samedi 3 décembre 2016

News


Salut les amis ! Comment allez-vous ? Me voilà, dans un Cyber de Cotonou, pour vous faire part des dernières nouvelles et des projets de ce mois de décembre qui s'annonce musical et festif :)

Fin du mois de novembre, après mon jeûne, j'avais trois concerts, juste avant mon départ pour un mois au Bénin, aux côtés de l'artiste rap St Maurice, rencontré cet été lors de mes stages d'écriture et composition, à Libramont.

Mon premier concert à quatre (piano, basse, batterie, chant), c'était aux Nocturnes du Sablon, le 25 novembre, jour de mon anniversaire. Techniquement, plein de choses sont à revoir, mais ce qui est sûr, c'est que les bonnes énergies circulaient, entre le groupe et le courageux public debout dans le froid de l'hiver. J'en étais émue. C'est vraiment cool de pouvoir chanter ses propres trucs, avec d'autres personnes qui s'impliquent. Ça m'émoustille un max !

Parallèlement aux deux répétitions avec le groupe, j'ai travaillé tous les jours mon piano-voix, sur neuf de mes chansons, afin d'être à même de les présenter au mieux, pour la première fois, dans la maison de mon amie Marylène, face à un petit public de 50 personnes, au lendemain du Sablon. J'étais vraiment très angoissée, du coup, je suis forcément tombée malade, pour ne rien arranger. En voici un extrait ici.

Mais voilà, opération rondement menée, l'émotion était de la partie et le contact intime avec le public, partagé ensuite durant la jam m'a beaucoup plu ! Nous aimerions vraiment réorganiser plus souvent cette formule de co-plateau (Marylène avec son répertoire jazz manouche, en trio, guitare, violon, voix - magnifique - et moi, seule derrière le piano), avec un bar et une jam après. C'est un super moyen d'avoir les retours du public directement sur notre prestation et un beau moment musical tous ensemble ! Donc si vous avez une maison qui s'y prête, contactez-nous et on vous promet une belle soirée :)

Enfin, lundi 28 novembre, je jouais en duo avec Ben, à La Hulpe, pour un événement privé. L'occasion notamment de décrocher une nouvelle date en mars et de rencontrer un parolier et un metteur en scène avec qui j'aimerais travailler quand je rentre, dès janvier. Car maintenant que j'ai le répertoire, je vourdrais m'atteler sérieusement au travail de la scène.

En plus des concerts, j'ai suivi trois jours de formation avec Jean-Christophe Lardinois, l'avocat des stars, à la Maison des Musiques, rue Lebeau, à Bruxelles, sur les pièges de l'auto-production et les contrats de l'industrie musicale. Super intense et intéressant ! J'ai désormais une vision hélicoptère de ce dans quoi j'aimerais mettre les pieds à un niveau professionnel. Plein de bonnes pistes, informations et tuyaux qu'il est bon d'avoir dans sa boite à outils, que ce soit en tant que manager, producteur, artiste, etc. pour assurer un bon développement du projet, dans les règles de l'art et éviter tout litige ou malentendu entre les parties par la suite...

Sinon, je continue de faire de belles rencontres. De plus en plus de personnes se joignent à moi pour renforcer mon projet. Ça fait plaisir. Il faut que j'encadre tout ça et petit à petit, que je lance la machine, histoire d'être à fond, partout et sur tous les plans, en 2017 !

Mais avant cela, me voilà à Cotonou, avec des musiciens et artistes du cru qui vont m'apprendre à me lâcher, danser, bouger, occuper la scène, sur mes chansons revisitées à la sauce béninoise, pendant un bon mois. Répétitions, concerts, interviews radio, tourisme sont au menu de cette nouvelle expérience de laquelle je sortirai grandie ! 

Voilà pour les nouvelles, les amis, sur ce, plein de bisous et portez-vous bien ! A très vite :)


vendredi 4 novembre 2016

Je me suis fait un petit jeûne...

Et voilà les copains ! Septième jour de jeûne complet, à l'eau, avec quatre lavements du côlon. Un vrai décrassage de mon organisme. Je suis vraiment très contente que ce soit fait, car ce n'était pas évident, mais heureusement, ma copine Charline le faisait avec moi et à deux, c'est quand même bien plus encourageant. 

On s'est baladée deux heures tous les jours, on a lu, beaucoup dormi et regardé la télé en soirée. On s'est fait des massages, des exercices de respiration, de la méditation et un arrêt au sauna/jacuzzi à l'Hôtel Saint-Jean de Wimereux, hier midi. J'avais prévu d'avancer dans mes projets, mais je n'ai juste pas pu, à part quelques mails, par-ci, par-là. Et c'est tant mieux. Toute la machine était au repos. 

J'avais tant de toxines, c'est fou ! Boutons et rougeurs ont fait éruption vers le troisième jour. Aujourd'hui, ça s'apaise et disparait doucement. J'ai clairement meilleure mine ! J'ai eu des petites migraines, des courbatures, des coups de fatigue, des moments de nervosité et de grandes envies de manger, toutefois sans avoir réellement faim (plus par habitude). C'est normal et surtout le prix à payer pour six semaines de forme olympique, si je me tiens à une reprise alimentaire progressive et saine. 

J'ai hâte de manger ma salade de carottes citronnée, avec une petite soupe et des pommes de terre vapeur persillées, ce soir, chez un couple de nouveaux amis. Ils vont assister au moment d'euphorie qui vient en remangeant, ça va être drôle. 

Et dès demain, c'est reparti : je donne cours de chant à Livio, candidat à The Voice, je me remets à mon piano ensuite, avant de me préparer à faire la fête (à l'eau) au Jyvazik ! Et dimanche, répétition avec Ben, que je n'ai plus vu depuis longtemps, avant les trois concerts prévus fin du mois... Youhouuuu !

Sur ce, portez-vous bien, prenez soin de vous, ça vaut le coup ! Des bisous tout doux :)

samedi 29 octobre 2016

J'ARRIIIIIIIIIVE !

Punaise ! Notre semaine se termine et c'était... Fou ! J'ai tellement ri :) J'avais plus rigolé comme ça depuis des années, merci William ! T'es un énergumène d'une grande sensibilité et bourré de talent. Tu m'as si bien guidée, je suis trop contente de ce qui ressort de notre résidence, j'aurais jamais imaginé récolter tant de bonnes choses pour mon projet, en arrivant ici, dans le Périgord. 

Y a eu énormément de déclics, j'en reviens pas. Dès le premier jour, j'ai écrit une nouvelle chanson et trouvé mon nom de scène (en espérant que cette fois, ce soit le bon... Si difficile de décider). On a analysé des lives et des chansons d'icônes pour nous inspirer. Puis, on a revu et corrigé mon dossier de présentation et mes paroles (qui commencent à avoir de la gueule, yihaaaaa !). On a tranché sur les titres qui allaient paraitre sur l'EP, puis sur l'album, avec l'agenda réaliste jusqu'en novembre 2018 pour aller au bout du projet, tournée comprise, hihi ! On s'est penché sur la question du live, par tableaux, et on a décidé de l'ordre des morceaux et fixé des sets de différentes longueurs, en fonction des occasions pour lesquelles je chanterai. Bam ! Tout ça peut changer, bien sûr, avec les retours, la pratique et le temps. C'est encore très théorique, mais ce que j'ai en main aujourd'hui est clairement réfléchi et ça... Ca n'a pas de prix !

Beaucoup de boulot abattu, tout en prenant soin de nous : soleil, bananes, balades en forêt, musique, (ré)écriture, cinéma ("La danseuse" et "Cézanne et moi", à voir !), corde à sauter, séances de relaxation, spa, chant, bronzette, visites de villages tout mignons, enregistrements... Y a que ça de vrai ! Requinquée, je vous dis ! Les bonnes ondes et le beau temps étaient de la partie (en maillot de bain, fin octobre, tu l'crois, ça ?).

Je suis excitée comme un coucou, alors que je n'en suis qu'à mon premier jour de jeûne (après cinq de banane dans tous ses états : soupe, glace, panade, à la vapeur, givrée, en purée, au four, séchée...). Et en même temps, j'angoisse pas mal, car je me demande comment je vais faire pour apprendre mon répertoire en piano-voix pour le concert du 26 novembre, dès mon retour... C'est une première et je suis nulle part, je vais devoir tout donner, continuer de travailler comme une forcenée, j'ai peeeeeeuuuuur ! Mais cette étape est cruciale et puis sans challenge, la vie est fade ! Allez, salut, on va se mater Burlesque, histoire de rester dans notre good mood avant de se quitter demain matin. Snif :( (quoique, il se fait tard, ce sera pour une prochaine, Cendrillon... en février, par exemple, à Bruxelles, woop woop !)

Val

Ps : et si j'en rajoutais l'un ou l'autre, des !!!!!!!!!!!!!!, juste au cas où c'est pas clair que je suis méga enthousiaste ;) AAAAAAAAH

jeudi 27 octobre 2016

Zzz...ut !


Je n'arrive pas à dormir. Dans ma tête, de plus en plus d'images. De plus en plus de mots. De plus en plus d'excitation. De plus en plus de curiosité. De plus en plus d'impatience. De plus en plus de volonté. Doucement. Rien ne presse. Faire les choses bien. Pas à pas. On se calme. Effet banane ?

lundi 24 octobre 2016

Take it or leave it !

Yop, yop ! Comment va ? Petit update... Pour l'instant, je suis en résidence d'écriture d'une semaine, dans le Périgord noir (appelé ainsi pour ses forêts denses de chênes et ses truffes), chez mon ami auteur William - rencontré à Astaffort aux Labos Chanson -, avec qui je travaille sur mon projet musical. 

Bref, pas encore les vacances. Au contraire, ça bosse sec ! J'ai terminé une chanson que j'avais en tête depuis longtemps et qui est enfin sortie sur le papier, à savoir "Fureur de vivre" (qui vient compléter le triptyque "La Vie est Belle" et "Pulsations de Vie"). Je l'enregistre à mon retour, avec Maxime Simon. J'ai aussi trouvé le nom sous lequel j'aimerais apparaitre... Enfin ! Me voilà fixée et en paix pour un petit temps. Automne Leave qui vient succéder à l'épisode Atomic, comme vous l'avez sûrement constaté dans le layout du blog ou sur Facebook. Je reviendrai sur la signification dans un prochain article, mais je suis sure que vous avez déjà vos petites idées sur le pourquoi du comment de ce choix.

Sinon, dès lundi prochain, je fais mon jeûne annuel de sept jours, pour retrouver la pêche et là, au programme, mer, balades, repos, yoga, danse, médiation, massages, hammam, lecture, mood boards, dessin, musique, chant, écriture... avec une amie. Bref, les vacaaaaaances ! Et du coup, en vue de le préparer, j'entame une monodiète de bananes aujourd'hui. Je suis contente de faire un entretien de la machine, car elle est fatiguée et pas en très bon état. Rien d'alarmant, mais dans une optique préventive, il est temps que je m'y attarde.

Cette semaine, avec Will, je travaille sur mes textes, ma stratégie, mon répertoire, mon concert et plein d'autres trucs à lancer et mettre en place, à côté de la musique stricto sensu. De plus, j'analyse des chansons dont je garde les fiches, pour perfectionner mon écriture, trouver mon style et préparer de futurs ateliers d'écriture autour de la chanson (ce que j'aimerais pouvoir organiser également dans le long terme). Mes victimes jusqu'à présent : "Zen" et "Larsen" de Zazie et "La Javanaise" de Gainsbourg.

On va aussi se regarder très attentivement des DVD de live (Zazie, Jane Birkin, Vanessa Paradis, Francis Cabrel, JJ Goldman) afin de s'inspirer pour l'écriture des parties entre mes chansons, pour le concert du 26 novembre à Mazy, la tournée au Bénin et mon showcase en mars. Je vote pour tester de savoir à l'avance et précisément ce que je vais dire, car j'en ai marre d'improviser pitoyablement et de pouffer d'un rire en mode mal-à-l'aise-et-gênée-d'être-là. C'est décidé, c'est fini tout ça ;) Il est temps que je m'affirme et m'impose, en mettant bien de côté le facteur du regard des autres, une bonne fois pour toute ! Na !

Voili voilou, les loulous ! Allez, sur ce, bisous, j'y retourne !

dimanche 23 octobre 2016

Noir désir
















Fureur de vivre

Au fil des jours, à petit feu
Tu m'abandonnes, fureur de vivre

Il semble loin, ton goût du jeu
Elle approche, la fin du livre

Où on va ? Pourquoi on en est là ?
Où on va ? Toi et moi ?

Tu me fuis, tu me lâches
Je t’en veux, je m’efface
Tu me fuis, tu me lâches
Je t’en veux, je m’efface


J’ai tenté de te garder
Jusqu’à ton dernier soupir

Mais ton cœur s’est arrêté
Et le mien se déchire

Où on va ? Quand on part comme ça ?
Où on va ? Je n’sais pas…

Tu me fuis, tu me lâches
Je t’en veux, je m’efface
Tu me fuis, tu me lâches
Je t’en veux, je m’efface

Tu me fuis, tu me lâches
Je t’en veux, je m’efface
Tu me fuis, tu me lâches
Je t’en veux, je m’efface

mardi 11 octobre 2016

vendredi 30 septembre 2016

Dream a little dream of death


Rêver de meurtre et en commettre un en songe (si le rêve n'est pas récurrent) 
indiquerait le retour à l’équilibre. 

Rêver de mort et voir ses parents décédés annonce de grands changements dans votre existence. 

Rêver de morts et les voir sans leur parler est un bon message qui annonce joie et richesse. 

Voir beaucoup de morts en rêve n'est pas grave, cela peut annoncer le début d'une nouvelle entreprise, qui devrait être rentable. 

Rêver de mort, d’un proche ressuscité, est un présage de longue vie.

dimanche 25 septembre 2016

Pom, pom, pom...

Hello, coucou !

Mmm... Ca fait longtemps que je ne suis plus passée, ici. Très bon signe, j'étais trop occupée à mes affaires (wouhou, moment historique !). Mais là, plus d'excuses, le mois de la rentrée s'achève et ça se calme un petit peu. Alors... What's up ? Eh bien, franchement, je suis contente. Quand je vois le chemin parcouru depuis un an, on peut dire que les choses se mettent petit à petit en place. 

Cet été, j'ai fait de magnifiques rencontres et mon projet artistique commence à intégrer de nouvelles personnes avec qui je me sens à l'aise et en confiance pour progresser et travailler. Avec Ben, le pianiste, on a pas mal accumulé les dates en peu de temps et dans différents répertoires (quizz musical pour MaestroMobile, Toots Jazz Festival ou concerts Atomic...), c'était un peu la course, mais on peut dire qu'elle a été rondement menée. Ben m'a vraiment poussée à aller hors de ma zone de confort, notamment en m'essayant à des titres comme "Man's world". Merci, franchement, pas de regret. Je me découvre d'autres façons d'interpréter et je kiffe, ça élargit les horizons !

Ensuite, depuis août, je travaille avec Maxime Simon sur les arrangements et la production de mes nouvelles chansons. J'adore. Il n'y va pas par quatre chemins pour me dire ce qui ne colle pas dans ce que j'amène comme matière. Et très souvent, même si ça me demande parfois un petit délai pour digérer les retours, je finis par tomber d'accord avec ses arguments. Il me motive à avancer et fait preuve d'une grande patience, tout en me donnant énormément de pistes pour évoluer dans ma manière de composer et d'écrire mes textes, afin de rendre mes chansons plus percutantes et efficaces. 

Et puis, il est doué et créatif (auteur-compositeur-interprète, en anglais et en français, en plus d'être ingénieur du son et arrangeur). Le fait qu'il ait de la bouteille à force de jouer dans différents groupes, qu'il connait le réseau et les scènes et qu'il soit sympa, vient compléter le bouquet de fleurs que je lui fais, ici. Il m'encadre aussi afin que je commence à rassembler les personnes qui m'accompagneront en live et traduiront nos sons du studio à la scène, dans une formation au-delà du piano-voix. Bref, il offre un service, ma foi, très complet. Une personne à qui l'on peut se référer et poser ses questions sans rougir, sensible et intéressante, que je recommande vivement à quiconque cherche à professionnaliser son projet !

Ce samedi, le pas a été franchi : on a répété en trio dans le garage de mère-grand ! Bienvenue à Tim, à la section rythmique :) C'était très sympa, comme première approche. Et je cherche activement un(e) violoncelliste pour compléter la formation. D'ailleurs, après notre concert du 2 octobre, aux Halles-St-Géry, j'arrête les concerts Atomic, pour pouvoir proposer autre chose au prochain, à partir de janvier, au plus tôt.

Et je ne terminerai pas ces présentations sans vous parler d'Izou ou Iza Loris, une incroyable femme rencontrée lors de mes stages à l'AKDT ! Une personnalité, une créativité débordante, un talent... Elle est prête à m'aider à améliorer mes textes et à me guider sur le chemin. J'en suis vraiment émue. On va commencer à se voir régulièrement pour mettre à plat tout ce que j'ai et faire un rétro-planning, entre mille autres choses. Yes !

C'est beau de croiser de si belles personnes sur la route. J'ai tant à apprendre d'elles ! Je suis vraiment ravie. Ca change et me sort de ma bulle. Et puis, qui dit rentrée dit reprise des cours hebdomadaires, en l'occurrence, le chant avec Fabrice Pillet, les ateliers d'écriture avec Sophie Barthélémy et bientôt Izou, la danse jazz et africaine, à Choréart, en parallèle de mes deux formations en ligne : la voix, avec Emmanuelle Trinquesse et la composition avec Clément. De quoi me nourrir d'ici l'AKDT, en juillet 2017 !

Voilà, en gros, pour les dernières news... Je bosse, je bosse, je bosse. Avec un moral très variable et une sensibilité à fleur de peau, pour le moment. C'est comme ça. Peut-être est-ce lié à l'écriture ? Je crois que je suis fatiguée, aussi. C'était intense, ces trois derniers mois. Je ne me sens pas en grande forme physique. Mon alimentation y est probablement pour quelque chose. Je sens que je pourrais galoper plus légèrement d'une journée à l'autre. Et dormir mieux, aussi. A surveiller, donc ! Enfin... Vivement vous présenter les nouvelles choses, en tout cas. Ce n'est pas pour tout de suite, par contre. Portez-vous bien d'ici le prochain article, gros bisous !

mardi 9 août 2016

Alors on danse, danse, danse !

NAAAAAAN ! Je n'arrive pas à dormir. Je suis excitée comme une puce ou un coucou, je sais pas trop.  Ma tête bouillonne et le feu brûle dans mon corps, faut que je me dépense, faut que je danse ! Et ça tombe bien, une amie  m'a inscrite à l'événement d'une autre amie : le Brussels Wake Up, sa toute première édition. De 7h30 à 9h30, je vais danser comme une folle fée fantaisiste as never before au Belgomarkt à Ixelles, parmi une petite foule de fanfarons plus fous encore, jusqu'à ce que la joie et la détente envahissent tout mon être et me procurent cette dingue sensation de liberté... Promis ! Deux heures pour tout donner ;) AM I READY ? YEAH !

samedi 6 août 2016

Pulsations de vie

Jean-Jacques Goldman et Les Enfoirés : 
" Je crois qu’il est temps de passer la main "

Moi ! Moi ! Moi ! Haut la main, je la lève, ici, je suis là, wouhou, vous me voyez, vous m'entendez ?

J'ai envoyé aujourd'hui sur la boite mail des Restos du Coeur ma première candidature spontanée depuis longtemps, avec "Pulsations de vie" : une ode à la musique comme arme de construction massive de paix, de bonheur, d'amour, de vie et de liens entre les Hommes, dans un monde où la terreur tente de faire sa loi. Certainement mon titre le plus engagé à ce jour, enregistré durant ma troisième semaine de stage à l'AKDT de Libramont.

A CONSOMMER SANS MODERATION, EFFETS SECONDAIRES POSITIFS 100% GARANTIS

Paroles et musiques : Valentine Croughs (Atomic)
Piano et percussions : Hughes Maréchal
Basse : David Casseus
Guitare : Francesco Nchikala
Violoncelle : Jean Pol Zanutel
Violon : Fien De Pauw
Rap : Antoine Drion
Beat box : Gaspard Herblot
Direction des choeurs : Didier Likeng
Enregistrement : Othmane Bensalmia
Mix et master : Pascale Snoeck

Merci aussi à Iza Loris, Marie-Sophie Talbot, Sylvie Nys, Caroline Leboutte, Jean-Pierre Flahaux, Lisianne Fiévez, Vincent Dujardin et tous les stagiaires et jobistes de l'AKDT (Libramont, 2016) ayant participé de près ou de loin à cette aventure musicale !


Réinventer le monde
En quelques secondes
Qu'il pleuve ou gronde

Disperser la lumière
Dans les moindres coins
Dans les yeux de chacun

Nos paroles s'enchainent
Et nos coeurs accélèrent
Nos esprits se déchainent
Et nos corps se libèrent

S'inspirer de ses rêves
Dans son quotidien
Colorer son chemin

De la douceur, de l'ivresse
De l'amour bleu roi
De l'humour, de la foi

Le son coule dans nos veines
La musique nous est chère
Toi aussi monte en scène
Sur le toit de notre terre

J'entends une voix au fond de moi qui veut qu'on la libère
Ce cri m'pousse à chanter et je ne peux pas m'en défaire
Nait-elle d'un malêtre ou d'un bonheur à partager
Comme un cadeau du ciel quand ça m'permet de m'exprimer

Chanter, chanter, c'est plus fort que moi
Mon être entier s'anime et je le sens au bout des doigts
Ca fait palpiter mon coeur, des pulsations de vie
Même si un jour je meurs, je chanterai cette mélodie

Elle s'en va notre peine
Aujourd'hui, c'est pas hier
On veut plus de la haine, 
On veut plus de la guerre

Nos paroles s'enchainent
Et nos coeurs accélèrent
Nos esprits se déchainent
Et nos corps se libèrent

vendredi 5 août 2016

On ne lâche rien !


Je suis vraiment contente. Ce mois de juillet était juste dingue ! J'ai vraiment hâte d'être l'an prochain pour remettre ça :) Après l'AKDT, dont je vous ai parlé dans mon article précédent, je suis allée une semaine à la mer, avec William Larqué (auteur-parolier rencontré à Astaffort, au stage pour auteurs-compositeurs organisé par Voix du Sud et parrainé par notre ami Francis Cabrel). 

On a ouvert le chantier d'écriture de mon spectacle Atomic. C'était intense ! J'en flippais d'ailleurs. N'ayant jamais fait ça auparavant, je me demandais certains matins ce qu'on allait bien pouvoir faire. Le processus est réellement une découverte et j'y prends goût. Même si j'ai déjà quelques idées, ce qui sortira au final reste assez flou et en même temps, c'est le chemin qui compte, on ne le dira jamais assez, me semble-t-il. Le spectacle, c'est vivant, dynamique, je ne pense pas qu'il y ait vraiment lieu de parler de résultat final, mais plutôt d'étapes. Quoi qu'il en soit, on a passé une extrêmement agréable semaine "vacances-passion-travail", en très belle compagnie. En plus, belle coïncidence ou synchronicité - ou cadeau du ciel, qu'on se le dise -, Marie-Sophie et Caroline (animatrices démentielles de mes stages à l'AKDT, respectivement "Paroles et musiques" et "Elle est à toi cette chanson 2") ont leur maison de vacances à deux rues de celle de ma petite maman ! Ce qui a donné lieu à deux super soirées à leurs côtés qui en promettent bien d'autres :) J'ai le sourire en mode banane jusqu'aux oreilles et ça fait du bien. 

Enfin... Il a fallu atterrir de cette nébuleuse bulle créative dans laquelle je me suis immergée pendant trente jours. Me voilà de retour chez ma grand-mère que je suis super contente de revoir, elle n'a pas pris une ride depuis mon départ, haha ! Pendant mon absence, la joyeuse colocation familiale a rétréci, puisque ma soeur, ma mère, mon beau-père et mon cousin sont partis. Snif ! Une page se tourne... Les affaires reprennent de plus belle, de mon côté : hier, j'ai pondu une nouvelle chanson pour le spectacle ("La cerise", qu'elle s'appelle), j'ai cinq concerts (covers & Atomic) à préparer, un travail sur le matériel de promo que j'aimerais faire avancer avant la rentrée, mon dossier de demande de subsides à compléter, mon CV à mettre à jour, des partitions à écrire, des chansons à terminer, des textes à peaufiner, des arrangements à continuer (avec l'aide d'un nouveau venu dans ma team encore fort restreinte : Maxime des groupes Konoba et Solskins, entre autres), un show au Bénin en décembre, à concocter avec le rappeur St Maurice, une des belles rencontres de l'AKDT, un Brussels Summer Festival où me rendre un maximum, pour faire le plein de bons sons et de contacts, un bénévolat au Kidzik Festival fin du mois, et entre temps, l'enregistrement de quatre morceaux en collaboration avec d'autres artistes... Bref, je ne suis pas en reste pour ce mois d'août ! 

Se consacrer à sa "légende personnelle", comme dirait Paulo Coelho, c'est un temps plein, oui oui ! J'en profite pour conclure cet article avec vous sur cette citation (que je dédie à Marylène et à toutes les personnes qui aimeraient libérer l'artiste/l'enfant créatif, en elles), repérée sur mon fil d'actualités Facebook (merci Clémence) et que je compte bien lire et relire à chaque moment de découragement : "Celui qui ose avoir un projet dans la vie et ose tout laisser tomber pour vivre sa Légende Personnelle, finira par réussir. L’important est de garder le feu dans le cœur, et d’avoir la force de caractère pour surmonter les moments difficiles. Souvenez-vous : le désir qui est dans notre âme n’est pas venu du néant ; Quelqu’un l’a mis là. Et ce Quelqu’un, qui est pur amour et ne souhaite que notre bonheur, fait cela uniquement parce qu’il nous a donné, avec le désir, les outils pour le réaliser" ~ Paulo Coelho

vendredi 29 juillet 2016

L'AKDT, oyé, oyé !

L’AKDT, c’est une panoplie de stages d’été répartis sur deux sites : Neufchâteau (pour la danse et le théâtre) et Libramont (pour les arts plastique et la musique). C’est LE rendez-vous annuel de passionnés désireux d’apprendre, évoluer, grandir et explorer une ou plusieurs disciplines. C’était ma première année dans cette académie aux milles vertus et j’ai décidé de signer aveuglément pour trois stages d’affilée, en pension complète, sur le site de Libramont, dans la chambre n°553 du bâtiment F, qui a hébergé la plupart des boursiers venus des quatre coins du monde (Burkina, Bénin, Tunisie, Maroc, Algérie, Haïti, Congo, …).

Chaque semaine, Libramont accueille 400 stagiaires de tous niveaux, horizons et âges qui envahissent le site et font résonner les locaux, encadrés par des professeurs de haute qualité et un staff aussi sympathique qu’efficace. Tout ce petit monde vit une expérience transformationnelle, tant sur le plan artistique qu’humain, dans une ambiance hors du commun et du temps, pendant une, deux voire trois semaines. Une aventure rendue possible grâce au travail des jobistes qui en assurent le bon déroulement, guidés par l’intendant en chef et le directeur artistique de l’AKDT.

D’une semaine à l’autre, l’atmosphère varie fortement. La première réunit majoritairement les férus de classique et les enfants. Elle est globalement plus familiale, plus calme et moins fo-folle que les autres. La deuxième réunit les accros de jazz, tandis que la troisième rassemble les amateurs de gospel, rap, beat box, variétés, rock, musique du monde et j’en passe. Les nuits sont beaucoup plus courtes et les jams plus dingues en deuxième et troisième semaine. En journée, il faut assurer de 9h à 18h, aux cours, ateliers et combos. On se retrouve tous à la cantine, matin, midi et soir, pour reprendre de l’énergie, fortement nécessaire dans cet environnement très stimulant, en constante ébullition créative, où les genres fusionnent, les méthodes s’échangent et les idées se partagent. Un lieu où l’on pratique intensément, en individuel et en groupe, sur base des exercices, de la théorie, des outils reçus en cours, avant d’appliquer le tout en jam et lors des concerts de fin de stage. A souligner : la patience, la générosité, l’écoute et la pédagogie des professeurs qui se plient en quatre pour offrir le meilleur aux élèves afin qu’ils se dépassent, dans une bienveillance générale qui fait chaud au coeur.

J’ai d’abord suivi le stage : « Elle est à toi cette chanson » avec Iza Loris et Hughes Maréchal (création d’un spectacle musical sur un thème donné, ici, le mythe du déluge). En fin de semaine, on avait quatorze chansons pour illustrer notre trame, dont six qu’on a interprétées en acoustique dans la salle de concert des Pivoines. Ensuite, « Paroles et musiques », donné par Marie-Sophie Talbot et Sylvie Nys. Une toute autre approche de l’écriture, très belle et complémentaire avec la première. Des fous rires, des découvertes, des rencontres improbables, d’intéressantes collaborations, un groupe et des exercices très riches et plein de nouvelles pistes de morceaux dans la poche. Et enfin, j'ai terminé mon séjour avec « Elle est à toi cette chanson 2 », où l’on a mis en scène et interprété le spectacle musical esquissé en première semaine, avec Caroline Leboutte et sa débordante imagination pour se joindre au duo Iza et Hughes. Il en a résulté quarante minutes de jeu face à un public nombreux et enthousiaste, pour clôturer en beauté ! 

Fiou ! Ca fait cinq jours que l’AKDT a fermé ses portes et je plane encore d’avoir fait tant de belles rencontres. Certaines donnent naissance à de nouveaux projets excitants… Que du bonheur ! Merci, merci, merci la vie ! Vivement l’an prochain. Et d’ici là, au travail !

lundi 27 juin 2016

Bon ben Bibi, hein ? Elle fait quoi ?

Ca y est... A 5 jours de partir pour mon stage de 3 semaines à Libramont, en vue d'écrire mon show (ni moins, ni moins), j'ai enfin réussi à me mettre derrière mon Mac pour tester des arrangements sur mes morceaux qui sont en piano-voix depuis des mois, maintenant ! Il était temps. Ouf, je vous jure, ce cap-là, je l'ai senti passer. Mais pourquoi ?

D'une part, je n'osais pas, j'avais comme un blocage, ma petite voix, mon ayatollah interne me disant que je n'avais pas les ressources, les compétences, la formation requises, que ça ne servait à rien d'essayer, que j'allais quand même tout rater.

Et d'autre part, quoi que ce soit forcément lié, c'est comme s'il me fallait les avoir jouées telles quelles en concert d'abord, avant de m'atteler à la lourde tache qu'est la production musicale qui portera mes textes...

J'en profite au passage pour faire une parenthèse et vous exprimer à quel point j'étais aux anges lors de ma dernière prestation. Un énorme merci à Ben Bruyninx, aka BB, qui a fait du magnifique boulot au piano et au public La Hulpois pour le formidable, fo-o-o-o-ormidable accueil qu'il m'a réservé, à l'Espace Toots, jeudi dernier. Comble était la salle et comblée, la petite Val ! J'en suis encore sur un nuage haut en couleurs. Et puis ma grand-mère, ma mécène number one, a enfin pu entendre ce qui se tramait sous son toit, quelque chose qui me tenait grandement à coeur.

Enfin... Le premier pas vers une nouvelle phase de travail est fait. Plus de 8h sur Logic, today... J'ai la tête comme un pot et n'arrive pas à fermer l'oeil. Alors tant qu'à faire, je mets à jour mon blog chéri. Je suis si contente de cette grande étape et avancée (et pas trop mécontente du premier jet) que j'en suis tout excitée ! Jusqu'à en danser sur mes nouveaux beats devant ma glace ! Bah oui, je vous avais promis, le 4 octobre 2014, que si Christine & The Queens, Valentine et ses Beans (ou Binz) Haha ! Faut bien que je bosse ma choré ;) 

Allez, les amis, il est 5h22, on se réveille parce que l'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt et j'ajouterais même, le présent à ceux qui se couchent tard. Bon... Reste plus qu'à dormir en pleine journée, du coup.

samedi 18 juin 2016

La musiiiiiqueeeee, oui, la musiiiiiqueeee...

Mon projet Atomic avance à tous petits pas. Depuis deux semaines, je déploie mon réseau et m'organise des rencontres avec des gens du milieu de la musique, à l'affût de tout ce qui pourrait m'aider à progresser et évoluer sur ce chemin difficile. Une piste, un conseil, un contact, un retour... Tout est bon à prendre, je suis tout ouïe, disponible et prête à pousser des premières petites portes, là !

Je me suis par exemple rendue à l'ICP studio, mardi, pour saluer Da Silva qui m'a super bien accueillie malgré la fatigue et le boulot qui l'attendait autour de son nouvel album. Il a pris le temps d'écouter deux titres, m'a donné son avis et ce qu'il entendait au-delà du piano-voix en termes d'arrangement. Il m'a aussi fait découvrir une artiste française, L, et donné le nom d'un label à garder dans un coin de ma tête pour le jour où j'aurai quelque chose de qualité professionnelle à envoyer. 

Peu de temps après, c'est Matt Bioul, que j'ai eu au bout du fil. Très chouette discussion. Lui m'a invitée à me poser sérieusement certaines questions avant d'aller plus loin. Afin d'éviter que je me disperse de trop et perde mon temps, mon énergie et mon argent, dans des démarches non pertinentes et inutiles. Mon projet et mes intentions doivent être très clairs dans ma tête. Pourquoi fais-je de la musique, en priorité ? Pour la scène, pour enregistrer en studio, pour passer en radio, pour moi-même, pour le fun, pour gagner ma vie, ... ? Il y a de tout ça, bien sûr. Mais quel est le plus important, pour moi, aujourd'hui ? Comment est-ce que je me positionne dans mon projet ? Quelle place me vois-je occuper sur scène ? Est-ce que je construis mon projet solo et trouve des musiciens par la suite ou est-ce que je cherche un groupe qui s'investirait dans la création ? Dans quel genre d'endroits me vois-je jouer ? Avec quels instruments ? Quel est mon style du musique exactement ? D'y répondre en amont et de faire le point, calmement, sur ce qui a du sens pour moi aujourd'hui, fait vraiment la différence, selon son expérience. Je veux bien le croire. On a prévu de se voir fin du mois de juin pour en parler.  Il va aussi me dire objectivement ce qu'il pense de mes titres. Je me réjouis ! 

Le plus difficile actuellement, c'est de savoir la direction musicale que je veux donner à mes chansons. Une fois mon concert de jeudi prochain derrière moi, je me donne une petite semaine pour arranger sur Logic les quatre morceaux que je vais produire avec un petite équipe à Paris, fin août. J'aimerais me laisser aller, m'amuser à emballer mon piano-voix des sonorités qui me parlent. Voir ce que ça donne, m'y frotter, expérimenter et explorer sans trop chercher le résultat à tout prix, ni me dire que je suis nulle et incapable, car forcément, c'est pas top pour booster ma créativité. Il s'agit juste de se lancer et d'accueillir ce qui arrive ! C'est en forgeant qu'on devient musicien, n'est-ce pas ? ;)

Par rapport à mes concerts, j'aimerais intégrer une troisième personne au projet : une violoncelliste qui, dans l'idéal, pourrait aussi faire des deuxièmes voix. Pour ce faire, je pense qu'il faut d'abord que le piano-voix soit bien calé, que je mette à jour toutes les partitions et que j'enregistre des idées musicales de ce que pourrait donner le trio, avant notre première répétition, qui n'aura pas lieu avant d'avoir fourni ce travail de mon côté. Je visais d'être au taquet pour les concerts de septembre, mais à vous écrire mes plans, je crois que je vais revoir mes objectifs ou du moins leurs échéances et continuer encore un peu de jouer Atomic dans la formule actuelle.

Et parallèlement aux répétitions, au booking de petits concerts, à la recherche musicale pour le studio et le live, aux cours, aux rendez-vous et à la constitution de mon dossier, je prépare doucement mon mois de juillet : mes stages à l'AKDT de Libramont et ma résidence d'écriture avec un auteur, autour de la création d'un spectacle musical en vue de mettre en scène, à terme, ce que je chante et dis en tant qu'Atomic. Pfiou ! Y a du boulot, quoi... Il est temps que j'arrête de laisser le sucre me sucrer mon énergie, car j'en ai bien besoin, là ! 

dimanche 12 juin 2016

Singing and dancing and laughing and crying in the rain, my sunshine

Une nouvelle semaine commence. Quelles prévisions niveau moral ? Pluie ou soleil ou les deux ? Celle qui vient de s'écouler fut tellement contrastée, avec des humeurs et états à l'image de cette étrange mousson à la belge... Changeants. Soleil brûlant, rayonnant, chaleur puis pluie dévastatrice, coups de foudre sur la tête puis soleil à nouveau, rires puis inondations de ruminations et de doutes... s'alternant à intervalles rapides et non réguliers. Gonflée à bloc de découragement, dégonflée d'encouragement. Assez pénible et éprouvant, par moments. De nombreux piquages de nez entre deux rendez-vous, deux activités, deux rencontres. Une soirée entre copains manquée, trop vite imbibée d'alcools indignement mélangés mais aussi un week-end entre filles réussi, ravie. J'ai pas compris tout ce mouvement et cette instabilité émotionnelle en une si courte durée. Intense. Chanter mes maux et mes joies, dimanche dernier, hors de ma chambre, m'aurait-il complètement retournée ? Faut que je digère tout "ça" et que je me donne du (bon) temps pour le faire, qu'il y ait de la pluie ou du soleil ou les deux, mon vieux, avec ou sans arc-en-ciel, ma belle.

samedi 4 juin 2016

Brrr... Comme brume, brouillard, bruine

Bon. Il est 5h46. Je suis hyper réveillée. Hier, j'ai passé un samedi de détente totale. Hammam au matin et méga sieste l'après-midi. Je n'ai vraiment pas lutté contre ce gros contre-coup-de-mou-du-genou de ma semaine très active, pendant laquelle je me suis sentie quelque peu en tension.

Ce n'est qu'au soir que j'ai retrouvé de l'énergie, en regardant le concert de Stromae à Montréal en 2015, sur la Deux. Une tuerie, l'énorme claque. 1h35 de plaisir. Je ne l'avais pas encore vu en live, je n'ai pas été déçue. A la fin de son show, je me suis levée, j'ai commencé à danser, m'imaginant sur une scène pareille. Le pied. J'aimerais tellement parvenir à créer un son, un jour, avec un groupe, qui me permette de bouger et de déverser le feu en moi, sur les planches !

Dans quelques heures, je chante mon petit récital pour la toute première fois, après dix mois d'écriture, accompagnée de BB (Benjamin Bruyninx), qui a beaucoup donné de sa personne, malgré son emploi du temps chargé, pour pouvoir assurer au mieux au piano, tantôt. Il semble qu'il y a pas mal de monde qui vient. Je me suis fixé comme challenge d'être moi. D'avoir confiance. De ne pas faire la timide, mal à l'aise. D'assumer. Mon corps, mes textes, ma musique. D'être présente, incarnée. D'interpréter. D'entrer dans mes morceaux, mon univers. De prendre ma place et circuler dans le petit espace de l'arrière salle du magasin Belge une fois. Mais là, tout de suite, il fait brumeux et j'ai envie d'aller marcher en forêt. Quoique. Je risque de me perdre, on n'y voit strictement rien ! C'est surréaliste, ce temps, en ce 5 juin 2016 !

mercredi 1 juin 2016

Pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-lalaaaaa ! Oooo-Lé !

Ouaaaaaiiiis ! Mon tout premier concert officiel en tant qu'ATOMIC, à l'Espace Toots de La Hulpe, le 23 juin, est sold out ! Bon... C'était pas bien compliqué non plus, j'avoue... Les quelques 50 places disponibles sont probablement en majeure partie réservées par la famille et les amis de mon p'tit papa, qui, comme je le connais, aura sûrement fait une bonne promo autour de lui, si fier de sa grande fi-fille :) Si c'est pas trop mimi !

dimanche 29 mai 2016

Mot, us et bouts cousus

Quelle journée. Riche en émotions. Je me suis levée avec l'envie de rien. Peut-être juste celle de trainer dans mon lit... ou celui de ma soeur qui a débarqué chez grand-mère, il y a maintenant trois semaines et qui dort, à mon grand bonheur, au même étage que moi. 

Petite parenthèse, ici... Je voudrais dire à quel point je suis contente de vivre sous le même toit qu'elle, pour le moment. On se découvre, comme on en a rarement eu l'occasion, jusqu'à présent. C'est magnifique. Et parenthèse dans la parenthèse, c'est même toute cette colocation à l'ancienne qui me ravit. Actuellement et plus pour longtemps, il y a mon beau-père, mon cousin revenu de Bangkok, et puis, mères et filles sur trois générations, réunies : ma respectée et respectable grand-mère, ma tendre mère, ma soeur préférée et moi. Insolite, ce regroupement. Je savoure car je mesure la grande valeur de cette proximité exceptionnelle, fruit d'un concours de circonstances, heureux finalement, qui nous soude et nous lie, dans une dynamique que je trouve sereine, porteuse et bienveillante. Une période de transition dont je me souviendrai, y a pas de doute.

Pour revenir à la première parenthèse avec ma soeur, c'est bien simple, quand l'une va moins bien, y a l'autre pour la tirer vers le haut. C'est top, cette complicité qui se développe. Aujourd'hui, en l'occurrence, c'est elle qui m'a sortie de mon humeur maussade et m'a poussée à faire ce que j'avais prévu pour moi : la fête du réseau Kalame, à 15h, rue Joseph II. A vélo, sous la pluie, elle m'a accompagnée et littéralement déposée devant la porte, avant de se remettre en selle en direction de la rue Haute.

Et je ne regrette pas. Merci Caro. J'ai passé mon après-midi à la Maison de la Francité, avec d'autres amoureux des mots, alors que sous cette bruine qui trempe bien, s'achevait à peine la 37ème édition des 20km de Bruxelles. J'y ai suivi mon premier atelier d'écriture, sur le récit de vie, animé par Micheline Ligot. Deux exercices, deux thèmes (la maison natale et la lettre à un(e) proche), qui ont donné lieu à deux textes, en trente minutes, pour chacune des cinq participantes du jour, qui avait ensuite le choix de lire ses écrits au reste du groupe. Une expérience étonnante voire troublante qui a notamment vu jaillir la pluie et les larmes qui étaient contenues dans mon bic. Ca m'a fait un bien fou. A tel point que demain, je me rends Galerie St-Hubert, tester un atelier d'écriture qui deviendra peut-être un rendez-vous hebdomadaire, dès septembre, si j'accroche.

Et pour clôturer l'événement sur une petite touche magique, spirituelle et hors du temps, j'ai rendu visite à Josiane, une poète de bonne aventure, dans sa caravane parquée à l'entrée, qui m'a offert un très joli texte, une sorte d'horoscope imaginaire, rédigé en 20 minutes sur base des deux planètes (Vénus et Jupiter) qui me sont venues à l'esprit à sa demande, de cartes (Justice et Etoile) et de mots ("découvrir", "saignent", "divan", "doute", "énigme") tirés au hasard de notre brève rencontre. Voici un extrait de son message improvisé pour moi : "La lumière qui émane de votre coeur vient d'un bel aspect de Vénus posée au carré de la Lune et qui va réveiller en vous une réserve d'énergie délicieuse. Cela se passera dans le prochain mois. Vous allez découvrir tant et tant de trésors enfouis en vous. Savez-vous que vous êtes capables de déceler toutes les aubes, et aussi celle de la conscience ? Jupiter l'annonce avec force ! Le doute est un obstacle que vous dépasserez ; les blessures qui saignent seront guéries. Votre enfant d'or veille sur votre énigme et les étoiles aiment vous regarder vivre. Vous pouvez franchement vous laissez aller dans le divan du monde. Vous serez aidée. Ne renoncez jamais à peindre votre vérité dans les nuages et les brumes célestes. Ils arroseront, chaque jour, votre marche solitaire et vos mains singulières".

vendredi 27 mai 2016

Je, moi-même et moi

Hier, j'ai entamé la constitution de mon dossier de demande de subsides auprès du Service Musique de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce faisant, alors qu'il est requis de se présenter en tant qu'artiste, je me suis emballée une bonne partie de ma journée et de ma nuit - avec tout de même les temps de repas, mon cours de chant et une répétition, pour décoller le nez de mon écran - à taper mon auto-portrait, à la troisième personne, sur un peu plus de quatre pages. Ce qui m'est apparu à la fois comme un exercice curieux, marrant et très narcissique. Car au final, qu'on se le dise, je mène MA propre enquête/interview sur MOI, auprès de MOI, en mode journaliste/blogueuse pour... Atomecrochu.blogspot.be, afin de rédiger un article de "presse" sur... MOI, dont la version longue sera publiée sur... MON blog. Haha ! Une expérience narrative bien particulière que je vais scrupuleusement m'amuser à documenter d'enregistrements, photos et vidéos d'archive, dans les semaines à venir... Je vais bien rigoler, MOI j'vous l'dis ! Et puis, MON petit doigt me dit que ça va ME servir un de ces jours, d'une manière ou d'une autre... A suivre ;)

Kusjes,

L.O.V.E,

Atomic

jeudi 19 mai 2016

Alalalala... Hulpe !

Hey ! Aujourd'hui, j'ai été imprimer 50 affiches chez Arteplan, à La Hulpe, pour mon concert Atomic à l'Espace Toots, en juin. Puis, tout à mon aise - 5h en tout, avec deux pauses obligées : un jus au soleil chez Friend's et un bon petit plat du jour au 13 -, j'ai fait le tour des magasins, boulangeries, restos, coiffeurs et autres de la rue des Combattants, afin de promouvoir l'événement et coller ma tête où je pouvais. C'était chouette comme tout ! L'occasion de rencontrer les joyeux commerçants de la commune qui m'a vue grandir et qui, aujourd'hui, me soutient et m'encourage dans mon projet. De bonnes ondes qui font bien plaisir... Val, contente. A toute :)

mardi 17 mai 2016

:) Olé, olé, olé :(

Ol, demain, ça fera deux ans que tu es parti. Hier, Caro, papa et moi avons marché les 10km d'Uccle en ton hommage, pour l'association "Une histoire de famille", que tu parrainais. Ce fut l'occasion de revoir cousins, cousines, pièces rapportées, oncle et tante du côté paternel, dans une belle ambiance et avec le soleil. Un moment agréable et mémorable qui, pour ma part, deviendra mon petit rituel en cette période de sentiments mêlés entre joie et tristesse. 

Mais aujourd'hui, je veux que tu saches que c'est la joie qui l'emporte, bien que je sois très triste que tu ne sois pas ici-bas pour la partager avec moi. Oui, mon frère, je crois que tu aurais été fier de moi. J'ai l'impression de voir le bout d'un long tunnel et j'en suis soulagée. Comme tu sais, voilà donc trois ans que je travaille corps et âme au lâcher prise d'un mental oppressant et étouffant (via la psychiatrie, le voyage, le yoga, la méditation, la respiration consciente, les soins énergétiques, les stages de voix, corps, mouvements et danse libre, séances de logopédie, cours de chant...), afin de trouver ma voie et surtout... libérer ma voix, qui s'ouvrent peu à peu, à mon grand bonheur ! 

Et parallèlement, cela fait dix mois maintenant que j'écris mon récital, en vue de la création d'un petit spectacle musical, qui incluerait les 10-12 compos en français qui découlent de cette période à la fois douloureuse et cruciale de mon existence. Je suis sure que mes chansons t'auraient fait sourire ! Et je compte bien faire en sorte que le spectacle te fasse carrément rire aux éclats ! Fini de pleurer. Je veux vivre et rigoler, comme promis, oui ?

Du coup, tu imagines bien à quel point je suis excitée et heureuse d'enfin sortir de ma chambre pour donner mon premier concert avec mes compositions et ma nouvelle voix, le mois prochain, en plein coeur de Bruxelles, après ce qui me semble avoir été un long périple vers une sorte de renaissance symbolique. Cette date signe un réel aboutissement. Je me sens tellement plus légère, aujourd'hui, Ol... Et ton départ y est pour beaucoup. Je suis certaine de puiser une grande partie de ma force dans cette épreuve si merdique. Quand ça ne va pas, je t'entends me rappeler, me hurler à quel point on ne vit qu'une fois sur cette p***** de terre, à quel point la vie est belle. Merci pour ça. C'est comme si j'étais enfin à même de te/me/nous pardonner, d'enterrer la hâche de guerre, celle qu'il peut souvent y avoir entre soeurs et frères.

Je t'aime, Oli, et ne t'oublie pas.

vendredi 13 mai 2016

Vdm.

Tyler Joseph, je t'aime ! Genre je collerais bien des posters de toi partout dans ma chambre, ta musique à fond dans mes oreilles, mais je vais me retenir, hein, parce que j'ai plus l'âge et que, bah, de toute façon, t'es marié à Jenna (et puis aussi, j'ai pas les posters). 

jeudi 12 mai 2016

Yolo...lo...ihouuuu !

Lundi, mon psy, mon très cher roi Albert, m'a dit, pour la première fois après trois ans de thérapie, que je ne devais plus venir systématiquement, c'est-à-dire une fois par semaine. Je peux rappeler si besoin. C'est énorme. Il est ravi de me voir tranquillisée de ne plus me retrouver face à un vide identitaire intersidéral. Et, boum !

Sinon, ce week-end, j'ai ma première répétition avec tout un band de musiciens depuis... je n'ose même pas compter... Trop longtemps ! Ben, le pianiste, - rencontré récemment à la chorale de mariage d'une amie - m'invite à chanter six reprises avec ses frères et d'autres guests, lors d'un parcours d'artistes, le 21 mai. Et pas de la petite chanson : "Man's world", "Cry me a river", "Stairway to heaven" et j'en passe... Hier, j'ai répété avec lui - en piano-voix, donc - et c'était catastrophique. J'avais honte, je me suis sentie archi nulle, me rendant compte à quel point ça faisait un bail que je n'étais plus sortie de ma zone de confort en termes de reprises et d'interprétation. J'étais complètement paumée, rythmiquement ! Je ne ressentais pas du tout les pulsations ! J'ai fini par me bloquer. Je suis ressortie de chez lui toute penaude et déprimée, du brownie plein la bouche.

Du coup, en rentrant, j'ai battu la mesure avec Natalie Cole, jusqu'à 1h30 ce matin, dans mon lit, pour comprendre où elle posait ses mots. Sa voix se balade de manière fluide et libre autour des temps et ça en jette ! Je veux parvenir à faire ça aussi. Or là, y a urgence ! Chanter carré, je sais plus ou moins le faire... Il est temps que je me challenge, à ce stade-ci. Les reprises, c'est la meilleure école, m'a-t-on souvent dit. Si je veux évoluer, je ne peux pas y échapper. J'ai longtemps résisté à m'y (re)mettre, pour plein de bêtes raisons, mais là, c'est parti, je suis prête à en bouffer, prête à apprendre. 

Concrètement, ça tombe bien car 1) Marie, une amie chanteuse enceinte, m'a demandé de la remplacer en septembre, au côté de son compagnon guitariste-bassiste, dans plusieurs mariages (j'ai une vingtaine de titres à bosser) et 2) Ben (dont vous entendrez encore parler, parce que c'est aussi avec lui que je vais jouer mes premières compos Atomic le mois prochain, oui, oui) me propose de chanter dans un resto près de chez lui, tous les samedis. Yes ! Y a plus qu'à tout donner :) 

Je vais profiter de ces deux belles occasions pour élargir mon répertoire des classiques et fondamentaux que je n'avais jamais osé aborder jusqu'ici. Je pense surtout à toutes ces références et chef-d'oeuvres anglo-saxons avec lesquels je n'ai pas été élevée et que je commence à vouloir découvrir activement, aujourd'hui... Au boulot, l'asticot !

samedi 30 avril 2016

Parade, Paris, Paradis

Ma semaine à Paris s'est achevée aujourd'hui, sur un bon rendez-vous musical avec un des artistes rencontrés à Astaffort, mi-avril, juste avant l'exotique covoiturage qui me ramena à Bruxelles en soirée, dans une ambiance camerounaise très conviviale !

A la base, je devais venir à Paname pour un stage au Cours Florent, mais celui-ci a été annulé faute d'assez de participants. J'ai quand même tenu à y faire un saut, car depuis janvier 2013 - et mon retour express à Bruxelles pour burn out après treize mois de journalisme culturel -, je n'y avais encore jamais remis les pieds,  réticente à me replonger dans la ville qui m'a vue plonger.

Au final, je ne regrette pas mes quelques jours ici, au contraire. J'ai revu beaucoup de mes amis et je me suis remémorée les bons moments que j'avais enfouis et cachés derrière une couche de ressentis négatifs. C'est comme si ce retour dans un état d'esprit de loin plus serein que la dernière fois, signait l'acceptation de cette période difficile de ma vie. Le chemin parcouru en trois ans m'a clairement aidée à prendre de la distance par rapport à cette première épreuve. Il est bon que je m'en rende compte, que je m'en félicite aussi, pour me rappeler que je n'ai pas fait du surplace, comme j'ai tendance à m'en convaincre dans les bas.

Mon bilan ? J'aime Paris autant que je la déteste. Ca grouille, ça se bouscule, ça respire mal... Et en même temps, ça bouge, ça vit, ça danse... Une capitale complexe dans laquelle, selon moi, tu gagnes à savoir ce que tu es venu chercher si tu ne veux pas t'y perdre ni couler.

lundi 25 avril 2016

Back (on) stage

Hier, Atomic a eu deux ans ! Quoi de mieux qu'un concert à Belge une Fois pour célébrer cet anniversaire ? Qui plus est le premier depuis décembre 2013, avec mon ami Alex, devenu officiellement le nouveau guitariste d'avenue. Il s'est bouffé douze morceaux en une semaine et franchement, après seulement trois répétitions, le résultat fut plus que satisfaisant ! Chapeau, l'artiste ! Il est super motivé par le projet (à suivre ici) et ça me fait trop plaisir. Je ne me lasse pas d'interpréter ce répertoire en anglais (écrit et composé par David, mon ex-compagnon), dont certaines chansons ont plus de huit ans... Je compte bien leur donner un nouveau souffle et les travailler sérieusement, dans les moindres détails (y a du boulot) parce qu'elles le valent bien ! Quelques personnes qui me sont chères sont venues nous écouter, en plus de celles de passage, en cet après-midi entre grosses pluies et timides rayons de soleil. Dans ce concept store aussi sympathique et accueillant que ses propriétaires, les gens avaient le sourire et moi aussi. Je m'étais donné comme objectifs de ne pas me stresser inutilement, d'être à l'aise et de passer un bon moment en musique et en belle compagnie. Ca, c'est fait ! Je ne voulais pas qu'il en soit autrement pour ce retour concret dans le vif du sujet.

lundi 18 avril 2016

Les joyeux laborantins de la chanson

Me voilà rentrée de mon séjour à Astaffort, dans le cadre de la 14ème édition du Labo Chansons, un workshop signé par Voix du Sud et développé suite à l’envie de Francis Cabrel, il y a 22 ans, de réunir sous un même toit des auteurs, compositeurs et interprètes désireux d’une part, d’apprendre, de se dépasser, et d’évoluer par le biais de l’échange et du travail en collectif, et d’autre part, de se rencontrer pour favoriser d’éventuelles collaborations par la suite. Concrètement, cela se traduit par une expérience unique, intense et complète, sur deux jours, qui met au défi quinze passionnés de musique de tous styles de créer des morceaux ensemble et dans l’urgence, guidés par des intervenants professionnels, accessibles et sympathiques !

Le premier soir, on débarque, on s’installe dans nos chambres, on boit un verre, on mange un bout, on papote tranquillement, on se détend... Jusqu’à ce que le président de l’association nous invite à nous diriger dans la pièce d’à côté pour un tour de table surprise où chacun doit évoquer son parcours, ses attentes et illustrer son univers par une petite démonstration. Boum ! Tout de suite, on fait moins les malins, le stress monte en flèche, avec son lot de plaques et de palpitations. Les visages se crispent et font la grimace. J’entends quelques rictus nerveux par-ci, capte quelques regards inquiets par-là. La tension est palpable et il semble qu’un sentiment de grande solitude gagne les participants. Mais bon, tout le monde a passé l’épreuve et personne n’en est mort. Seule la glace a été brisée.

Dès le lendemain, on attaque la formation en tant que telle avec, au menu, bien répartis sur les deux journées : un cours interactif sur la chanson française (lequel m’a foutu une bonne claque par rapport à mes premières chansons qui vont très probablement subir de profondes modifications) ; un atelier d’interprétation décalé sur le thème de la « racine vocale » ; l’écriture de deux titres avec deux groupes différents de trois personnes - dont « Une histoire à la con » que je compte bien intégrer à mon répertoire -, joués à chaud devant le reste du groupe et quelques invités extérieurs.

Ce programme bien chargé a fait vivre à nos cerveaux une bonne poignée d’heures de haute concentration, contrebalancées par les moments de détente tels que le concert acoustique des membres du staff et les jams. Le tout dans une bonne ambiance qui doit sans doute pas mal aux apéros au Floc de Gascogne, délicieux repas et quelques verres de vin rouge ;)

Bref, autant vous dire qu’à l’heure où je vous écris, j’ai encore la tête immergée dans ce cocktail détonant d’instants forts, de belles rencontres, de nouveaux outils, de pistes à explorer, d’enseignements à décanter, digérer et intégrer. Il est clair que j'en ressors grandie et inspirée, des images, des idées, des sons et des mots plein la tête. Mais surtout, piquée par le brûlant désir de continuer sur cette voie et d’avancer avec d’autres !

dimanche 3 avril 2016

Atomic power !

J'avance, les amis, j'avance. Doucement mais sûrement... Cela fait deux semaines que je me discipline à travailler 2h par jour, seule dans ma chambre, ma voix, mon piano, les deux ensemble, que ce soit pour Atomic (en français), Avenue. (en anglais) ou pour la chanson de mariage de mon amie, "Quand on n'a que l'amour", à interpréter à la messe. Les progrès sont là et je n'en suis pas peu fière. Je commence à pouvoir m'amuser vocalement, à chanter de façon plus libre, quand je suis bien échauffée. Je dois beaucoup à mon super prof de chant Fabrice Pillet, qui me donne cours 1h30 par semaine depuis octobre dernier (un ingénieur du son vocal, le type). 

Le reste de la journée, je me mets comme je peux en condition pour atteindre mes objectifs de travail  : je marche, je médite, je fais mes exos de respiration, je lis, je regarde des portraits d'artistes inspirants (récemment Johnny, Lara Fabian et Françoise Hardy) et... je bouffe, bah oui, ça, malheureusement, j'ai vraiment du mal à contrôler les quantités que j'ingurgite ! Enfin... Le moral est là -  j'ai la niaque, ouais - et je suis persuadée que lorsque je sortirai ma tête, sur des petites scènes, jams et autres, mes troubles alimentaires s'évanouiront progressivement. J'ai décidé de ne plus lutter contre mes crises de boulimie et d'accepter qu'elles font temporairement partie de ma vie, tout comme ce corps que je ne reconnais pas. 

Côté potes, amours et soirées, tout est bien calme et ça me convient. Je ne sors pas beaucoup, je vois quelques amis, en toute simplicité, par-ci, par-là, et savoure de faire de longues nuits de mamie qui me permettent d'être efficace le jour ! Il y a un temps pour tout. Les distractions en tout genre bien que nécessaires et très agréables, sont pour moi secondaires, actuellement. Enfin, avec le soleil qui arrive, cela pourrait bien basculer :)

Chanter face au public me manque tellement ! Mais je ne voudrais surtout pas brusquer les choses, j'ai encore énormément de boulot : quatre nouveaux textes à mettre en musique, des cours de piano à prendre pour pimper et colorer mon jeu, chanson par chanson,  des arrangements à tester et surtout... mon interprétation à bosser ! Jusqu'ici, j'ai récité des textes sur de la musique. J'ai fait mon job, comme on dit. Aujourd'hui, c'est différent, je veux vivre mes paroles, être mes paroles, transcender mes paroles. Envoyer du lourd, sans en faire trop, pas évident ! Patience, courage, persévérance et indulgence et tout ira bien... 

Du coup, j'ai décidé de suivre quelques formations prochainement : fin avril, je me rends à une semaine de stage pour auteurs, compositeurs, interprètes, à Paris, au cours Florent, en plus de mes deux jours de workshop dans la même veine, à Astaffort, avec l'équipe de Francis Cabrel, mi-avril. J'ai également en tête de faire un deuxième stage du cours Florent, fin de l'été, sur le coaching vocal et l'interprétation. Au top ! Et dès lundi, j'ai une formation de 9h sur trois jours, intitulée "Le corps de la voix et la voix du corps", rue de la Glacière à Saint-Gilles. Il m'est impératif d'évoluer et de grandir artistiquement ! C'est dans cet élan que je me suis aussi inscrite à un e-learning de trois mois autour des fondamentaux pour une voix saine, animé par Emmanuelle Trinquesse. Je suis curieuse d'expérimenter cette méthode...

En parallèle, je réponds à des annonces de castings pour voix off et autres. Je me suis rendue à deux d'entre eux, la semaine passée. Peu importe que je sois retenue ou non, je me félicite déjà d'y être allée sans me décourager d'office ni m'angoisser démesurément, d'avoir rencontré les personnes et passé les épreuves ! Si c'est une impasse, j'irai voir ailleurs. Et mercredi, y a une jam non loin d'où j'habite. A moi de jouer, les p'tits potes, advienne que pourra ! Yihouuuuuuu :)

mercredi 23 mars 2016

Explosive spring

Pensée du jour, ou du lendemain de la veille : sensibiliser tout un chacun et sans exception, à travers une éducation et un enseignement qui développeraient un esprit plus critique que jamais, à devenir un sujet en l'amenant à rencontrer son vide intérieur et son manque - lesquels sont innés, naturels et normaux -, à les respecter, les reconnaitre, les appréhender, les gérer, sans les rejeter, favorisant ainsi une plus grande autonomie psychique, plutôt que de laisser une personne "définir son "éthique" propre, ses critères du bien et du mal, ce qui l'attire ou le repousse selon ses humeurs"*, sans qu'elle n'ait réellement conscience de ses choix, ses décisions, loin d'être libres malgré les apparences, comme nous dit très justement mon sage du moment, le psychanalyste Moussa Nabati.

Et ce, pour tenter de limiter l'expansion du fléau de notre temps dont on paie le prix fort des conséquences : celui d'être aveuglément endoctrinés, dominés et manipulés, victimes vulnérables et fragiles que nous sommes, en proie à des choses ou personnes vicieuses, perverses - ingrédients constitutifs de notre société moderne aux mille et une libertés et hyper carencée en repères, garde-fous et modérateurs valables - qui s'emparent bien trop facilement de ce vide et de ce manque consubstantiels à notre existence, pour les remplir malhonnêtement, débouchant à tous les maux de la terre qu'on connait aujourd'hui.

Pour conclure, je citerai encore Moussa qui nous rappelle que "la vie n'est pas simple, mais heureusement complexe. Rien n'est parfait. Tout se paie. Une chose parait sûre néanmoins : le vide représente certainement le joyau le plus précieux qu'il revient à chacun de protéger, dans son écrin invisible. Notre pire ennemi s'appelle le remplissage."*

*Citations extraites du livre "Comme un vide en moi. Habiter son présent", du psychanalyste Moussa Nabati que je ne vous recommanderai jamais assez.

mardi 22 mars 2016

News !

Le printemps 2016 est la saison du changement, du renouveau, de la renaissance... J'ai voulu marquer le coup en participant à mon troisième cercle de femmes, guidé par Olga Esteban, dimanche après-midi : 5h de soins énergétiques en collectif, avec méditation, respiration, danse et mouvement, partage en paroles et repas végétarien. Ca m'a fait (et continue de me faire) beaucoup de bien, comme à chaque fois. En rentrant, on a fêté ma petite soeur chez mère-grand et terminé la soirée en tapant la carte tous ensemble. Très bonne ambiance.

Belle journée que ce lundi 21 mars : je me suis rendue aux Studios Alexis Films, faire mon premier essai pour des voix publicitaires. Je suis très contente d'avoir franchi le pas et dépassé mes peurs et doutes. On verra, j'espère qu'il y aura des suites, je suis trop motivée : "Crédit 2000, c'est si facile, crédit 2000". Ensuite, mon coach vocal a débarqué à la maison et nous avons parlé et bossé "interprétation". Je me sens au niveau zéro, dans ce domaine si crucial du chant. J'ai toujours rêvé donner vie à mes chansons, sans savoir comment m'y prendre, ça m'a toujours frustrée de me limiter à faire mon job sur scène sans vraiment transcender les émotions que je voulais partager avec le public. Probablement fallait-il que je puisse me donner vie d'abord... On n'a pas tarder à s'essayer à "Quand on n'a que l'amour", mon morceau pour la messe du 23 avril ! Les éléments sont là mais tout est brut, y a plus qu'à polir, avec une bonne dose d'heures de pratique !

J'ai aussi reçu une très bonne nouvelle : j'ai été sélectionnée pour participer à la première étape du stage pour auteurs, compositeurs, interprètes, parrainée par Francis Cabrel, à Astaffort, en France, afin de travailler sur mes compos en français. Yihaaaaa ! Lors de ce premier rendez-vous qu'ils appellent le Labo Chansons, les professionnels évaluent si ton projet tient suffisamment la route pour bénéficier d'un réel accompagnement lors des étapes suivantes (écriture, arrangement, coaching scénique...). Je m'y rends déjà le 12 avril or je ne sais pas encore bien les jouer en piano-voix mes petites chansons, donc là, y a pas de temps à perdre, faut s'y mettre et que ça saute ! 

Et pour clôturer cette journée haute en couleurs, petit repas veggie avec mes nouvelles copines du stage d'acroyoga de carnaval. What else ?