dimanche 29 mai 2016

Mot, us et bouts cousus

Quelle journée. Riche en émotions. Je me suis levée avec l'envie de rien. Peut-être juste celle de trainer dans mon lit... ou celui de ma soeur qui a débarqué chez grand-mère, il y a maintenant trois semaines et qui dort, à mon grand bonheur, au même étage que moi. 

Petite parenthèse, ici... Je voudrais dire à quel point je suis contente de vivre sous le même toit qu'elle, pour le moment. On se découvre, comme on en a rarement eu l'occasion, jusqu'à présent. C'est magnifique. Et parenthèse dans la parenthèse, c'est même toute cette colocation à l'ancienne qui me ravit. Actuellement et plus pour longtemps, il y a mon beau-père, mon cousin revenu de Bangkok, et puis, mères et filles sur trois générations, réunies : ma respectée et respectable grand-mère, ma tendre mère, ma soeur préférée et moi. Insolite, ce regroupement. Je savoure car je mesure la grande valeur de cette proximité exceptionnelle, fruit d'un concours de circonstances, heureux finalement, qui nous soude et nous lie, dans une dynamique que je trouve sereine, porteuse et bienveillante. Une période de transition dont je me souviendrai, y a pas de doute.

Pour revenir à la première parenthèse avec ma soeur, c'est bien simple, quand l'une va moins bien, y a l'autre pour la tirer vers le haut. C'est top, cette complicité qui se développe. Aujourd'hui, en l'occurrence, c'est elle qui m'a sortie de mon humeur maussade et m'a poussée à faire ce que j'avais prévu pour moi : la fête du réseau Kalame, à 15h, rue Joseph II. A vélo, sous la pluie, elle m'a accompagnée et littéralement déposée devant la porte, avant de se remettre en selle en direction de la rue Haute.

Et je ne regrette pas. Merci Caro. J'ai passé mon après-midi à la Maison de la Francité, avec d'autres amoureux des mots, alors que sous cette bruine qui trempe bien, s'achevait à peine la 37ème édition des 20km de Bruxelles. J'y ai suivi mon premier atelier d'écriture, sur le récit de vie, animé par Micheline Ligot. Deux exercices, deux thèmes (la maison natale et la lettre à un(e) proche), qui ont donné lieu à deux textes, en trente minutes, pour chacune des cinq participantes du jour, qui avait ensuite le choix de lire ses écrits au reste du groupe. Une expérience étonnante voire troublante qui a notamment vu jaillir la pluie et les larmes qui étaient contenues dans mon bic. Ca m'a fait un bien fou. A tel point que demain, je me rends Galerie St-Hubert, tester un atelier d'écriture qui deviendra peut-être un rendez-vous hebdomadaire, dès septembre, si j'accroche.

Et pour clôturer l'événement sur une petite touche magique, spirituelle et hors du temps, j'ai rendu visite à Josiane, une poète de bonne aventure, dans sa caravane parquée à l'entrée, qui m'a offert un très joli texte, une sorte d'horoscope imaginaire, rédigé en 20 minutes sur base des deux planètes (Vénus et Jupiter) qui me sont venues à l'esprit à sa demande, de cartes (Justice et Etoile) et de mots ("découvrir", "saignent", "divan", "doute", "énigme") tirés au hasard de notre brève rencontre. Voici un extrait de son message improvisé pour moi : "La lumière qui émane de votre coeur vient d'un bel aspect de Vénus posée au carré de la Lune et qui va réveiller en vous une réserve d'énergie délicieuse. Cela se passera dans le prochain mois. Vous allez découvrir tant et tant de trésors enfouis en vous. Savez-vous que vous êtes capables de déceler toutes les aubes, et aussi celle de la conscience ? Jupiter l'annonce avec force ! Le doute est un obstacle que vous dépasserez ; les blessures qui saignent seront guéries. Votre enfant d'or veille sur votre énigme et les étoiles aiment vous regarder vivre. Vous pouvez franchement vous laissez aller dans le divan du monde. Vous serez aidée. Ne renoncez jamais à peindre votre vérité dans les nuages et les brumes célestes. Ils arroseront, chaque jour, votre marche solitaire et vos mains singulières".

vendredi 27 mai 2016

Je, moi-même et moi

Hier, j'ai entamé la constitution de mon dossier de demande de subsides auprès du Service Musique de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce faisant, alors qu'il est requis de se présenter en tant qu'artiste, je me suis emballée une bonne partie de ma journée et de ma nuit - avec tout de même les temps de repas, mon cours de chant et une répétition, pour décoller le nez de mon écran - à taper mon auto-portrait, à la troisième personne, sur un peu plus de quatre pages. Ce qui m'est apparu à la fois comme un exercice curieux, marrant et très narcissique. Car au final, qu'on se le dise, je mène MA propre enquête/interview sur MOI, auprès de MOI, en mode journaliste/blogueuse pour... Atomecrochu.blogspot.be, afin de rédiger un article de "presse" sur... MOI, dont la version longue sera publiée sur... MON blog. Haha ! Une expérience narrative bien particulière que je vais scrupuleusement m'amuser à documenter d'enregistrements, photos et vidéos d'archive, dans les semaines à venir... Je vais bien rigoler, MOI j'vous l'dis ! Et puis, MON petit doigt me dit que ça va ME servir un de ces jours, d'une manière ou d'une autre... A suivre ;)

Kusjes,

L.O.V.E,

Atomic

jeudi 19 mai 2016

Alalalala... Hulpe !

Hey ! Aujourd'hui, j'ai été imprimer 50 affiches chez Arteplan, à La Hulpe, pour mon concert Atomic à l'Espace Toots, en juin. Puis, tout à mon aise - 5h en tout, avec deux pauses obligées : un jus au soleil chez Friend's et un bon petit plat du jour au 13 -, j'ai fait le tour des magasins, boulangeries, restos, coiffeurs et autres de la rue des Combattants, afin de promouvoir l'événement et coller ma tête où je pouvais. C'était chouette comme tout ! L'occasion de rencontrer les joyeux commerçants de la commune qui m'a vue grandir et qui, aujourd'hui, me soutient et m'encourage dans mon projet. De bonnes ondes qui font bien plaisir... Val, contente. A toute :)

mardi 17 mai 2016

:) Olé, olé, olé :(

Ol, demain, ça fera deux ans que tu es parti. Hier, Caro, papa et moi avons marché les 10km d'Uccle en ton hommage, pour l'association "Une histoire de famille", que tu parrainais. Ce fut l'occasion de revoir cousins, cousines, pièces rapportées, oncle et tante du côté paternel, dans une belle ambiance et avec le soleil. Un moment agréable et mémorable qui, pour ma part, deviendra mon petit rituel en cette période de sentiments mêlés entre joie et tristesse. 

Mais aujourd'hui, je veux que tu saches que c'est la joie qui l'emporte, bien que je sois très triste que tu ne sois pas ici-bas pour la partager avec moi. Oui, mon frère, je crois que tu aurais été fier de moi. J'ai l'impression de voir le bout d'un long tunnel et j'en suis soulagée. Comme tu sais, voilà donc trois ans que je travaille corps et âme au lâcher prise d'un mental oppressant et étouffant (via la psychiatrie, le voyage, le yoga, la méditation, la respiration consciente, les soins énergétiques, les stages de voix, corps, mouvements et danse libre, séances de logopédie, cours de chant...), afin de trouver ma voie et surtout... libérer ma voix, qui s'ouvrent peu à peu, à mon grand bonheur ! 

Et parallèlement, cela fait dix mois maintenant que j'écris mon récital, en vue de la création d'un petit spectacle musical, qui incluerait les 10-12 compos en français qui découlent de cette période à la fois douloureuse et cruciale de mon existence. Je suis sure que mes chansons t'auraient fait sourire ! Et je compte bien faire en sorte que le spectacle te fasse carrément rire aux éclats ! Fini de pleurer. Je veux vivre et rigoler, comme promis, oui ?

Du coup, tu imagines bien à quel point je suis excitée et heureuse d'enfin sortir de ma chambre pour donner mon premier concert avec mes compositions et ma nouvelle voix, le mois prochain, en plein coeur de Bruxelles, après ce qui me semble avoir été un long périple vers une sorte de renaissance symbolique. Cette date signe un réel aboutissement. Je me sens tellement plus légère, aujourd'hui, Ol... Et ton départ y est pour beaucoup. Je suis certaine de puiser une grande partie de ma force dans cette épreuve si merdique. Quand ça ne va pas, je t'entends me rappeler, me hurler à quel point on ne vit qu'une fois sur cette p***** de terre, à quel point la vie est belle. Merci pour ça. C'est comme si j'étais enfin à même de te/me/nous pardonner, d'enterrer la hâche de guerre, celle qu'il peut souvent y avoir entre soeurs et frères.

Je t'aime, Oli, et ne t'oublie pas.

vendredi 13 mai 2016

Vdm.

Tyler Joseph, je t'aime ! Genre je collerais bien des posters de toi partout dans ma chambre, ta musique à fond dans mes oreilles, mais je vais me retenir, hein, parce que j'ai plus l'âge et que, bah, de toute façon, t'es marié à Jenna (et puis aussi, j'ai pas les posters). 

jeudi 12 mai 2016

Yolo...lo...ihouuuu !

Lundi, mon psy, mon très cher roi Albert, m'a dit, pour la première fois après trois ans de thérapie, que je ne devais plus venir systématiquement, c'est-à-dire une fois par semaine. Je peux rappeler si besoin. C'est énorme. Il est ravi de me voir tranquillisée de ne plus me retrouver face à un vide identitaire intersidéral. Et, boum !

Sinon, ce week-end, j'ai ma première répétition avec tout un band de musiciens depuis... je n'ose même pas compter... Trop longtemps ! Ben, le pianiste, - rencontré récemment à la chorale de mariage d'une amie - m'invite à chanter six reprises avec ses frères et d'autres guests, lors d'un parcours d'artistes, le 21 mai. Et pas de la petite chanson : "Man's world", "Cry me a river", "Stairway to heaven" et j'en passe... Hier, j'ai répété avec lui - en piano-voix, donc - et c'était catastrophique. J'avais honte, je me suis sentie archi nulle, me rendant compte à quel point ça faisait un bail que je n'étais plus sortie de ma zone de confort en termes de reprises et d'interprétation. J'étais complètement paumée, rythmiquement ! Je ne ressentais pas du tout les pulsations ! J'ai fini par me bloquer. Je suis ressortie de chez lui toute penaude et déprimée, du brownie plein la bouche.

Du coup, en rentrant, j'ai battu la mesure avec Natalie Cole, jusqu'à 1h30 ce matin, dans mon lit, pour comprendre où elle posait ses mots. Sa voix se balade de manière fluide et libre autour des temps et ça en jette ! Je veux parvenir à faire ça aussi. Or là, y a urgence ! Chanter carré, je sais plus ou moins le faire... Il est temps que je me challenge, à ce stade-ci. Les reprises, c'est la meilleure école, m'a-t-on souvent dit. Si je veux évoluer, je ne peux pas y échapper. J'ai longtemps résisté à m'y (re)mettre, pour plein de bêtes raisons, mais là, c'est parti, je suis prête à en bouffer, prête à apprendre. 

Concrètement, ça tombe bien car 1) Marie, une amie chanteuse enceinte, m'a demandé de la remplacer en septembre, au côté de son compagnon guitariste-bassiste, dans plusieurs mariages (j'ai une vingtaine de titres à bosser) et 2) Ben (dont vous entendrez encore parler, parce que c'est aussi avec lui que je vais jouer mes premières compos Atomic le mois prochain, oui, oui) me propose de chanter dans un resto près de chez lui, tous les samedis. Yes ! Y a plus qu'à tout donner :) 

Je vais profiter de ces deux belles occasions pour élargir mon répertoire des classiques et fondamentaux que je n'avais jamais osé aborder jusqu'ici. Je pense surtout à toutes ces références et chef-d'oeuvres anglo-saxons avec lesquels je n'ai pas été élevée et que je commence à vouloir découvrir activement, aujourd'hui... Au boulot, l'asticot !