dimanche 28 décembre 2014

Smile !


Wouhou ! Le grand envol approche, dans quelques heures, bye bye Bruxelles, à moi Bangkok ! Yihaaaa, je suis super excitée :) Ma valise est prête, mon Smartphone, full of great music et je me sens bien. What else ? Prête à profiter un max ! Des bisous à tous et à bientôt pour de nouvelles aventures, encore plus foooooolles !

mercredi 24 décembre 2014

F****** Merry Christmas

Papa est parti vers le Sud de la France avec Belle Marianne, après avoir fêté un Noël au soir du 23, dans une ambiance sereine et conviviale. J'ai reçu tellement de chouettes cadeaux, je n'en reviens pas : un Power Circle (l'accessoire Pilates number one), un petit appareil photo pour mon voyage, un joli haut Vero Moda, du bon miel, du risotto aux truffes, des gants, un bonnet, un foulard et j'en passe... Pourrie gâtée ? Non. Bien gâtée ? Oui. Autant de belles et justes intentions qui ne finiront pas à la brocante dès l'an prochain, pour une fois, héhé ! Pour leur cadeau de Noël, j'avais emmené le paternel et la jolie maman à la magnifique pièce "Intérieur Voix", par Delphine Salkin, au Rideau de Bruxelles, après quoi nous étions allés manger africain, le soir du 9 décembre. Hier, j'ai passé la journée chez ma cousine Anne-Cath et sa famille (à 10h, jogging avec les enfants suivi d'un moment musical autour du piano et d'un repas de midi bio comme je les aime tant - soupe au cresson passée au blender et salade de blé, suivies d'un bon thé et de... chocolaaaaaaaaaaaat, bah oui - puis discussion autour d'un bon petit feu chaleureux). Puis, après avoir refait le monde avec Mamita, j'ai fêté Noël avec Carolinette, Mammouth et Ricou alias le petit bouddha. La soirée a commencé au cinéma de l'UGC Toison d'Or. J'offrais le ticket pour La Famille Bélier, film durant lequel les femmes Croughs Angelini se sont littéralement retrouvées en larmes sur la chanson "Je vole" de Michel Sardou. A voir, au passage, avec un François Damiens très touchant ! Enfin, direction la nouvelle petite chaumière d'Eric et mam, pour un menu digne d'une princesse, sur la programmation Christmas Factory by Pure Fm : Coquilles St-Jacques sur lit de tapenade de cœurs d'artichauts en entrée, fois gras poëllé accompagné de ses pommes chaudes en plat. Et en dessert, une bûche et un gâteau au chocolat... Délicieux ! On se fait pas chier, n'est-ce pas ? Et ce soir, Noël chez Mamita, avec toute la famille maternelle, les cousin(e)s, oncles, tantes et pièces rapportées... Je me fais une joie ! Et vous, comment avez-vous passé Noël ? En tout cas, f****** Merry Christmas to you all, des bisous et à bientôt pour de nouvelles aventures !

lundi 22 décembre 2014

The Tree of Life

Première Pression Provence Cher Olivier. Après trois nuits de très mauvaise qualité, j'ai passé une journée détendue, gagnée par un calme intérieur fort agréable. Ce midi, je me suis rendue à Schaerbeek, pour dire bonjour à Marylène, durant sa pause déjeuner. Nous avons papoté deux bonnes heures au restaurant Ciao Ciao, autour d'un plat de pâtes pas cher servi par de charmantes personnes. Puis j'ai fait un arrêt à la rédaction du Soir, afin de récupérer les dernières affaires que tu as laissées derrière toi : ton casque audio, ton carnet de cartes de visite et ton écran d'ordinateur géant et peu pratique à trimbaler dans les transports. T'aurais pu acheter plus petit, franchement ! Non, il fallait toujours que tu voies grand !  Je suis parvenue à arracher de leur bureau deux de tes anciens collègues, avec qui j'ai bu un café, mangé une Danette Vanille et échangé quelques mots sur tout et rien. Petit moment en toute simplicité. Ensuite, chargée comme un baudet, j'ai pris le tram 92 pour aller chez Mathilde, une amie de mes études que je n'avais plus vue depuis trois mois. 

Sinon, comme tu l'auras probablement ressenti, ces trois derniers jours, j'ai été sous haute tension, guidée par de fortes énergies, comme en témoigne mon retour soudain au clavier. Je suis à quelques nuitées de ma remontée en selle, dans l'avion vers Bangkok, où j'ai appris la nouvelle de ton accident, réveillée en pleine nuit par notre tante Monica. Je me sens partagée entre l'angoisse d'avant mon départ, l'excitation à la perspective de ce repos, ce break que j'attends depuis longtemps et ma tristesse, à la veille de trois jours de fête familiale en demi-teinte, sans toi. Tu n'imagines pas comme j'aurais tellement aimé que tu assistes à mes progrès ! Je réapprends à marcher Ol. Je ne cours plus. Je ne veux plus. Je me sens tellement mieux aujourd'hui ! Je pars dans de bien meilleures dispositions qu'en mai... Tu te rappelles comme je n'étais pas apaisée ? Comme tu n'approuvais pas que je parte ? Je sais au fond de moi que quelque part, c'est en grande partie grâce à toi, si je suis arrivée jusque ici, aujourd'hui. Je suis à deux doigts de lâcher prise. De m'envoler. De couper le cordon. De grandir. Je t'ai promis et hurlé à l'Eglise que j'allais me relever et ne pas me refuser. Que j'allais vivre et rêver, chanter et aimer. Hier soir, les larmes ont coulé, sans s'arrêter. Mais je ne t'apprends rien, tu as dû le voir de là-haut. Sache que ces larmes étaient chaudes et réconfortantes, pour une fois. Tu vois ce que je veux dire ? Et le tourment, au rang des grands absents. J'éprouve quand même un peu de peur mais j'imagine que c'est l'effet normal qu'implique l'inconnu. Non ? Je suis sure qu'elle se dissipera au moment même où l'avion aura quitté le tarmac.

Enfin, ce soir, j'ai partagé un moment magique avec Mamita. Nous avons regardé "La Liste de Schindler" de Steven Spielberg, film que je n'avais encore jamais vu. Et j'ai eu la chance d'avoir ses commentaires après le film. Je pense que cette petite soirée télévision, à nous deux, était le plus beau cadeau de Noël qu'elle pouvait me faire. Je commence à comprendre pourquoi tu appréciais tant Mamita... elle est si touchante !

Bon, je te laisse, je vais essayer de dormir... J'aimerais être en forme pour le reste de ma vie. Bonne nuit ! Je t'aime.

dimanche 21 décembre 2014

L'amour brille sous les étoiles


Félicitations !

CETTE SEMAINE, J'AI TROUVÉ MA VOIX ET RETROUVÉ MA VOIE...


MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI !

samedi 20 décembre 2014

COURIR, CA MARCHE POUR MOI !

Le 31 mai 2015, pour la première fois, je participerai à la rude épreuve des 20km de Bruxelles, en hommage à mon frère Olivier, décédé lors de l'édition 2014.

Pour l'occasion, j'aimerais lancer un mouvement de sensibilisation aux risques associés à un tel effort, par l'information et la prévention.

A cette fin, des entraînements seront proposés, tous les dimanches à 11h (jour et heure susceptibles de modifications) du 1er mars au 24 mai 2015, alternativement à Uccle et à Auderghem (où des parcours de 10 et 20 km sont balisés), autant de moments conviviaux et de détente auxquels qui veut pourra se joindre. 

Dans ce cadre, je cherche de l'aide pour créer un site, trouver un bon slogan et réaliser l'illustration du t-shirt que pourront porter les participants solidaires comme témoignages de l'importance de se préparer bien à l'avance, écouter son corps, boire de l'eau et faire des pauses, gestes indispensables et prioritaires à la quête d'un temps record.

Toute aide et proposition sont bienvenues,  

Sportivement vôtre, 

Valentine

And A Happy New Year

Meilleurs vœux à moi-même !
Que cette année 2015 m'apporte santé, joie, bonheur, amour, créativité et belles rencontres ! 
Et vous, que vous souhaitez-vous ?

vendredi 19 décembre 2014

Voulez-vous coucher avec moi

Il y a quelques heures, je partais sur des vers autour du mot "boule", en vue d'un texte à "chanter" en mode Teki Lotex (ou pas).

Voici le résultat :

Jessica, SS8, vincent, drague, bisou, baiser, alexia mori, réaction, twitter


"Marie, couche-toi, là" 


Raoul, c’est pas cool,
Je suis folle, je perds la boule.
Et Bill, je n’suis pas
Tranquille, tombée là...

... Dans un monde maboul
De pigeons qui roucoulent,
De moutons qui font la file,
De requins, de reptiles

De canards, noirs,
Qui donnent le cafard,
Vilains, à l’écart,
Rongés par des nénuphars


Je tourne en rond, ne tourne pas rond,

Tournicoti, tournicota,
Je tourne le dos, autour du pot,
Retourne-toi, retourne-moi
Docteur, je pleure,
Je passe un mauvais quart d’heure,
J’ai une boule dans la gorge
Donnez-moi du sucre d’orge
Je tousse puis je glousse,
Si vous calmiez mes secousses 


Pierre, toi qui roules,
Qui n’amasses pas mousse,
Viens à ma rescousse,
S.O.S, j’ai la trouille.

Passe-moi à la casserole,
Retire ta cagoule,
Cajole mes guiboles,
Donne-moi la chair de poule...

... Mouillée, dans un bain
De foule, glisse ta main,
Sers-nous un verre de vin,
Je veux être saoule

Je tourne en rond, ne tourne pas rond,

Tournicoti, tournicota,
Je tourne le dos, autour du pot,
Retourne-toi, retourne-moi
Docteur, je pleure,
Je passe un mauvais quart d’heure,
J’ai une boule dans la gorge
Donnez-moi du sucre d’orge
Je tousse puis je glousse,
Si vous calmiez mes secousses 

Boule d'énergie

eveil-spirituel-energie
Punaise ! Je n'arrive pas à dormir, mes insomnies reviennent. Il y a beaucoup de francs qui tombent pour le moment et du coup, je suis toute excitée ! Et puis mon départ en Asie approche, youhouuuuu, ça n'arrange rien, j'ai juste envie de faire mille trucs et voir mille gens, juste avant de partir... C'est fou ! Quand j'avais le temps, je n'avais pas l'élan vital et maintenant que je n'ai plus le temps, je l'ai... Je te jure !

+++

Mercredi dernier, j'ai revu, pour la deuxième fois, une psychologue de la Fondation Benoit qui s'occupe gratuitement des jeunes paumés et démotivés qui ne savent pas quoi faire de leur vie, ni comment s'y prendre pour sortir la tête hors de l'eau. Un plan que mon père avait repéré cet été, via un article dans Le Soir. Je dois dire que j'en suis très contente. J'aime particulièrement qu'elle me propose des pistes concrètes et m'encourage sérieusement à explorer ma fibre artistique. C'est elle qui m'a redonné l'envie de retrouver mes claviers d'ordinateur et de piano.

Alors voilà. Jeudi soir, j'ai pondu mon petit poème et aujourd'hui, j'aimerais partager ce que j'ai entrepris, non sans peine, depuis septembre, pour réveiller ma créativité et par là-même, donner moins de crédit à cette voix intérieure, vicieuse et sournoise - mon Surmoi, ce parent substitutif de mauvaise qualité -, qui me sabote, me déprime et me diminue continuellement à coups de "Pauvre sotte incapable, tu es bien trop naïve. Tes petits rêves d'enfant, là, oublie, t'es trop nulle, n'y pense même pas" (ce à quoi je réponds souvent en m'enfilant une barre de chocolat).

Le 8 septembre, je me faisais opérer des cordes vocales. Depuis, je reconquiers ma voix aux côtés de deux logopèdes : Martine Bégasse et Sylvie Storme. Toutes deux basent leur travail autour de l'éducation somatique, avec la méthode Feldenkrais. A travers différents exercices au sol, assise ou debout, elles m'invitent à m'ancrer dans l'ici et le maintenant, à faire de mon corps tout entier le socle qui porte ma voix, à dissocier ma langue, mes lèvres, mes mâchoires, à conscientiser l'espace buccal, à trouver des points d'appui dans mes pieds, mon bassin, ma colonne vertébrale et non plus au niveau de la gorge... Finalement, ce n'est pas la voix, à proprement parler, qui est au centre de l'attention, mais bien tout le reste.

Côté chant, je trouve mon bonheur dans un choeur de quatre voix féminines et une chorale latino, montée par un de mes meilleurs amis et sa soeur, en souvenir de leur papa (à qui nous avons d'ailleurs rendu hommage pour la première fois, en trois morceaux, le 2 décembre). J'avais oublié à quel point c'est chouette de chanter en groupe !

Et puis j'ai ressorti le livre que m'avait offert une amie chanteuse, il y a un an : "Libérez votre créativité" de Julia Cameron, dont l'exercice-clé sont les trois pages manuscrites, à rédiger dès le réveil, pendant douze semaines consécutives. Peu importe ce qu'on y écrit, le but étant surtout de se dépolluer des pensées négatives qui empêcheraient de faire bon usage de ses énergies créatrices. Selon l'auteure, il est très important de s'y tenir si l'on veut observer des changements subtils et profonds.

J'ai également découvert l'Espace Catastrophe, rue de la Glacière, à St-Gilles. J'y ai adoré le cours d'acro yoga dynamique du lundi soir avec Olga Esteban et le stage de danse de Toussaint, où j'ai suivi "Improvisation et composition" avec Ana Stegnar et "Rythme et musicalité" avec Elodie Donaque. Une semaine de 30h de cours qui m'a amenée à relâcher mon mental et à la fin de laquelle je me suis sentie réellement plus légère de l'intérieur. Par ailleurs, j'ai fait la rencontre de Sidonie Madoki, qui propose 4h de danse africaine, accompagnée de ses amis percussionnistes, un dimanche de temps à autre, au Gymnasium du Boulevard des Invalides, à Auderghem. Un moment d'évasion et d'exotisme génial !

J'ai aussi testé le cours de techniques d'acteur de Ludivine Meulemans, à raison de 3h/semaine, le jeudi soir, à Ixelles. Les thèmes pour l'année ? Le viol, l'hystérie et la scène d'amour. Hum. Chaud, chaud... Les échauffements, la prof et le groupe me plaisaient beaucoup, mais je n'avais pas le niveau pour continuer et ça me mettait de plus en plus mal à l'aise, alors j'ai arrêté. 

Quant à l'écriture, j'ai passé beaucoup de temps à relire, corriger, remanier, mettre en forme tout ce que j'ai publié sur ce blog depuis le mois d'avril, avec l'aide de ma mère et ma marraine, en plus de poster quelques nouveaux textes. Parallèlement, j'essaye d'écrire des chansons, avec ou sans le piano. A force, il semble bien que les mots, les vers, parfois les notes, émergent peu à peu.

Bref, alors qu'il y a une semaine encore, je me faisais traiter de tous les noms par mon satané Surmoi et ne voyais que le négatif de ces quatre mois instables, je me dis que finalement, au vu de ce que je dépeins ici, il y a quand même des choses qui bougent et évoluent, comme toujours, lentement mais sûrement... et qu'il est important de se le rappeler dans les moments où le moral est au plus bas.

jeudi 18 décembre 2014

Dessine-moi une princesse



Cette nuit, je me suis souvenue que lorsque j'étais petite, je houspillais tout le temps ma maman pour qu'elle me dessine une princesse... 

Maman, s'il te plait...



Dessine-moi une princesse
D’une beauté digne d’une déesse
Qui virevolte avec allégresse
Dans la robe en soie de son altesse

Dessine-moi une princesse
Au milieu de sa forteresse
A la fleur de sa jeunesse
Amoureuse et enchanteresse

Dessine-moi une princesse
Aux cheveux longs, noués en tresse
Dont les jolis seins, les jolies fesses
Invitent au câlin, aux caresses

Dessine-moi une princesse
Un ange avant d’être la maîtresse
De beaux parleurs qui tant la blessent
A force de vaines et fausses promesses

Dessine-moi une princesse
Qui fait preuve de grande sagesse
Malgré sa conscience vengeresse
Son pire défaut, sa pire faiblesse

Dessine-moi une princesse
Qui se relève à toute vitesse
De ses chagrins, de sa tristesse
Pour sauver son cœur en détresse

Dessine-moi une princesse
Ainsi qu’un homme plein de tendresse
Qui offrirait toutes ses richesses
Pour mourir près d’elle, de vieillesse