mardi 5 mai 2015

50 meters short

Je revois Olivier, en octobre 2010, au lendemain de cette soirée entre amis au cinéma qui se termina en drame, sa voiture sortant du virage en S, à quelques minutes de la maison familiale et frappant ce poteau électrique qui fit perdre la vie à Maxime, l'un de ses meilleurs amis avec qui il partageait notamment une passion pour le cinéma et l'écriture, lors de longues soirées à refaire le monde, m'a-t-on dit.

Je revois Olivier, deux jours plus tard, courir et hurler comme un fou sa souffrance, au parc du Château de La Hulpe.

J'imagine Olivier rédiger cet article sur le bonheur parfait, le 17 septembre 2013, seul face à son écran, au milieu de la nuit.

Je revois Olivier se demandant quand il fera ses heures de travaux d'intérêt général, sa sentence suite au procès qui suivit l'accident.

Je revois Olivier, en novembre 2013, lors de mon 25ème anniversaire à l'Amour Fou à Ixelles, partager sa douleur par rapport au titre qui passait en boucle sur PureFm, 21 grams short, écrit par Ozark Henry en hommage à Kevin et Maxime, pour la campagne Go For Zero. 

Je vois parfois Olivier dans mes rêves, me dire au revoir, que c'est mieux ainsi, qu'il n'en peut plus, qu'il désire reposer en paix, auprès de son ami. Tout en me rappelant que putain, petite soeur, n'oublie pas, la vie est belle...

Je respecte, je comprends, mais j'ai encore du mal à accepter. 

Oooommm...

Aujourd'hui, je bouge de l'auberge de jeunesse de Kuala Lumpur avec Juan et Julia, pour me diriger vers le centre de méditation Vipassana que j'aimerais vraiment intégrer pour les 10 prochains jours... Je suis sur liste d'attente, je croise les doigts pour qu'une bonne âme se désiste et me laisse sa place. Si je ne suis pas acceptée, je retourne à Bali me détendre, faire de la musique et mater les surfeurs.

"La vie est belle"

Tu as l'air fatigué
Tu ne tiens pas debout
Ton visage est marqué
Tu finiras sur les genoux

Dors plutôt
Récupère
Il fait trop chaud
Sur les grandes artères
Range ton ego
Cesse de faire le fier
J'pose mon véto
Va pas t'foutre en l'air

Parti à la hâte
Tu n'as pas déjeûné
Tu attendais cette date
Sans vraiment t'y préparer

Dors plutôt
Récupère
Il fait trop chaud
Sur les grandes artères
Range ton ego
Cesse de faire le fier
J'pose mon véto
Va pas t'foutre en l'air

Tu veux battre un record
Arrivé aux derniers mètres
Tu redoubles d'effort
Quand soudain ton coeur s'arrête

A corps perdu
Jusqu'à la fontaine
Tu as accouru
Avec le teint blême
En quelques secondes
Le ciel devient terne
Tu quittes ce monde
Ceux que tu aimes

C'est con, c'est trop bête
Aurais-tu perdu la tête
Toi qui aimes faire la fête
Marche-les, ces 20 kilomètres

A corps perdu
Jusqu'à la fontaine
Tu as accouru
Avec le teint blême
En quelques secondes
Le ciel devient terne
Tu quittes ce monde
Ceux que tu aimes

Mort trop tôt
Ultime requiem
Un 18 mai
27 ans à peine
Tu auras couru
Jusqu'à perdre haleine
Tu auras crié
Que la vie est belle

I won't cry

My King, my Darling,

S'il y a bien une chanson que je chantais souvent, chante et chanterai encore,
c'est "Stand By Me". 

De la bombe, c'te song. Elle stands by me, wherever I go. 

Vole, l'ami. Et pense à faire un coucou à Olivier, Maxime, Bernard, mamina et Michael Jackson de ma part !

Rest in Peace and Love,


Valentine


dimanche 3 mai 2015

Toc toc toc, Doc ?

Kuala Lumpur, le 3 mai 2015

P********ut
Service Médical Incapacité de Travail (IT)
Boulevard du Soleil qui se lève, 69
1000 Bruxelles


Au médecin conseil de P*******ut,


Je vous écris pour vous expliquer les raisons de ma décision de prolonger mon voyage qui devait initialement se terminer le 3 mars 2015.

Pour rappel, j’étais partie une première fois en mai dernier, après plus d’un an de travail psychiatrique auprès de mon roi Albert, mais mon voyage s’est vu interrompu brutalement, suite au décès de mon frère. Il m’a fallu six mois pour me remettre suffisamment d’aplomb afin de repartir et finir ce que j’avais entamé pour sortir de ma dépression et me soigner de mon burn out.

A travers ce voyage en Asie du Sud-Est, j’ai avant tout cherché à m’autonomiser affectivement en me retrouvant face à moi-même, hors de ma zone de confort, à reprendre confiance en moi, à apprendre à vivre et communiquer avec moi-même et les autres, à m’ouvrir à mon environnement, et surtout trouver des outils pour mieux gérer mes émotions, mes obsessions, mon addiction au sucre, mon anxiété et mes humeurs à tendance bipolaire, tels que la méditation et le yoga.

Après deux mois de voyage, je me suis rendue compte que je commençais à peine à me sentir à l’aise dans ce périple initiatique, un challenge important et très difficile pour moi qui avais peur de vivre. J’ai estimé que cela faisait sens de continuer ce chemin intérieur et qu’il était trop tôt pour revenir en Belgique.

Il va de soi que je n’aurais pas pu prévoir la durée nécessaire de cette mission envers moi-même à l’avance. Mais tout ce que je peux dire, c’est que je voulais prendre le temps de faire les choses en profondeur et que deux mois m’apparaissaient comme une simple entrée en matière.

Aujourd’hui, je sens que les efforts portent leurs fruits. Les bénéfices sont réels et les changements substantiels. C’est ainsi que j’ai réservé un billet de retour pour la Belgique le 29 mai 2015, avec plein de projets professionnels en tête qui devraient me permettre de ne plus dépendre de mes allocations d’arrêt maladie. 

Serait-il possible de prendre rendez-vous avec vous le plus vite possible afin que l’on en discute de vive voix ?

Merci pour le soutien apporté dans cette démarche de convalescence,

Bien à vous, 


Valentine Croughs