 
Une fille fragile

La mécanique de l'infiniment petit

Faisons marcher la machine du dédoublement du temps, conscientisons notre inconscient, percevons l'imperceptible. Grâce à notre corps énergétique, celui qu'on n'observe pas mais avec lequel on dialogue constamment. Fonçons là où notre cœur, notre corps nous dit d'aller. Pour cela, arrêtons d'être ambivalent. A toute question posée, une réponse : "oui" ou "non". Mais pas "oui mais non". Rêvons et utilisons nos rêves. Interprétons-les. Créons notre monde. Suivons nos intuitions. Faisons à autrui ce que nous aimerions qu'autrui nous fasse. Il sera alors possible d'avoir une responsabilité dans le bonheur des gens. Fabriquons ce qui nous permet de mieux vivre. Telle est la mécanique de l'infiniment petit. Merci à un grand sage de notre temps, Jean-Pierre Garnier Malet.

Crotte !

Oh my God, j'ai péché. Mon vœu de silence n'a duré qu'une soirée et une matinée. Au lieu des trois jours initialement prévus. Bah oui, ma mammouth m'a appelée et ça, j'avais pas calculé. Je ne pouvais pas ne pas lui répondre :) 

Je n'ai pas non plus rangé l'appart, ni été courir, ni été au cinéma avec mon super pass. Par contre, j'ai trop bien dormi (ça faisait longtemps), bu un jus de légumes et puis... j'ai beaucoup écrit. Ça me détend (sauf les épaules).

Et là, j'ai encore du temps devant moi, donc dès que j'ai un peu digéré mes falafels et mon taboulé, je m'en vais jogger ! Promis juré !

Flexi-Girl : "Y a que les cons qui ne changent pas d'avis".

Interview-portrait chinois, d'artiste, de moi

(Coming soon)

Lettre de motivation

Hello à tous,

Comment allez-vous ?

De mon côté, c'est difficile.

A ce jour, j'ai décidé de ne pas repartir en Asie fin juillet, même si j'en avais grandement besoin pour me retaper de ma dépression profonde.

Je compte rester à Bruxelles afin de me reposer, voir mes amis et la famille avant de rejoindre le Sud de la France jusqu'au 15-20 juillet, auprès de mes proches de là-bas.

Ensuite, le plan idéal serait de trouver du boulot, au premier jour d'août. N'importe quoi qui me permettrait de garder mon calme, mon appart que j'aime et de sortir de ce foutu statut d'arrêt maladie. Car je suis triste, en colère et extrêmement fatiguée, mais plus malade.

J'ai de bonnes choses à revendre (de l'amour, des mots, de l'amour des mots et bien d'autres compétences) donc si vous entendez quoi que ce soit qui pourrait me convenir, étant donné mes attentes, merci de m'aider et de me faire part de vos bons vœux mais surtout de vos tuyaux.

Je vous en serais super reconnaissante. Rien de tel que de faire jouer son réseau. Or là, c'est le moment, c'est l'instant, à vous de jouer !

Je vous fais confiance, plein de bisous et vous dis d'avance merci et à bientôt :)

(Festi)Val malgré les circonstances atténuantes.

dimanche 1 juin 2014

What's next ?

Bon. J'ai mille et un projets mais il me faut commencer par le début. Pour les trois jours qui viennent, voici le plan.

1) URGENT !

- Défaire ma valise
- Remplir mon frigo de fruits et légumes bio au minimum et m'acheter des bouteilles de Spa Reine
- Nettoyer et ranger l'appart



2) IMPORTANT !

- Me taire pendant 3 jours au moins pour récupérer ma voix qui a trop parlé, trop hurlé et qui aimerait rechanter et s'exprimer mais de façon plus peace, en pensant à respirer entre les phrases (sinon les nodules gonflent et ce n'est pas le but). En mode MUTE, comme ma grande amie Typh Barrow le fait souvent. Une première expérience pour moi. Je me demande quel est mon rapport aux choses quand je ne parle pas. J'espère que ce moyen me permettra de retrouver un peu de calme et de sérénité dans ma tête qui bouillonne.



- Déplacer mes retrouvailles avec mes amis et ma famille à la semaine prochaine, parce que ça va être frustrant de se regarder dans le blanc des yeux sans rien pouvoir se raconter, bien que parfois le silence en dit bien plus, selon moi.
- Faire des activités détente qui ne requièrent pas la parole : retourner dans les salles obscures de l'UGC, en journée ou en soirée, flâner dans mon bar préféré, en face de chez moi, avec un bouquin, un thé, un cava, mon iPad, un carnet et un bic, selon les envies du moment
- Me remettre à faire du sport comme aller courir près des étangs, dans le bois, la forêt ou au château avec mon papa et les "Tendons détendus" et nager dans la superbe piscine non loin de chez mon roi Albert
- Refaire du yoga (la salutation au soleil + les 12 postures de base) une fois par semaine minimum, chez moi.


3) CONCRÈTEMENT !

Lundi : 

Jogging aux étangs
Courses "kit de survie" chez Dolma (eau, fruits et légumes pour mes jus, lait de soja, tofu, yaourt nature, chocolat noir, autre ?) 
Rangement valise et appart
Allez à vélo à l'UGC Toison d'or
Bistro d'en face avec mon bouquin "La Femme Solaire, la fin de la guerre des sexes" de Paule Salomon

Mardi : 

Yoga à l'appart
Ciné UGC
Admin : me renseigner auprès de ma mutuelle pour mes allocations + assurance annulation vol de retour Singapour - Bruxelles
Bistro d'en face

Mercredi : 

Jogging au bois
Ciné UGC ou synthèse des essais que je lis pour le moment
Bistro d'en face

Allez, Val. Tu peux le faire. One step at a time. Focus. Vif. Haha. Hihi. Hoho.