samedi 28 février 2015

100% detox

Yihaaaa ! J'ai réussi ma première épreuve ! Une semaine de pure detox aux côtés de Simona, au centre Marga Yoga, niché dans une partie reculée du sud-est de l'île de Koh Samui, en Thaïlande. 

Voici le rigoureux planning d'une journée type de fast/cleanse :

- 7h30 : une demi-heure de méditation
- 8h : 1 ayurvedic herbal drink (vraiment pas bon au début)
- 8h, 11h, 14h, 17h : 4 indian and thai herbal detox and antiseptic pills
- 8h30 : une heure et demi de yoga
- 10h, 13h30, 16h : 1 detox drink à base d'eau, de jus d'ananas frais, d'argile blanche et de psyllium (pour l'apport en fibre), à boire rapidement et à faire suivre d'un grand verre d'eau pour éviter la formation d'un bloc dans le ventre 
- 10h30 et 16h30 : nettoyage du colon (1,3l d'eau + café detox le matin/gingembre l'après-midi - jour 3, 4, 5, le gingembre est remplacé par l'ail pour le nettoyage du foie, à retenir 10 min tout en se massant le colon)
- 11h30 : Power shot (crème de noix de coco + mangue, un vrai délice) / jour 3, 4, 5 : liver shot (jus d'orange, huile d'olive, chili, ail, étonnamment bon)
- 17h : 1 coconut water
- 18h30 : 3 bols de bouillon de légumes (sans les légumes, entendons-nous)
- 19h30 : 1 tasse de tisane maison
- Bedtime : 1 probiotic pill

Le reste du temps libre, je l'ai passé entre les différents lits et sofas de Simona, ma maison, pour faire la sieste ou exercer ma voix durant les heures chaudes et la plage, visible depuis le centre, pour admirer le magnifique coucher de soleil et me balader au bord de l'eau. Le cinquième jour faisant exception, puisque j'ai pu accompagner gratuitement David - venu à Marga Yoga en vue de se préparer pour son camp de méditation intensive (Vipassana) la semaine d'après - lors de sa tournée des îles alentours en bateau. Mon programme comprenait également trois massages thérapeutiques thai ou à l'huile.

Afin de bénéficier au maximum de cette semaine de jeûne et pour qu'elle ne vire pas au cauchemar, j'ai progressivement préparé mon corps à recevoir moins, durant le mois qui a précédé, selon le schéma qui suit :

- Semaine 1 : j'ai commencé à boire 1,5l d'eau par jour, retiré les biscuits, chips, Magnum Gold de mon quotidien de backpacker et remplacé mes petits déjeuners de pancakes par des flocons d'avoine, du lait et des fruits
- Semaine 2 : j'ai retiré la viande et limité ma prise de riz ou de nouilles à raison d'un repas par jour
- Semaine 3 : j'ai remplacé les plats frits par du poisson grillé, du riz cuit à la vapeur, des légumes, des fruits
- Semaine 4 : j'ai retiré l'alcool (ce qui aurait dû être fait dès le début, mais vraiment pas possible durant ma semaine 3, à El Nido, Palawan, Philippines), je me suis nourrie d'algues, edamame, légumes crus, jus de fruits et eau de coco. Mes trois derniers jours à Bangkok, j'ai nagé, fait des hammams et suis allée me faire massée. L'avant-dernier jour, monodiète de raisins et le dernier jour, en mode liquide, avec jus de fruits/légumes et eau de coco (avec un craquage tout de même pour le plat dans l'avion et un Magnum Gold au 7eleven, avant mon arrivée chez Simona, hum).

Franchement, ça n'a pas été facile, pour moi qui aime goûter de nouvelles saveurs (surtout en Asie) et pour qui la nourriture est un réconfort quand je suis en manque d'affection, triste ou en colère, phases par lesquelles je suis passées, forcément. Je n'aurais pas pu le faire s'il n'y avait pas eu ce soleil, cette température et dans la deuxième moitié du mois, ces nombreuses journées en maillot à la plage.

Il faut savoir aussi qu'un changement pareil d'alimentation entraine des maux de tête et des journées de dépression. C'est normal mais autant s'y préparer psychologiquement.

Aujourd'hui, je suis super heureuse d'avoir traversé cette expérience qui signifie un nouveau départ, une renaissance, dans un corps sain, purifié, que j'aime et que j'accepte... Enfin... Mon deuxième cerveau, le berceau de ma créativité, est tout propre ! Désormais, je décide de me faire du bien et de me nourrir correctement, autant que possible. Les plaisirs coupables devenant plus l'exception que la norme, si vous voyez ce que je veux dire.

Et je tiens à remercier Simona, une femme belle au naturel, drôle, exceptionnelle mais surtout inspirante, qui a été particulièrement attentive à mes besoins et a fait preuve d'une écoute et d'un professionnalisme hors norme. On est loin ici des centres de detox impersonnels à formule unique quelle que soit la constitution de la personne.

Pour plus d'infos sur les services qu'elle propose, n'hésitez pas à consulter son site ! Elle écrit trois livres à paraitre bientôt sur le bien-être, la cuisine detox, le corps et l'esprit, qui promettent d'être des petits bijoux que je ne manquerai pas de divulguer sur ce blog ;)

Sur ce, prenez soin de vous, parce que vous le valez bien,

Atomic

jeudi 19 février 2015

Body & Soul

Bangkok, 19 février 2015

M. le psychiatre, 

Après un mois et demi de voyage initiatique à travers l’Asie, je vous écris pour faire le bilan sur les quelques missions que je me suis confiées, avec votre aide, avant de partir. Il s'agit d'apprendre à 1) m’autonomiser affectivement, 2) gérer mes humeurs à tendance bipolaire et mon surmoi quelque peu obsessionnel et 3) assumer mon identité sexuelle de femme, m’accepter en tant que telle, dans mon corps et dans ma tête.

Il m’a fallu quelques temps pour prendre mes marques dans cette nouvelle situation de backpacker. Durant les trois premières semaines (Thaïlande, Laos, Cambodge), je me suis laissée guidée par les autres. En effet, il m’était très difficile de prendre des décisions et initiatives quant à mon propre itinéraire. J’avais besoin de me reposer sur d’autres épaules. Je me suis rarement retrouvée seule, comme si je n’étais pas encore prête à cela. Cela n’empêche que cette première partie de voyage, bien qu’éprouvante, s’est très bien passée, en majeure partie aux côtés d’une femme mure de 40 ans, avec laquelle j’ai énormément appris sur la condition féminine.

Depuis trois semaines (Philippines), je passe mon temps avec des partenaires de voyage masculins, désireuse d’en savoir plus sur les hommes et par la même sur la femme que je suis. Encore une fois, les échanges, très ouverts, sont des plus enrichissants et instructifs. Chaque personne avec qui je choisis de partager un bout de chemin porte des ondes positives qui m’emmènent un peu plus loin dans ma convalescence. 

À l’heure actuelle, je perçois les changements qui se sont opérés en moi. Il est évident que les choses évoluent de manière substantielle. Petit à petit, ma curiosité grandit et mon écoute s’améliore. Je m’ouvre doucement à l’autre et au monde, quand je parviens à me détacher de mes pensées et obsessions. Mais surtout, je me rends de plus en plus compte de ce dont j’ai besoin pour nourrir mon identité, maîtriser mon surmoi et réguler mes humeurs. Et j’ai bien l’intention de planifier la suite de ce périple en fonction de ces nouveaux paramètres.

Quant à mes nuits, elles n’ont pas été des plus reposantes jusqu’à présent. Les insomnies ne sont jamais loin. Les plus belles nuits se comptent sur les doigts de deux mains. Au début, mes rêves étaient plutôt déroutants. Je les ai retenus pour pouvoir vous les raconter. Je rêvais beaucoup d’Olivier. Il se blesse, se fait mal, mais s’en fiche. Il en eut un autre où il me disait au revoir. Et puis il y a aussi eu cet étrange rêve de maman qui demandait à mon frère et moi, lequel de nous deux allait lui donner du plaisir sexuel. Le perdant au jeu Pierre-Papier-Ciseau devait se farcir la tâche. C’est moi qui ai perdu. J’ai également rêvé d’une trompe d’éléphant qui me faisait jouir. J’ai une vague idée de la signification de ces rêves mais j’aurais bien aimé en discuter un peu plus avec vous.

Sinon, la toute bonne nouvelle est que j’ai eu mes règles, le 13 février. Signe direct que mon esprit autrefois tordu se dénoue et qu’enfin, la femme adulte prend le dessus sur l'enfant à l'identité sexuelle instable. 

Par ailleurs, récemment, j’ai dû faire face à une montée hypomaniaque. Elle a frappé, il y a quatre jours, alors que j’étais seule dans les transports entre Manille et Bangkok, mon point de chute familial entre deux destinations. Il faut croire que le changement suscite en moi encore pas mal d’angoisse. Or, il me semble que je passe à un autre stade dans mon voyage bientôt.

Maintenant que vous avez une petite idée d’où j’en suis, j’aimerais vous faire part de ma décision de ne pas rentrer à Bruxelles le 3 mars, comme initialement prévu. En effet, je sens que cette rencontre avec moi-même et les autres ne fait que commencer et qu'il me faut davantage de temps pour m’apprivoiser. Et puis l’idée de travailler me paralyse encore, pour le moment. 

J’ai prévu, pour les prochains mois, d’aller plus loin dans le travail sur moi-même, à travers trois épreuves importantes qui me font sens : 1) une semaine de jeûne, avec du yoga et de la méditation pour me purifier le corps (Koh Samui, Thaïlande) 2) dix jours de méditation selon la méthode Vipassana pour me purifier l’esprit (en Inde ou Indonésie) et 3) un ashram de yoga pour harmoniser corps et esprit, en Inde. Autant d'actes que j'aimerais poser pour m'apprivoiser, afin que je sois en profond accord et contrôle avec mon corps et ma tête qui se sont souvent joué de moi.

Ensuite, je pense que je serai prête à développer mon projet artistique autour de l’écriture, la photographie, la danse et la musique, probablement depuis Bali (Indonésie) où j’ai de la famille. Enfin, à partir de juillet, je voudrais postuler pour le visa Vacances-Travail en Australie, afin de me tester à nouveau sur le marché de l’emploi et voir si je suis assez stable et forte pour ne pas retomber dans des relations de harcèlement comme j’ai pu en accumuler jusqu’à présent.

J’aimerais votre avis sur ce plan qui se dessine depuis quelques jours dans ma tête et savoir si vous estimez possible que je continue de percevoir les allocations d’arrêt maladie de la mutuelle jusqu’à ce que je trouve du travail et devienne ainsi totalement autonome.

D’avance merci pour votre retour,

Bien a vous,

Valentine Croughs

vendredi 13 février 2015

Communication

Every single word you said to me was exactly what I needed to hear to explode like an atomic bomb.

Happy (re)birth Valentine's Day !

I'm in LoVe with...
My Life and my Body
The Sun and the Sea
Your Eyes, 
They're Crazy
Dear Mum... 

... I'm H.A.P.P.Y

mardi 10 février 2015

El Nido

Je retire un plaisir immense de nos conversations intenses qui donnent un peu plus de sens à mes espérances et me rends compte de ma chance d'avoir pu te livrer mes plus profondes confidences, le noir des blessures que je panse, te remerciant en abondance de ta précieuse patience et ta bienveillante guidance qui ont élevé mon intelligence et m'amèneront à gagner en confiance afin qu'un jour je m'élance et qu'une nuit je balance, en cadence et pleine conscience, dans la danse de la délivrance, la (re)connaissance et la (ré)jouissance, loin d'être perdue d'avance, loin de toute souffrance.

mercredi 4 février 2015

Key-bored

J'ai trop envie d'écriiiiiiire, j'en peux plus là, ça fait plus d'un mois, ça me démange et me dérange, mes phalanges sont loin d'être aux anges. Je dois faire ma vidange de mots en urgence, j'en couperais ma frange !

On se calme... J'ai commandé mon clavier Azerty sur internet, il y a quelques jours, il devrait arriver incessamment sous peu à Bangkok et moi aussi... Parce que le tactile, c'est pas facile et ça me rend volubile, Émile !

Ouf ! Je me sens déjà mieux. Quelques rimes à la noix de coco et vas-y que ma "writing-libido" se réveille à nouveau !

Des bisous tout doux à vous, mes p'tits choux de Bruxelles, champignons de Paris et autres nutriments virtuels de partout !