vendredi 10 novembre 2017

Red Bull

Yeeeeees !

Après une rencontre à la fois belle et difficile, pleine d'amour et d'amitié, j'ai enfin mis en mots ce que je ressens comme de la colère... Sans crier, sans hurler, cette fois ! Grosse étape ! Le fruit en est un rap qui s'appelle "Red Bull", avec des phrases où je ne mets pas de barrières, je lâche les vannes, c'est direct, c'est explicite, c'est clair, c'est trash, sans être vulgaire ni grossière, parce que cela ne me ressemble guère. 

J'ai l'impression que je touche enfin au lâcher prise nécessaire à la découverte de mon écriture-racine, laquelle me mènera peu à peu à celle de ma racine vocale (puisque le psychique et la voix sont comme cul et chemise, intrinsèquement liés, on en reparlera, peut-être de vive voix ! Hallelujah !).

Peu importe l'anecdote derrière ce texte Red Bull/rouge bulle (je remercie d'ailleurs du fond du coeur la personne avec qui j'ai pu la vivre, car elle m'a accompagnée avec une bienveillance très rare - ce mec est décidément très fort). Car ce n'est finalement qu'un prétexte à l'expression d'un état aussi profond, mystérieux, énigmatique que la colère, ce sorcier/cette sorcière en moi, en nous, qui vaut  grandement la rencontre. Ce qui compte, c'est que je pense l'avoir extériorisée de façon plus aiguisée et maitrisée que jamais auparavant. Ma conscience continue de s'éveiller, au fur et à mesure que les mots se déposent, ici et dans mes chansons. Et c'est fort, douloureux et beau, en même temps.

Je vous assure... depuis le temps que je cherche un moyen de libérer cette part de moi, comme elle est, sans la déguiser, sans que cela ne fasse aucun mal (bien au contraire, la catharsis opère). Depuis le temps que je cherche à l'appréhender via ce canal qu'est l'écriture qui n'a pas peur des mots, des maux, de mes mots, plutôt que de laisser cette colère anéantir mes terres fertiles, tel un ouragan dans mon quotidien. Ouf ! Jusqu'ici, mes chansons de colère étaient allégées-avec-sucre-ajouté. Mais là, non, c'est fini la "candeur-elle". Boum ! CE QUE CA FAIT DU BIEN, PU**** ! HAAAAAA (cri sur papier).

*Note : milestone psychique : vais-je enfin pouvoir me guérir de mon addiction au sucre, lié au besoin affectif ? A observer de très près...

Pour mon one woman show (2020, haha, si je respecte mon poème qui me guide, ma visualisation créatrice*), il me semble que j'ai assez de matière à travers mes quelques vingt chansons et histoires, pour dépeindre le panel d'émotions qu'il m'a été amené de découvrir, reconnaitre, apprendre à gérer jusqu'ici, pour vivre mieux, au mieux et de mon mieux ma vie, jusqu'à ce que la mort me sépare d'elle.

D'ici l'écriture du spectacle, voici le programme : tout en rédigeant mon premier livre, en 2018, je sors l'acte 1 : une dizaine de chansons, sur les réseaux, avec ou sans clip, qui représenteront les émotions froides et bleues, le "ça ne va pas, je suis au fond du trou" ou la phase de crise. En 2019, je sors l'acte 2, re-une dizaine de chansons qui représenteront les émotions chaudes et rouges, le "ça ne va toujours pas, mais je pédale pour que ça aille mieux", la transition vers le nouvel équilibre. 

L'acte 3, le "ça va, avec les hauts et les bas" ou l'équilibre : peut-être qu'il sera écrit pour le spectacle, peut-être qu'il fera l'objet d'un autre projet artistique, peut-être qu'il ne s'écrira pas... Que je serai partie avant... Qui sait ? En effet, dans ma vision des choses, pour être entière, il me reste à vivre, à expérimenter puis tenter d'écrire l'Amour inconditionnel de soi et de l'autre, de Soi avec l'Autre, dans le désir gratuit, l'échange et l'équilibre... Cet état de grâce, ce nirvana, cet Everest si difficile à grimper.... dans toutes les relations humaines. Vivrai-je ne fut-ce qu'un bout de cette aventure-là ? L'aventure parmi les aventures ? Cette chanson fera-t-elle partie du spectacle ? Ou s'écrira-t-elle sans les mots, une fois que le spectacle aura foulé les planches (le poids de la mission d'écriture de ce premier projet artistique n'étant plus sur mes petites épaules qui aspirent à la légèreté, peut-être serai-je plus à même de vivre la grande aventure ?) Ou est-ce que finalement, cet acte-là n'est-il pas celui qui s'écrit au jour le jour, dans l'instant présent de chaque instant présent, puisque c'est le chemin qui compte et non la destination, comme disait l'autre ?

A méditer...

* Poème-guide/visualisation créatrice : 

2012, je marque la fin d'un monde de bouse
2013, je vous baise
2014, je divorce
2015, je m'assume 'zinz
2016, je baise
2017, je fais la fête (dans ma tête)
2018, je sors un hit (tête de bite)
2019, je surfe (crâne d'oeuf)
2020, je suis enceinte (de mon spectacle au goût d'absinthe)

L'O de Vie
L.O.V.e
L'ode à la vie
L'Olivier

Note pour moi-même (comme tout le reste) : ... dans une tasse, au bar de la Paix, deux colombes, au lendemain de son anniversaire à elle (avec qui je suis en pensées), le jour du 99ème anniversaire de L'Armistice. 

CQFSD : ce qu'il me ferait sens de démontrer (pour exister)... Y a plus qu'à... Travailler !

mardi 31 octobre 2017

Le mélanome de Mélanie














Méli-mélodrame
Méli-mélopée
Méli-mélodie

Au creux de son nombril
Un grain d’une grande beauté
Aussi fragile qu'une île
En pleine mer agitée

Elle avait si froid au cœur
Elle était si mal dans sa peau
Qu’au moindre rayon de soleil
Elle réchauffait ses maux

Le mélanome de Mélanie
Ce grain de beauté incompris
Mélomane et mégalo
Son mélodrame voulait sa peau

Elle n'arrivait pas à parler
Juste à pleurer, à crier
Elle se rendit dans un asile
Pour y recharger ses piles

Un voyage en profondeur
Neutralisa du grain, la menace
De l'espoir, elle vit la lueur
Et remonta à la surface

Le mélanome de Mélanie
Ce grain de beauté incompris
Mélomane et mégalo
Son mélodrame changea de peau

Sans perdre une seconde
Elle partit faire le tour du monde
De grains de blé en grains de sable
Elle rédigea ses propres fables

Un nouveau grain de beauté
Pointa le bout de son nez
Elle regarda bien au-delà
Et se mit à rire aux éclats

Avec un métronome, Mélanie
Posa son grain de voix sur ses récits
Mélomane et mégalo
La dame est belle et bien dans sa peau

L.O.V.E,

Lady Valentine

jeudi 22 juin 2017

Lotus et bouche décousue

J'ai des frissons partout. Je suis si émue... Il m'aura fallu quatre ans de travail psychique (et énergétique) acharné pour me déconditionner de tous les "il faut que tu fasses ceci, tu dois faire cela" et de toutes les peurs et angoisses qui me collaient au coeur depuis l'enfance... Toutes ces barrières et cuirasses qui me gardaient prisonnière de ma propre vie et m'empêchaient de me réaliser, m'épanouir pleinement. 

Quatre ans pour parvenir - contre vents d'humeurs changeantes et marées hormonales, dans un monde aussi beau que timbré - à me donner les moyens de réaliser mes désirs les plus profonds, les plus enfouis, refoulés et inhibés : vivre ma musique, l'écrire, la chanter, la jouer, la danser, l'interpréter, la partager.

Mais pour ça, j'ai trimé pour apprendre ce langage du lâcher prise (et ce n'est jamais fini), afin de laisser toutes les facettes de la femme - que je cherchais et chercherai continuellement à rencontrer - s'exprimer, même celles que la société, la norme et ses conventions nous amène à dissimuler sous un masque, à cacher : sa vulnérabilité, sensibilité, fragilité... Des failles, blessures et faiblesses dont on devrait avoir honte ? Non. Juste la beauté intérieure de tout être, à l'état pur, du pain béni quand on apprivoise cette part de soi : sa vérité. 

Hier soir, mon concert au Rideau Rouge, c'était mon soir, mon rituel de passage. J'ai transmis, exprimé et partagé en musique mon regard sur le monde intérieur/extérieur dans lequel je vis. Ce que je me sens mieux ! Je ne marque pas l'Histoire, mais je marque la mienne, de ma signature, mon cachet, ma patte... En résultat de cette lourde tâche de construction identitaire, où je suis partie vaille que vaille à la recherche des outils pour grandir, devenir adulte...

Où tout cela me mènera ? Je ne sais pas et je m'en fiche. J'ai pu renaitre à moi-même. Que ce que je raconte soit tendance ou pas, valorisé ou pas, rémunéré ou pas... Peu importe ! Ce parcours m'appartient et ça, personne ne me l'enlèvera jamais. Avant de mourir, je n'aurai pas de regrets. Je pourrai dire fièrement : "Je l'aurai fait, ce concert avec mes propres chansons, accompagnée de super musiciens, sur une jolie scène avec du bon son et des lumières, face à un public". Et ce bonheur-là ne se mesure pas en argent, en voiture, en maisons, certainement pas.

Je le ressens : le vide en moi me dit au revoir et fait place à la lumière, à la joie. La souffrance fait partie de ce monde, on ne l'effacera jamais. Et forcément, les bas et les moments de rien sont là aussi, nécessaires. De les accueillir, les accepter et les vivre à fond, c'est ma clé, mon bonheur à moi. Toutes les phases, les embrasser, sans en rejeter une seule. Et quand je touche à la source vitale infinie, j'en souris et je remercie l'univers, les larmes aux yeux.

A partir de maintenant, y a plus qu'à continuer, apprendre, travailler, aimer, transmettre... Le chemin vient tout juste de s'ouvrir, ce n'est que le début d'une belle aventure que j'aimerais la plus longue possible. Vraiment, je le dis et le redis... C'est fini, la survie. Place à la Vie, avec un grand V, parce qu'elle est magnifique, un cadeau du ciel, un miracle !

Signé l'ex Baby et la future Mamy, mais ici, maintenant, surtout... Lady Valentine

lundi 19 juin 2017

Arbre de vie

Olivier

Toi mon ami, enfant de la balle
Tu es parti comme en cavale
Sans écouter ton coeur en flammes
Qui criait fort son vague à l’âme

Aussi joli que l’olivier
Tu naviguais comme le voilier
Au bord d’un fleuve pas tranquille
Riant de ton talent d’Achille

Dans tes artères, coulait la neige
Une panne de cœur que rien n’allège
Tu n’as rien dit, tu es parti
Toi mon ami, génie maudit




Repose en paix, 
Je t'aime, à jamais,

Valentine

dimanche 28 mai 2017

Sugar woman

Shooting photos pour les Squad Awards/Nyx Cosmetics, avec Valko au maquillage et Olivier Truyman derrière l'objectif.

Il reste une semaine, on est dans le top 5, go go go !

Monstrueusement doux, mmm... A sniffer trop de poudre blanche, de sucre raffiné, voyez ce que devient ma peau, mon joli petit nez ;) Comment flairer le bon plan, dorénavant, avec ce cuberdon moisi juste au-dessus de mes dents ?

C'est fini de me mentir à moi-même, de masquer les problèmes (ou mon nez rouge de marionnette, de clown triste risque encore de me faire partir en sucette, de me pousser en hors piste). Je choisis de m'accepter comme "énerghumaine" et d'assumer mes réactions parfois extrêmes dans ce système où je me démène, me malmène et de plus en plus, me promène, guillerette et saine.

En ce jour et pour tous ceux qui suivent, je m'engage à faire et dire ce que je ressens juste et bon pour moi, ce que j'aime, avec qui j'aime, malgré des forces contraires/suprêmes, malgré certaines lois, pour parvenir à dire enfin tout haut - et ce, quelle que soit l'humeur du monde, mon environnement, ma maison, mon préau : "je m'aime et puis d'ailleurs vive les chrysanthèmes !" Quel chouette programme, quand même !
Cheers, peace & love,

(Révoltaire) Lady Valentine

mardi 23 mai 2017

N

MANCHESTER UNITED ! ALORS MAINTENANT, NOUS ALLONS NOUS ÉCOUTER, OUI ? ON VA QUAND MÊME PAS TOUS SE LAISSER CREVER ! ALERTE À LA BOOOOOMBE ! MERDE PARTOUT, DEDANS COMME DEHORS, ON AIME ÇA, LE CACA ? OH OUIIIIII ! ENCORE ! ON EN VEUT ENCORE ! ON EST SOURDS BIEN BIEN BOUCHÉS, AVEUGLES, BORNÉS, TÊTUS OU C'EST QUOI NOTRE PROBLÈME ? NOTRE SYSTÈME ???? BUUUUUUG ! PINPONPINPONPINPON ! 

CARTE MÈRE, GLOBAL BURN OUT, VIRUS, CONTAMINATION, EXTERMINATION, BAM ! 

ON EST COMPLÈTEMENT TARÉS, LES GENS. ARRÊTONS DE NOUS LA JOUER COOL AVEC LA MASSE. LE COOL, C'EST LE CONSCIENT, LE CONSCIENT, C'EST LE SUJET INDIVIDUÉ, PAS L'ADULTE ENCORE GROS GAMIN AU STADE ANAL AVEC UN GRAND 'N' COMME ANARCHIQUE/CHAOTIQUE ! 

ALLÔ LA TERRE, SALUT LES SIMPLETS, ICI LA LUNE PAS SI BLANCHE NEIGE !  ACTION-RÉACTION, NOS RÉACTIONS NOUS MÈNENT À L'ACTION, NOUS NOURRISSENT DE VIE. RÉAGISSONS, TOUS ENSEMBLE, POUR LE BIEN DE NOTRE PLANÈTE ET SES HABITANTS ! HA BEN NON. NOTRE PETIT CONFORT INCONFORTABLE, C'EST QUAND MÊME BEAUCOUP MIEUX QUE LA FIN DU MONDE.

C'EST TOUT DE SUITE MOINS SEXY, GLAM ET POÉTIQUE, MES MESSAGES, N'EST-CE PAS ? ET BIEN ON EN EST LÀ, LES KOKOS.

L'APPARENCE, ON AIME ÇA, DANS NOS CULS ? ET VICE VERSA. FUCK, ON DOIT CAUSER EN MORSE POUR MIEUX SE COMPRENDRE ? ET BIEN OUI. BINAIRE ET SIMPLE ET EFFICACE. LÀ, ON N'EST PAS SORTI DE L'AUBERGE ESPAGNOLE, HEIN. BOUFFONS DE LA MERDE PARTAGÉE, TIENS, PETITS BOUFFONS QUE NOUS SOMMES ! 

CHEERS, PEACE & LOVE, 

L'(in)différence, celle qui dérange

Feeling la plus heureuse du monde dans le plus peureux des mondes ! Bon. Y a plus qu'à tenter d'en réinventer un autre. Challenge accepted ;) Who's in ? Une belle cause dans le fond, non ? On passerait de vilains monstres survivants ne sachant presque plus communiquer à de gentils monstres vivants communiquant à fond ! Trop cool, c'est ça l'évolution révoltaire !

Quelle que soit notre forme, on est fait pour s'entendre à la base, pas pour s'entretuer, se détester ou avoir peur de s'apprécier et de s'approcher. Enfin, moi je suis pleine d'amour à donner et à recevoir par exemple et je ne trouve pas mon prochain. Bon. Dommage, I guess. Ca passera, sûrement et puis de toute façon, on cherche d'autres planètes pour refaire les mêmes erreurs et c'est tout nickel !

Arborigène

Bravo à moi ! Belle et bien sortie de mon faux cocon de faucons de conformisme inconfortable ! Retrouvez donc mon "strueux" univers artistique au Village Francofou (haha), Scène du Parc (ouf, la natuuuuuure), à Spa (Reine), le jeudi 20 juillet, 17h15 

Traduction symbolique : jeudi = 5 = famille; 20/07/2017 = 1 = unicité, 17h15 = 5 = famille. En d'autres termes, mes coordonnées matricielles sont les suivantes : (1;0;1), signifiant que je suis parfaitement dalmatiennement équilibrée, car 1 + 0 + 1, ça fait 2 - or tout est dual dans l'univers, tout comme moi, puisque ma face A, comme Ame d'enfant rejoint ma face B, comme Belgement Femme avec un grand F***, le centre des étoiles étant le C, comme Carrément Carrée, dont la racine est le carré qui chez moi est le los-ange ou le triangle schizocèle ! 
Centrée, dans mon axe, quoi... Vous me suivez, oui ? 

Cheers, peace & L.O.V.E, 


Ps : en cours d'écriture - depuis plus de 3 ans maintenant, du show de toutes les heures de ma vie d'enfant à femme disco avec ses 9 boules à facettes, comme l'Atomium, afin de demander Harry Potter en mariage et en musique, et ce, dans une forêt nationale - celle des Schtroumpf ! - non loin de chez Stromae, par exemple.

Auto-interview

C'est quoi ton style de musique, Lady Valentine? Celle qui fait vibrer mon coeur est puissante, HD et colorée : ma pop rebelle, électronique, afro, urban, groove ! Et au niveau (sous)textuel ? Je me sens l'âme d'une "Révoltaire" à la Belge : une bonne dose d'humour noir trash et absurde, des fous rires jaunes et gras sur un fond rouge d'amour sang.
Mon diamant brut est un losange d'humour noir, serti d'un rire jaune or sur fond rouge sang/amour et de 9 petits diamants blancs purs - les 9 facettes de la Femme - en forme de V pour symboliser le Féminin Sacré (V comme Victoire, Vénus, Vie, Voie, Voix, Virilité, Virginité, Vertus, Virtualité, Vin, Vélo, Voiture... ) Ses ailes sont en forme de trapèze doré divisé par un axe perpendiculaire à la base de celui-ci, symbolisant qu'elles sont le point de rencontre entre ciel et terre, au-delà et ici-bas. La chaîne n'est pas empoisonnante, elle vient renforcer le travail du diamant noir, reliant tous ses maillons ou individus qui aspirent à vivre dans l'amour, la joie et la bonté, ici et maintenant, éternellement.

jeudi 18 mai 2017

Mon récit, ma fiction, ma réalité-virtuelle

Mes ami(e)s, très bonne nouvelle ! La vie est magnifique, car j'ai résolu la dernière énigme de mon mystère sacré. 

Ainsi, j'annonce le dernier challenge à relever avant de reposer en paix sur Terre et pour l'éternité, au rythme apaisé de mon coeur, sans jamais dépasser la fréquence cardiaque maximale de 129, tandis que mon frère s'agite en toute sérénité au rythme du sien dans les cieux : 

En ce jeudi 18 mai 2017, à 12h25, je suis en direct sur mon profil Facebook, ancrée sur l'Etoile de Bronze de la Gare de Liège Guillemin, pour chanter ma chanson "Alerte à la bombe", a capella, debout en parfait équilibre, avec mon piano invisible, aux côtés de mon amie Julie qui filme la scène à l'aide de mon iPod Touch. Je chante la mélodie du bonheur orgasmique et pur dans la tonalité E mineur, commençant le Bam sur le B de Bruxelles en Belgique, exactement à l'endroit où le corps de mon frère tomba au sol, lors de la 35ème édition des 20km de Bruxelles, non loin de la fontaine, en face du Cinquantenaire, le 18 mai 2014, à 12h25. 

Ce faisant, je crée le canal de courant électrique nécessaire au passage de l'ancien système au nouveau, c'est-à-dire le triangle parfait entre le coeur de mon amie Julie, celui de mon frère et le mien, afin d'appeler la pluie, ressource infinie et illimitée d'eau de vie dans ce nouveau monde. La chanson accomplie purement et parfaitement dans le meilleur des mondes terminée, je vide ma moon cup de mon sang à la bonne place et la remplis à ras bord d'eau de pluie que je bois à la santé de tous les fous chantant en choeur leur propre mélodie du bonheur : celle qui leur vient instinctivement du coeur à l'instant T, ce magnifique présent. Le tout, sous la pluie, tandis que les cloches sonnent à tue-tête, juste avant de faire ma danse de la vie sous cette bénédiction divine !

Alors seulement je me recueille à l'Eglise Saint-Nicolas de Liège, rue des Récollets et fais don de ma chaine avec mes deux pendentifs à la mer nature (l'eau bénite), pour la remercier de ce qu'elle m'offre de plus beau ici et maintenant, à chaque instant : la magie de la vie. 

Et maintenant, place à ma petite histoire, mon oeuvre d'art, en partant de la chaine dont je me libère : 

Le premier pendentif est l'amour maternel, mon coeur en or brut refondu et incrusté de ses quatre diamants, dessiné par moi, et reçu de la part de ma mère et mon beau-père le 25 novembre 2011 pour mes 22 ans, alors que j'habitais déjà à Massy-Palaiseau et ne savais pas sur quel pied danser le tango de Renaud avec mon partenaire de vie de l'époque, David. Mon stage venait de commencer en tant que journaliste culturelle à Paris, rue des Récollets. Autant d'éléments déclencheurs de mon global burn out le 21 décembre 2012, date de la fin du monde selon les Mayas.

Le second est la protection paternelle, mon abri, mon toit, mon diamant brut serti d'or, hérité de ma grand-mère maternelle et reçu de la part de mon père pour mes 27 ans, le 25 novembre 2016, un anniversaire fêté au Belga puis au Pantin en petit comité, douze jours après le drame du Bataclan à Paris, alors que la fusillade frappa notamment au Petit Cambodge dans le quartier de Goncourt où j'ai habité avec David en dernier lieu avant de rentrer d'urgence en Belgique pour me soigner avec l'aide nécessaire et en phase avec mes besoins vitaux, dès le 4 février 2013, le jour de ma mise à nu totale, de mon cri primal de peur panique, du fait d'un profond manque d'air, avec la sensation d'étouffement qui en découle, dans le hall de l'Hôpital Saint-Luc, à Bruxelles, en compagnie de ma mère et ma marraine, mes deux fées au Berceau de cette renaissance, 13 ans après le passage dans le deuxième millénaire.

Le troisième élément de mon triangle schizocèle, entre ces deux maillons de chaine, est l'écriture cathartique de mon histoire que je décide de raconter le 24 avril 2014, en tant qu'Atomic. Je suis frappée d'un ressenti de peur panique et d'une urgence puissamment extrême de raconter un bout de mon histoire avant mon départ en Asie, afin de transmettre le peu que j'avais à ma famille tant aimée : beaucoup d'amour, et ce, peu avant le décès de mon frère. Au fil des mots, depuis ce jour à aujourd'hui, je suis capable de conscientiser la puissance masculine et la force extrême héritée de mes six vies précédentes : 

1) Valentinien I
2) Récollet
3) Sainte Valentine
4) Hitler
5) Président Truman (Little Boy et Fat Man)
6) Léopold Ier

Ces découvertes me guident dans les causes caritatives que je soutiens à partir d'aujourd'hui, pour ce nécessaire retour à l'équilibre dans l'offre et la demande, l'échange, le don et le contre-don, histoire de vivre pleinement dans le désir gratuit où ma petite vertu, ma vérité de Vénus l'emportent, dans cette ultime guerre des valeurs extrêmes et radicalement opposées que connait notre époque.

Mes trois repères depuis toujours, dans le triangle schizocèle : La famille, la main, l'étoile. Ils ont le chiffre ou la lettre V en commun. La coupe du féminin sacré. HP. Lunettes.

En conclusion, remémorons-nous à jamais que "plus on est de fous, plus on rit !" et que plus on rit, plus on vit longtemps car : "L’amusement croît avec le nombre de convives disposés à se divertir. Plus le nombre de personnes joyeuses est important, plus la joie de chacun augmente". Et plus on est différent, plus on enrichit le bonheur humain d'amour, la vraie valeur fondamentale depuis la nuit des temps.

Vois là le présent du ciel que moi, Valentine Croughs Angelini ou Lady Valentine, il me fait sens d'indiquer, de pointer de mon gros doigt d'honneur : ma précieuse âme d'enfant, longtemps prisonnière au fond du trou. Ma faille, ma cicatrice, mon grain de beauté dans mon nombril, connecté à celui du monde.

Face de bouc émissionnaire

Pour celles et ceux qui m'ont toujours considérée comme "trop" ceci ou "trop" cela, "pas assez" ceci, "pas assez" cela, même sans le dire à voix haute (haha, je vous enteeeeends d'ici, moi, avec mes capteurs de folie), que je vois se fatiguer à écouter d'une oreille distraite mes idées de projets qui partent par monts et par vaux et merveilles du monde, sans jamais concrétiser quoi que ce soit, ni se détendre "Allez, Val, on est bien, calme-toi", "Hé, l'intello, tu nous files tes devoirs ?", "Val, t'as une grosse tête, dis, et un petit corps, non mais t'es malformée ou quoi ?", "Bon et quoi, du thé vert dans un bar ? Vas-y, pète un coup, fume une clope", et bien c'est qu'il est grand temps de penser out of the box, c'est-à-dire d'arrêter de penser et ressentir, parce que je vous aime inconditionnellement. BAM ! Qui dit mieux ? L'improvisation, c'est dépassé. Si on passait à l'Imprévision, voire à la Vision ? A quand l'Eurovision mondiale ? Bla bla bla bla bla...

Peine capital-istique !

Racine du mot Val : "Tomber, s'abattre". Un ange est tombé sur la tête, du Ciel. Et en fait, c'est moi. Sauf que des personnes qui me sont chères semblent aveuglées par ma lumière (et il semblerait qu'elles le resteront tant que je n'aurai pas gagné de l'argent et prouvé de quoi je suis capable, dans leur façon de penser les choses et la vie, halalalala...)

Androgéniale, c'te vie !


COMING OUUUUUUUUT RIGHT NOW EN MODE FACEBOOK-RÉALITÉ, SI C'EST PAS DÉMENT-CIEL ? ÇA S'APPELLE L'ÉVEIL DE LA CONSCIENCE. COUCOU, JE SUIS UNE FEMME ÉCLAIRÉE, QUI M'AIME/ME LIKE, ME SUIVE ! AH BEN NON, J'OUBLIAIS, JE SUIS DIFFÉRENTE ET PAS A LA MODE, PARCE QU'UNE LONGUEUR D'AVANCE ! STILL MUCH INCONDITIONAL L.O.V.E, PARCE QUE J'AI PAS LE CHOIX ! 

Ha oui, encore une petite PREUVE que je suis CAPABLE : j'ai reçu une autre bonne nouvelle en plus de dire que le monde est sauvé et que ça dépend de nous, je suis sélectionnée au tremplin des Franc'off, le 21 juillet 2017, 17h (pour rappel : 8 = mon chiffre porte-bonheur dans l'ancien système, 3 = le nouveau dans le nouveau, 2 = l'équilibre = la somme de 2+1+0+7+2+0+1+7), avant même que mon son/nom n'existe sur la Toile, à part via mes petites vidéos toutes pourries, en évolution constante avec mon potentiel à la Vitesse Grand V ! #Deessemere #androgynie #blablabla #ET

WOMEN POWER !

Hey, je nous ai bien eus, hein ? Hihi, une femme trop forte, possible ça ? C'est pas réservé aux hommes ? Je rigole, hein. Je suis pas féministe, moi, je suis une super femme, c'est pas la même chose, hein.. Kissous, kissous sur ton kiki, hihi !

Plus d'infos sur la SurFemme, ici :

mercredi 17 mai 2017

Passage



Valentine in Motherland, dans sa position d'équilibre parfait, méditant de toutes ses forces pour que règne la paix dans le monde, le troisième oeil devenant vertical et ouvert au niveau du coeur... C'est parti pour le rituel de passage de sa vie. Prête, et vous ??? L.O.V.E !


Déluge de douche lumineuse


Demain, brainwashing sur la Toile du monde ! Ma puissance énergétique positive fait rage, fureur, comme la peste, le plus grand des virus de tous les systèmes. BAM ! Le déluge commence et nettoie les âmes impures pour libérer les âmes pures. Horoscope du reste de ma vie : "place à la joie dans mon corps, dans toutes mes cellules et dans toute sa splendeur. Bras ouverts et forts pour accueillir le nouveau système en équilibre, où le monde des arts règne au côté de la source d'amour :) Célibataires en tout genre, apprêtez-vous à rencontrer votre alter ego et vivre les moments les plus orgasmiques de tous les temps ! YIHOUUUUUUUUUU", signé la Pirate de la planète aux commandes de son arche enchantée ;)

Coeur d'or

Je n’ai pas peur, je suis belle comme un cœur. Je n'ai pas mal au coeur. Je n'ai pas mal au coeur. Je n'ai pas mal au coeur. Je guéris. Je guéris. Je guéris. Plein de joie, de paix, de sérénité, d'amour, de bonheur, d'allégresse, de belles et bonnes ondes.

Je ressens donc j'existe

OYÉ, OYÉ, S'IL VOUS PLAÎT, AIDEZ-MOI DANS LA PHASE LA PLUS LOURDE DE MA TACHE ICI-BAS ET FAITES-COMME MOI EN AFFIRMANT UN MAXIMUM : JE RESSENS DONC J'EXISTE, JE RESSENS DONC J'EXISTE, JE RESSENS DONC J'EXISTE ! C'est parti, mon kikiiiiiiiiiii ! Piratage universel du système ! #Kamehamehaaaaaaaaaa #Hahahahaha

Passerelle

Pour accéder au nouveau monde :

La clé de Voûte du bonheur parfait : l'accès au langage symbolique par l'écriture, la conscientisation puis la réalisation de son rêve profond, en se posant constamment sa véritable et bonne question existentielle/essentielle avec une curiosité aigüe et un entêtement marqué. Par ici, la symbolique !

On se protège ainsi d'être malheureux, car ce qui compte c'est le chemin/le couloir vers la caverne de Platon (= le lieu de nos idées : tout ce qui nous trotte dans la tête et que nous n'avons pas encore bien déterminé). 

On se souvient toujours que sa réponse tombe en temps voulu, pile à l'heure, tant que l'on décide d'entamer le processus de ré-création, car tout vient à point quand le fruit est une mure ;)

On part d'un exercice simple du style : on prend une feuille blanche et un bic - méthode manuscrite importante dans la démarche, dans un premier temps - et on répond à la question suivante, sans réfléchir (pour faire parler le subconscient), pendant 10 minutes, en mode pilotage automatique : "Que m' évoque, sans réfléchir, le grenier de ma grand-mère ?" Et c'est parti pour le sacro-saint lâcher prise où ta plume d'artiste se voit guidée par la main invisible, parfaitement juste.

Voir aussi le livre : "Libérez votre créativité" de Julia Cameron ou voir un Ted de Raphael Esterhazy sur la question. 

Partant de la matière du monde visible à l'oeil nu, on construit chacun pour soi, peu à peu, petit à petit, pas à pas, son pont véritable, personnel, personnalisé, particulier, unique et individué qui relie sa subconscience individuelle à sa conscience individuelle. Ce qui nous amène à ressentir de mieux en mieux les choses, écouter son corps et son coeur. Bref, élever sa conscience et communiquer de façon bien plus subtile, géniale et profonde avec soi, l'environnement et les autres. Et chemin faisan (mon oiseau à moi), chacun contribue à construire le pont de l'inconscience collective à la conscience collective, via l'écriture cathartique sous toutes ses formes possibles et imaginables, ramenant ainsi une bonne fois pour toutes la créativité, la fertilité, la fécondation, la recherche et le développement de nouvelles (ré)inventions, au centre de notre nouveau monde d'artistes civilisés. Telle est la clé de sol, d'ancrage d'une entreprise mondiale fructueuse, contribuant à l'élévation du PMB : le bonheur humain.

CQMFSDD

Heu-Ré-K ! Mon symbole, mon tatouage, ma marque de fabrique, mon flagship : le triangle "schizocèle", debout sur la pointe du pied gauche (posture yoga que je m'entraine de ce pas à faire autant que je le souhaite) = le Y, avec un pont pour relier les deux extrémités du V à la base du triangle schizo. CQMFSDD : In Vino Veritas : that's my key for happiness and I swear once and for all that I'm gonna use it for every single closed door, so that I can walk straight on my own path. Cheers, peace, love & LIFE to our deep and conscious soul. 

Lady Valentine, la meilleure amie de Blabla et E.T

Con lui coupe la tête !

Concrètement, au niveau mondial, cela veut dire que le nouvel équilibre - dont découle le nouveau système - entre l'offre de la nature et la demande de la société = la vie. Or, SCOOP qui fait le buzz, nous sommes entre la vie et la mort = des morts vivants = des zombies. A chacun de nous de décider de son destin, en toute urgence (=ici et maintenant), étant donné l'état avancé de la crise actuellement. Tu likes ou tu likes pas, t'as même pas peur ou t'as peur. Tu vis ou tu meurs. May the force be with you (the good one, of course).

Chaque vote qui élève le PMB (produit mondial brut) qui est le bonheur humain est un bon vote.


Yo, qui dit mieux, qui veut prendre ma place dans mon stratego/game of throne, autrement dit, qui veut prendre ma tête ? Personne ? Bon, ben je prends ma place et je garde ma tête, alors, hein, une fois ;)

Slogan avec un grand H, comme Histoire de l'Homme : "Humour, humilité et humanité", en réponse à l'humeur du monde.

Voilà, ça y est, je crois que j'ai tout ce qu'il faut pour jouer du piano debout ;) Je suis enfin ouverte et libre d'esprit ! Qui veut faire partie de mon groupe de musique ?

Hey, Men !

A 10h, j'enregistre en temps réel ma seule et unique voix/voie dans les conditions du direct, celle que j'ai cherché et recherché parmi tant d'autres entre le Ca et le Surmoi, entre la vie et la mort, sur un fil fragile d'argent et d'or, partout sans jamais perdre ce tout petit espoir au fin fond de moi, et ce, malgré les obstacles dressés sur mon chemin, car je l'entendais hurler, exister puis chanter dans ma tête, très très très fort, avant de l'entendre hurler, exister et maintenant (encore timidement) chanter dans mon corps.

Je passe du monde des idées au monde réel, grâce au magnifique Ponte Vecchio de Florence. D'avance un grand merci aussi grand que mon amour pour moi, à toute la belle équipe des studios de CathoBel qui m'accueille chaleureusement, une fois arrivée dans la maison blanche à gauche, quand je suis sur le parking des anges (à Wavre) où plus rien ne me dérange... Sans peur panique, ni angoisse profonde, juste un peu de trac proportionnel à ma normalité.. En toute sécurité, sérénité, en paix et calme absolu avec moi-même et les autres.

Je charge d'hyper bonnes ondes mon parcours de vie et deux chansons, durant 25 énoooooormes minutes de pur bonheur qui sont (re)diffusées pour la première fois sur La Première, jeudi 25 mai 2017, 20h. Et ce (bien)faisant, mes amis, je me libère de tous mes maux pour de bon, à jamais et pour l'éternité. Il est temps que je prenne bien bien soin de moi, que je (re)construise ma vive voix sur de nouvelles bases et existe, comme je l'entends, au-delà de l'entendement ! J'en ris déjà jaune à pleines dents, de mon humour noir et rouge sang.

Car la survie pour moi, c'est la mort. J'ai tant de choses à découvrir, à apprendre, à expérimenter et de belles personnes à rencontrer (encore, encore, encore !!!) que je suis excitée comme un coucou perché sur un cocotier à l'idée d'être, en chair et en os, ici et maintenant, en parfait équilibre et harmonie avec mon environnement, dans lequel je respire naturellement profondément, dans l'instant présent, purement et simplement.

Joy, don't be scared, don't be shy, 
you'll never have to ask yourself again why, 
you're welcome in every single cell of my perfect body,
and that's just reality.
That's where your place is, 
my most precious and dearest sis'. 
Let's stay tuned, all the time and all togheter ! 
Cheers, peace and love to our blessed souls, more than ever 
Au nom de mon père, son fils et mon sain esprit. 

Hey, Men !

Lady Valentine (with her big brother watching OVER her)