vendredi 29 juillet 2016

L'AKDT, oyé, oyé !

L’AKDT, c’est une panoplie de stages d’été répartis sur deux sites : Neufchâteau (pour la danse et le théâtre) et Libramont (pour les arts plastique et la musique). C’est LE rendez-vous annuel de passionnés désireux d’apprendre, évoluer, grandir et explorer une ou plusieurs disciplines. C’était ma première année dans cette académie aux milles vertus et j’ai décidé de signer aveuglément pour trois stages d’affilée, en pension complète, sur le site de Libramont, dans la chambre n°553 du bâtiment F, qui a hébergé la plupart des boursiers venus des quatre coins du monde (Burkina, Bénin, Tunisie, Maroc, Algérie, Haïti, Congo, …).

Chaque semaine, Libramont accueille 400 stagiaires de tous niveaux, horizons et âges qui envahissent le site et font résonner les locaux, encadrés par des professeurs de haute qualité et un staff aussi sympathique qu’efficace. Tout ce petit monde vit une expérience transformationnelle, tant sur le plan artistique qu’humain, dans une ambiance hors du commun et du temps, pendant une, deux voire trois semaines. Une aventure rendue possible grâce au travail des jobistes qui en assurent le bon déroulement, guidés par l’intendant en chef et le directeur artistique de l’AKDT.

D’une semaine à l’autre, l’atmosphère varie fortement. La première réunit majoritairement les férus de classique et les enfants. Elle est globalement plus familiale, plus calme et moins fo-folle que les autres. La deuxième réunit les accros de jazz, tandis que la troisième rassemble les amateurs de gospel, rap, beat box, variétés, rock, musique du monde et j’en passe. Les nuits sont beaucoup plus courtes et les jams plus dingues en deuxième et troisième semaine. En journée, il faut assurer de 9h à 18h, aux cours, ateliers et combos. On se retrouve tous à la cantine, matin, midi et soir, pour reprendre de l’énergie, fortement nécessaire dans cet environnement très stimulant, en constante ébullition créative, où les genres fusionnent, les méthodes s’échangent et les idées se partagent. Un lieu où l’on pratique intensément, en individuel et en groupe, sur base des exercices, de la théorie, des outils reçus en cours, avant d’appliquer le tout en jam et lors des concerts de fin de stage. A souligner : la patience, la générosité, l’écoute et la pédagogie des professeurs qui se plient en quatre pour offrir le meilleur aux élèves afin qu’ils se dépassent, dans une bienveillance générale qui fait chaud au coeur.

J’ai d’abord suivi le stage : « Elle est à toi cette chanson » avec Iza Loris et Hughes Maréchal (création d’un spectacle musical sur un thème donné, ici, le mythe du déluge). En fin de semaine, on avait quatorze chansons pour illustrer notre trame, dont six qu’on a interprétées en acoustique dans la salle de concert des Pivoines. Ensuite, « Paroles et musiques », donné par Marie-Sophie Talbot et Sylvie Nys. Une toute autre approche de l’écriture, très belle et complémentaire avec la première. Des fous rires, des découvertes, des rencontres improbables, d’intéressantes collaborations, un groupe et des exercices très riches et plein de nouvelles pistes de morceaux dans la poche. Et enfin, j'ai terminé mon séjour avec « Elle est à toi cette chanson 2 », où l’on a mis en scène et interprété le spectacle musical esquissé en première semaine, avec Caroline Leboutte et sa débordante imagination pour se joindre au duo Iza et Hughes. Il en a résulté quarante minutes de jeu face à un public nombreux et enthousiaste, pour clôturer en beauté ! 

Fiou ! Ca fait cinq jours que l’AKDT a fermé ses portes et je plane encore d’avoir fait tant de belles rencontres. Certaines donnent naissance à de nouveaux projets excitants… Que du bonheur ! Merci, merci, merci la vie ! Vivement l’an prochain. Et d’ici là, au travail !