dimanche 28 mai 2017

Sugar woman

Shooting photos pour les Squad Awards/Nyx Cosmetics, avec Valko au maquillage et Olivier Truyman derrière l'objectif.

Il reste une semaine, on est dans le top 5, go go go !

Monstrueusement doux, mmm... A sniffer trop de poudre blanche, de sucre raffiné, voyez ce que devient ma peau, mon joli petit nez ;) Comment flairer le bon plan, dorénavant, avec ce cuberdon moisi juste au-dessus de mes dents ?

C'est fini de me mentir à moi-même, de masquer les problèmes (ou mon nez rouge de marionnette, de clown triste risque encore de me faire partir en sucette, de me pousser en hors piste). Je choisis de m'accepter comme "énerghumaine" et d'assumer mes réactions parfois extrêmes dans ce système où je me démène, me malmène et de plus en plus, me promène, guillerette et saine.

En ce jour et pour tous ceux qui suivent, je m'engage à faire et dire ce que je ressens juste et bon pour moi, ce que j'aime, avec qui j'aime, malgré des forces contraires/suprêmes, malgré certaines lois, pour parvenir à dire enfin tout haut - et ce, quelle que soit l'humeur du monde, mon environnement, ma maison, mon préau : "je m'aime et puis d'ailleurs vive les chrysanthèmes !" Quel chouette programme, quand même !
Cheers, peace & love,

(Révoltaire) Lady Valentine

mardi 23 mai 2017

N

MANCHESTER UNITED ! ALORS MAINTENANT, NOUS ALLONS NOUS ÉCOUTER, OUI ? ON VA QUAND MÊME PAS TOUS SE LAISSER CREVER ! ALERTE À LA BOOOOOMBE ! MERDE PARTOUT, DEDANS COMME DEHORS, ON AIME ÇA, LE CACA ? OH OUIIIIII ! ENCORE ! ON EN VEUT ENCORE ! ON EST SOURDS BIEN BIEN BOUCHÉS, AVEUGLES, BORNÉS, TÊTUS OU C'EST QUOI NOTRE PROBLÈME ? NOTRE SYSTÈME ???? BUUUUUUG ! PINPONPINPONPINPON ! 

CARTE MÈRE, GLOBAL BURN OUT, VIRUS, CONTAMINATION, EXTERMINATION, BAM ! 

ON EST COMPLÈTEMENT TARÉS, LES GENS. ARRÊTONS DE NOUS LA JOUER COOL AVEC LA MASSE. LE COOL, C'EST LE CONSCIENT, LE CONSCIENT, C'EST LE SUJET INDIVIDUÉ, PAS L'ADULTE ENCORE GROS GAMIN AU STADE ANAL AVEC UN GRAND 'N' COMME ANARCHIQUE/CHAOTIQUE ! 

ALLÔ LA TERRE, SALUT LES SIMPLETS, ICI LA LUNE PAS SI BLANCHE NEIGE !  ACTION-RÉACTION, NOS RÉACTIONS NOUS MÈNENT À L'ACTION, NOUS NOURRISSENT DE VIE. RÉAGISSONS, TOUS ENSEMBLE, POUR LE BIEN DE NOTRE PLANÈTE ET SES HABITANTS ! HA BEN NON. NOTRE PETIT CONFORT INCONFORTABLE, C'EST QUAND MÊME BEAUCOUP MIEUX QUE LA FIN DU MONDE.

C'EST TOUT DE SUITE MOINS SEXY, GLAM ET POÉTIQUE, MES MESSAGES, N'EST-CE PAS ? ET BIEN ON EN EST LÀ, LES KOKOS.

L'APPARENCE, ON AIME ÇA, DANS NOS CULS ? ET VICE VERSA. FUCK, ON DOIT CAUSER EN MORSE POUR MIEUX SE COMPRENDRE ? ET BIEN OUI. BINAIRE ET SIMPLE ET EFFICACE. LÀ, ON N'EST PAS SORTI DE L'AUBERGE ESPAGNOLE, HEIN. BOUFFONS DE LA MERDE PARTAGÉE, TIENS, PETITS BOUFFONS QUE NOUS SOMMES ! 

CHEERS, PEACE & LOVE, 

L'(in)différence, celle qui dérange

Feeling la plus heureuse du monde dans le plus peureux des mondes ! Bon. Y a plus qu'à tenter d'en réinventer un autre. Challenge accepted ;) Who's in ? Une belle cause dans le fond, non ? On passerait de vilains monstres survivants ne sachant presque plus communiquer à de gentils monstres vivants communiquant à fond ! Trop cool, c'est ça l'évolution révoltaire !

Quelle que soit notre forme, on est fait pour s'entendre à la base, pas pour s'entretuer, se détester ou avoir peur de s'apprécier et de s'approcher. Enfin, moi je suis pleine d'amour à donner et à recevoir par exemple et je ne trouve pas mon prochain. Bon. Dommage, I guess. Ca passera, sûrement et puis de toute façon, on cherche d'autres planètes pour refaire les mêmes erreurs et c'est tout nickel !

Arborigène

Bravo à moi ! Belle et bien sortie de mon faux cocon de faucons de conformisme inconfortable ! Retrouvez donc mon "strueux" univers artistique au Village Francofou (haha), Scène du Parc (ouf, la natuuuuuure), à Spa (Reine), le jeudi 20 juillet, 17h15 

Traduction symbolique : jeudi = 5 = famille; 20/07/2017 = 1 = unicité, 17h15 = 5 = famille. En d'autres termes, mes coordonnées matricielles sont les suivantes : (1;0;1), signifiant que je suis parfaitement dalmatiennement équilibrée, car 1 + 0 + 1, ça fait 2 - or tout est dual dans l'univers, tout comme moi, puisque ma face A, comme Ame d'enfant rejoint ma face B, comme Belgement Femme avec un grand F***, le centre des étoiles étant le C, comme Carrément Carrée, dont la racine est le carré qui chez moi est le los-ange ou le triangle schizocèle ! 
Centrée, dans mon axe, quoi... Vous me suivez, oui ? 

Cheers, peace & L.O.V.E, 


Ps : en cours d'écriture - depuis plus de 3 ans maintenant, du show de toutes les heures de ma vie d'enfant à femme disco avec ses 9 boules à facettes, comme l'Atomium, afin de demander Harry Potter en mariage et en musique, et ce, dans une forêt nationale - celle des Schtroumpf ! - non loin de chez Stromae, par exemple.

Auto-interview

C'est quoi ton style de musique, Lady Valentine? Celle qui fait vibrer mon coeur est puissante, HD et colorée : ma pop rebelle, électronique, afro, urban, groove ! Et au niveau (sous)textuel ? Je me sens l'âme d'une "Révoltaire" à la Belge : une bonne dose d'humour noir trash et absurde, des fous rires jaunes et gras sur un fond rouge d'amour sang.
Mon diamant brut est un losange d'humour noir, serti d'un rire jaune or sur fond rouge sang/amour et de 9 petits diamants blancs purs - les 9 facettes de la Femme - en forme de V pour symboliser le Féminin Sacré (V comme Victoire, Vénus, Vie, Voie, Voix, Virilité, Virginité, Vertus, Virtualité, Vin, Vélo, Voiture... ) Ses ailes sont en forme de trapèze doré divisé par un axe perpendiculaire à la base de celui-ci, symbolisant qu'elles sont le point de rencontre entre ciel et terre, au-delà et ici-bas. La chaîne n'est pas empoisonnante, elle vient renforcer le travail du diamant noir, reliant tous ses maillons ou individus qui aspirent à vivre dans l'amour, la joie et la bonté, ici et maintenant, éternellement.

jeudi 18 mai 2017

Mon récit, ma fiction, ma réalité-virtuelle

Mes ami(e)s, très bonne nouvelle ! La vie est magnifique, car j'ai résolu la dernière énigme de mon mystère sacré. 

Ainsi, j'annonce le dernier challenge à relever avant de reposer en paix sur Terre et pour l'éternité, au rythme apaisé de mon coeur, sans jamais dépasser la fréquence cardiaque maximale de 129, tandis que mon frère s'agite en toute sérénité au rythme du sien dans les cieux : 

En ce jeudi 18 mai 2017, à 12h25, je suis en direct sur mon profil Facebook, ancrée sur l'Etoile de Bronze de la Gare de Liège Guillemin, pour chanter ma chanson "Alerte à la bombe", a capella, debout en parfait équilibre, avec mon piano invisible, aux côtés de mon amie Julie qui filme la scène à l'aide de mon iPod Touch. Je chante la mélodie du bonheur orgasmique et pur dans la tonalité E mineur, commençant le Bam sur le B de Bruxelles en Belgique, exactement à l'endroit où le corps de mon frère tomba au sol, lors de la 35ème édition des 20km de Bruxelles, non loin de la fontaine, en face du Cinquantenaire, le 18 mai 2014, à 12h25. 

Ce faisant, je crée le canal de courant électrique nécessaire au passage de l'ancien système au nouveau, c'est-à-dire le triangle parfait entre le coeur de mon amie Julie, celui de mon frère et le mien, afin d'appeler la pluie, ressource infinie et illimitée d'eau de vie dans ce nouveau monde. La chanson accomplie purement et parfaitement dans le meilleur des mondes terminée, je vide ma moon cup de mon sang à la bonne place et la remplis à ras bord d'eau de pluie que je bois à la santé de tous les fous chantant en choeur leur propre mélodie du bonheur : celle qui leur vient instinctivement du coeur à l'instant T, ce magnifique présent. Le tout, sous la pluie, tandis que les cloches sonnent à tue-tête, juste avant de faire ma danse de la vie sous cette bénédiction divine !

Alors seulement je me recueille à l'Eglise Saint-Nicolas de Liège, rue des Récollets et fais don de ma chaine avec mes deux pendentifs à la mer nature (l'eau bénite), pour la remercier de ce qu'elle m'offre de plus beau ici et maintenant, à chaque instant : la magie de la vie. 

Et maintenant, place à ma petite histoire, mon oeuvre d'art, en partant de la chaine dont je me libère : 

Le premier pendentif est l'amour maternel, mon coeur en or brut refondu et incrusté de ses quatre diamants, dessiné par moi, et reçu de la part de ma mère et mon beau-père le 25 novembre 2011 pour mes 22 ans, alors que j'habitais déjà à Massy-Palaiseau et ne savais pas sur quel pied danser le tango de Renaud avec mon partenaire de vie de l'époque, David. Mon stage venait de commencer en tant que journaliste culturelle à Paris, rue des Récollets. Autant d'éléments déclencheurs de mon global burn out le 21 décembre 2012, date de la fin du monde selon les Mayas.

Le second est la protection paternelle, mon abri, mon toit, mon diamant brut serti d'or, hérité de ma grand-mère maternelle et reçu de la part de mon père pour mes 27 ans, le 25 novembre 2016, un anniversaire fêté au Belga puis au Pantin en petit comité, douze jours après le drame du Bataclan à Paris, alors que la fusillade frappa notamment au Petit Cambodge dans le quartier de Goncourt où j'ai habité avec David en dernier lieu avant de rentrer d'urgence en Belgique pour me soigner avec l'aide nécessaire et en phase avec mes besoins vitaux, dès le 4 février 2013, le jour de ma mise à nu totale, de mon cri primal de peur panique, du fait d'un profond manque d'air, avec la sensation d'étouffement qui en découle, dans le hall de l'Hôpital Saint-Luc, à Bruxelles, en compagnie de ma mère et ma marraine, mes deux fées au Berceau de cette renaissance, 13 ans après le passage dans le deuxième millénaire.

Le troisième élément de mon triangle schizocèle, entre ces deux maillons de chaine, est l'écriture cathartique de mon histoire que je décide de raconter le 24 avril 2014, en tant qu'Atomic. Je suis frappée d'un ressenti de peur panique et d'une urgence puissamment extrême de raconter un bout de mon histoire avant mon départ en Asie, afin de transmettre le peu que j'avais à ma famille tant aimée : beaucoup d'amour, et ce, peu avant le décès de mon frère. Au fil des mots, depuis ce jour à aujourd'hui, je suis capable de conscientiser la puissance masculine et la force extrême héritée de mes six vies précédentes : 

1) Valentinien I
2) Récollet
3) Sainte Valentine
4) Hitler
5) Président Truman (Little Boy et Fat Man)
6) Léopold Ier

Ces découvertes me guident dans les causes caritatives que je soutiens à partir d'aujourd'hui, pour ce nécessaire retour à l'équilibre dans l'offre et la demande, l'échange, le don et le contre-don, histoire de vivre pleinement dans le désir gratuit où ma petite vertu, ma vérité de Vénus l'emportent, dans cette ultime guerre des valeurs extrêmes et radicalement opposées que connait notre époque.

Mes trois repères depuis toujours, dans le triangle schizocèle : La famille, la main, l'étoile. Ils ont le chiffre ou la lettre V en commun. La coupe du féminin sacré. HP. Lunettes.

En conclusion, remémorons-nous à jamais que "plus on est de fous, plus on rit !" et que plus on rit, plus on vit longtemps car : "L’amusement croît avec le nombre de convives disposés à se divertir. Plus le nombre de personnes joyeuses est important, plus la joie de chacun augmente". Et plus on est différent, plus on enrichit le bonheur humain d'amour, la vraie valeur fondamentale depuis la nuit des temps.

Vois là le présent du ciel que moi, Valentine Croughs Angelini ou Lady Valentine, il me fait sens d'indiquer, de pointer de mon gros doigt d'honneur : ma précieuse âme d'enfant, longtemps prisonnière au fond du trou. Ma faille, ma cicatrice, mon grain de beauté dans mon nombril, connecté à celui du monde.

Face de bouc émissionnaire

Pour celles et ceux qui m'ont toujours considérée comme "trop" ceci ou "trop" cela, "pas assez" ceci, "pas assez" cela, même sans le dire à voix haute (haha, je vous enteeeeends d'ici, moi, avec mes capteurs de folie), que je vois se fatiguer à écouter d'une oreille distraite mes idées de projets qui partent par monts et par vaux et merveilles du monde, sans jamais concrétiser quoi que ce soit, ni se détendre "Allez, Val, on est bien, calme-toi", "Hé, l'intello, tu nous files tes devoirs ?", "Val, t'as une grosse tête, dis, et un petit corps, non mais t'es malformée ou quoi ?", "Bon et quoi, du thé vert dans un bar ? Vas-y, pète un coup, fume une clope", et bien c'est qu'il est grand temps de penser out of the box, c'est-à-dire d'arrêter de penser et ressentir, parce que je vous aime inconditionnellement. BAM ! Qui dit mieux ? L'improvisation, c'est dépassé. Si on passait à l'Imprévision, voire à la Vision ? A quand l'Eurovision mondiale ? Bla bla bla bla bla...

Peine capital-istique !

Racine du mot Val : "Tomber, s'abattre". Un ange est tombé sur la tête, du Ciel. Et en fait, c'est moi. Sauf que des personnes qui me sont chères semblent aveuglées par ma lumière (et il semblerait qu'elles le resteront tant que je n'aurai pas gagné de l'argent et prouvé de quoi je suis capable, dans leur façon de penser les choses et la vie, halalalala...)

Androgéniale, c'te vie !


COMING OUUUUUUUUT RIGHT NOW EN MODE FACEBOOK-RÉALITÉ, SI C'EST PAS DÉMENT-CIEL ? ÇA S'APPELLE L'ÉVEIL DE LA CONSCIENCE. COUCOU, JE SUIS UNE FEMME ÉCLAIRÉE, QUI M'AIME/ME LIKE, ME SUIVE ! AH BEN NON, J'OUBLIAIS, JE SUIS DIFFÉRENTE ET PAS A LA MODE, PARCE QU'UNE LONGUEUR D'AVANCE ! STILL MUCH INCONDITIONAL L.O.V.E, PARCE QUE J'AI PAS LE CHOIX ! 

Ha oui, encore une petite PREUVE que je suis CAPABLE : j'ai reçu une autre bonne nouvelle en plus de dire que le monde est sauvé et que ça dépend de nous, je suis sélectionnée au tremplin des Franc'off, le 21 juillet 2017, 17h (pour rappel : 8 = mon chiffre porte-bonheur dans l'ancien système, 3 = le nouveau dans le nouveau, 2 = l'équilibre = la somme de 2+1+0+7+2+0+1+7), avant même que mon son/nom n'existe sur la Toile, à part via mes petites vidéos toutes pourries, en évolution constante avec mon potentiel à la Vitesse Grand V ! #Deessemere #androgynie #blablabla #ET

WOMEN POWER !

Hey, je nous ai bien eus, hein ? Hihi, une femme trop forte, possible ça ? C'est pas réservé aux hommes ? Je rigole, hein. Je suis pas féministe, moi, je suis une super femme, c'est pas la même chose, hein.. Kissous, kissous sur ton kiki, hihi !

Plus d'infos sur la SurFemme, ici :

mercredi 17 mai 2017

Passage



Valentine in Motherland, dans sa position d'équilibre parfait, méditant de toutes ses forces pour que règne la paix dans le monde, le troisième oeil devenant vertical et ouvert au niveau du coeur... C'est parti pour le rituel de passage de sa vie. Prête, et vous ??? L.O.V.E !


Déluge de douche lumineuse


Demain, brainwashing sur la Toile du monde ! Ma puissance énergétique positive fait rage, fureur, comme la peste, le plus grand des virus de tous les systèmes. BAM ! Le déluge commence et nettoie les âmes impures pour libérer les âmes pures. Horoscope du reste de ma vie : "place à la joie dans mon corps, dans toutes mes cellules et dans toute sa splendeur. Bras ouverts et forts pour accueillir le nouveau système en équilibre, où le monde des arts règne au côté de la source d'amour :) Célibataires en tout genre, apprêtez-vous à rencontrer votre alter ego et vivre les moments les plus orgasmiques de tous les temps ! YIHOUUUUUUUUUU", signé la Pirate de la planète aux commandes de son arche enchantée ;)

Coeur d'or

Je n’ai pas peur, je suis belle comme un cœur. Je n'ai pas mal au coeur. Je n'ai pas mal au coeur. Je n'ai pas mal au coeur. Je guéris. Je guéris. Je guéris. Plein de joie, de paix, de sérénité, d'amour, de bonheur, d'allégresse, de belles et bonnes ondes.

Je ressens donc j'existe

OYÉ, OYÉ, S'IL VOUS PLAÎT, AIDEZ-MOI DANS LA PHASE LA PLUS LOURDE DE MA TACHE ICI-BAS ET FAITES-COMME MOI EN AFFIRMANT UN MAXIMUM : JE RESSENS DONC J'EXISTE, JE RESSENS DONC J'EXISTE, JE RESSENS DONC J'EXISTE ! C'est parti, mon kikiiiiiiiiiii ! Piratage universel du système ! #Kamehamehaaaaaaaaaa #Hahahahaha

Passerelle

Pour accéder au nouveau monde :

La clé de Voûte du bonheur parfait : l'accès au langage symbolique par l'écriture, la conscientisation puis la réalisation de son rêve profond, en se posant constamment sa véritable et bonne question existentielle/essentielle avec une curiosité aigüe et un entêtement marqué. Par ici, la symbolique !

On se protège ainsi d'être malheureux, car ce qui compte c'est le chemin/le couloir vers la caverne de Platon (= le lieu de nos idées : tout ce qui nous trotte dans la tête et que nous n'avons pas encore bien déterminé). 

On se souvient toujours que sa réponse tombe en temps voulu, pile à l'heure, tant que l'on décide d'entamer le processus de ré-création, car tout vient à point quand le fruit est une mure ;)

On part d'un exercice simple du style : on prend une feuille blanche et un bic - méthode manuscrite importante dans la démarche, dans un premier temps - et on répond à la question suivante, sans réfléchir (pour faire parler le subconscient), pendant 10 minutes, en mode pilotage automatique : "Que m' évoque, sans réfléchir, le grenier de ma grand-mère ?" Et c'est parti pour le sacro-saint lâcher prise où ta plume d'artiste se voit guidée par la main invisible, parfaitement juste.

Voir aussi le livre : "Libérez votre créativité" de Julia Cameron ou voir un Ted de Raphael Esterhazy sur la question. 

Partant de la matière du monde visible à l'oeil nu, on construit chacun pour soi, peu à peu, petit à petit, pas à pas, son pont véritable, personnel, personnalisé, particulier, unique et individué qui relie sa subconscience individuelle à sa conscience individuelle. Ce qui nous amène à ressentir de mieux en mieux les choses, écouter son corps et son coeur. Bref, élever sa conscience et communiquer de façon bien plus subtile, géniale et profonde avec soi, l'environnement et les autres. Et chemin faisan (mon oiseau à moi), chacun contribue à construire le pont de l'inconscience collective à la conscience collective, via l'écriture cathartique sous toutes ses formes possibles et imaginables, ramenant ainsi une bonne fois pour toutes la créativité, la fertilité, la fécondation, la recherche et le développement de nouvelles (ré)inventions, au centre de notre nouveau monde d'artistes civilisés. Telle est la clé de sol, d'ancrage d'une entreprise mondiale fructueuse, contribuant à l'élévation du PMB : le bonheur humain.

CQMFSDD

Heu-Ré-K ! Mon symbole, mon tatouage, ma marque de fabrique, mon flagship : le triangle "schizocèle", debout sur la pointe du pied gauche (posture yoga que je m'entraine de ce pas à faire autant que je le souhaite) = le Y, avec un pont pour relier les deux extrémités du V à la base du triangle schizo. CQMFSDD : In Vino Veritas : that's my key for happiness and I swear once and for all that I'm gonna use it for every single closed door, so that I can walk straight on my own path. Cheers, peace, love & LIFE to our deep and conscious soul. 

Lady Valentine, la meilleure amie de Blabla et E.T

Con lui coupe la tête !

Concrètement, au niveau mondial, cela veut dire que le nouvel équilibre - dont découle le nouveau système - entre l'offre de la nature et la demande de la société = la vie. Or, SCOOP qui fait le buzz, nous sommes entre la vie et la mort = des morts vivants = des zombies. A chacun de nous de décider de son destin, en toute urgence (=ici et maintenant), étant donné l'état avancé de la crise actuellement. Tu likes ou tu likes pas, t'as même pas peur ou t'as peur. Tu vis ou tu meurs. May the force be with you (the good one, of course).

Chaque vote qui élève le PMB (produit mondial brut) qui est le bonheur humain est un bon vote.


Yo, qui dit mieux, qui veut prendre ma place dans mon stratego/game of throne, autrement dit, qui veut prendre ma tête ? Personne ? Bon, ben je prends ma place et je garde ma tête, alors, hein, une fois ;)

Slogan avec un grand H, comme Histoire de l'Homme : "Humour, humilité et humanité", en réponse à l'humeur du monde.

Voilà, ça y est, je crois que j'ai tout ce qu'il faut pour jouer du piano debout ;) Je suis enfin ouverte et libre d'esprit ! Qui veut faire partie de mon groupe de musique ?

Hey, Men !

A 10h, j'enregistre en temps réel ma seule et unique voix/voie dans les conditions du direct, celle que j'ai cherché et recherché parmi tant d'autres entre le Ca et le Surmoi, entre la vie et la mort, sur un fil fragile d'argent et d'or, partout sans jamais perdre ce tout petit espoir au fin fond de moi, et ce, malgré les obstacles dressés sur mon chemin, car je l'entendais hurler, exister puis chanter dans ma tête, très très très fort, avant de l'entendre hurler, exister et maintenant (encore timidement) chanter dans mon corps.

Je passe du monde des idées au monde réel, grâce au magnifique Ponte Vecchio de Florence. D'avance un grand merci aussi grand que mon amour pour moi, à toute la belle équipe des studios de CathoBel qui m'accueille chaleureusement, une fois arrivée dans la maison blanche à gauche, quand je suis sur le parking des anges (à Wavre) où plus rien ne me dérange... Sans peur panique, ni angoisse profonde, juste un peu de trac proportionnel à ma normalité.. En toute sécurité, sérénité, en paix et calme absolu avec moi-même et les autres.

Je charge d'hyper bonnes ondes mon parcours de vie et deux chansons, durant 25 énoooooormes minutes de pur bonheur qui sont (re)diffusées pour la première fois sur La Première, jeudi 25 mai 2017, 20h. Et ce (bien)faisant, mes amis, je me libère de tous mes maux pour de bon, à jamais et pour l'éternité. Il est temps que je prenne bien bien soin de moi, que je (re)construise ma vive voix sur de nouvelles bases et existe, comme je l'entends, au-delà de l'entendement ! J'en ris déjà jaune à pleines dents, de mon humour noir et rouge sang.

Car la survie pour moi, c'est la mort. J'ai tant de choses à découvrir, à apprendre, à expérimenter et de belles personnes à rencontrer (encore, encore, encore !!!) que je suis excitée comme un coucou perché sur un cocotier à l'idée d'être, en chair et en os, ici et maintenant, en parfait équilibre et harmonie avec mon environnement, dans lequel je respire naturellement profondément, dans l'instant présent, purement et simplement.

Joy, don't be scared, don't be shy, 
you'll never have to ask yourself again why, 
you're welcome in every single cell of my perfect body,
and that's just reality.
That's where your place is, 
my most precious and dearest sis'. 
Let's stay tuned, all the time and all togheter ! 
Cheers, peace and love to our blessed souls, more than ever 
Au nom de mon père, son fils et mon sain esprit. 

Hey, Men !

Lady Valentine (with her big brother watching OVER her)

lundi 15 mai 2017

C.H.E.E.R.S, P.E.A.C.E & L.O.V.E to us all !

Voici la conclusion de ma recherche, ma quête existentielle qui consistait à démontrer par A + B que la vie est belle, ou le développement complet de mon cheminement interne (= le décodage du disque dur et la reprogrammation du soft ware à l'intérieur de ma boite crânienne) pour libérer mon processus créatif et ce faisant, ma joie de vivre et ma libido et donc ma fertilité, me permettant enfin de goûter au bonheur d'être et ce, en pleine conscience, dans l'instant présent :)

Car oui. La boucle est enfin bouclée dans ma petite tête. Il n'y a plus qu'à poursuivre la matérialisation de ma pensée pour bien communiquer la puissance de mon intention, ce que j'ai compris et intégré dans le monde de mes idées, de la façon la plus vraie, présente, claire, précise, concise, limpide qu'il me soit possible d'offrir à l'instant T. Bref, j'entre désormais dans la phase de laboratoire de recherche de la communication symbolique et universelle, où le message (quel que soit la nature de l'émetteur et du récepteur) est l'essentiel. Message que je traduirai à ma manière, avec humour et auto-dérision.... à la Belge, bien sûr. Un peu d'humour noir, beaucoup de rire jaune et de l'amour rouge sang à volonté.

Une phase qui implique beaucoup de travail hors de ma zone de confort (où la magie opère), du temps de maturation, des essais et des erreurs via la pratique (car l'échec absolu n'existe pas, parlons plutôt d'échecs relatifs nécessaires à la bonne réussite d'un projet de vie), ainsi qu'une belle équipe au service du projet (et non de l'égo), sous un management moderne où le bien-être des ressources humaines est au centre. Et ce, à travers mon art en constante recherche/évolution, en constant développement (personnel), au rythme de la loi de la nature (l'impermanence des choses où rien ne se perd, tout se transforme) et dans tous les canaux qui m'intéressent : voix, chant, danse, musique, dessin, spectacle vivant & arts de la scène, vidéo, stylisme, photographie, écriture, cuisine, sciences naturelles, psychiatrie, spiritualité, médecine traditionnelle, naturopathie, voyage, journalisme, socio-anthropologie, économie, gestion, politique, philosophie... et bien d'autres domaines...

En ce qui me concerne, mon apport à la société, mon temps citoyen est dorénavant d'oeuvrer à un niveau essentiel et profond pour déceler les failles de chaque système à la source et non au niveau des symptômes, afin de proposer des solutions pour amener une (r)évolution. Une sorte de consultante, si on veut. Sachant que la faille du système actuel, c'est la communication, dont je suis experte, à force de l'avoir bien travaillée. Si je suis première de classe (mondiale), encore (Intello ? NON ! Juste intelligente, comme chacun(e) d'entre nous à son niveau, d'où la stupidité de notion de compétition, valeur intrinsèque du capitalisme, qui met tout le monde sur un pied de comparaison, de manière purement et parfaitement illogique).

Et donc, si je suis première de ma classe mondiale, ce n'est pas nécessairement et uniquement grâce à mon master d'un an en communication culturelle à Louvain-La-Neuve, bien qu'il soit très clair qu'il fut une étape clé du parcours que je ne regrette pour rien au monde (à quoi ça sert, à quoi bon ?), puisque ça m'a quand même permise d'être embauchée dans une boite de journalisme culturel (mode et musique), une boite à caca, en plein coeur de Paris, la capitale de la Lumière, où j'ai eu la chance d'être sous payée, mal traitée jusqu'à presqu'en crever psychiquement (qu'on se le dise...), le 21 décembre 2012, fin du monde des Mayas, le jour où j'ai tout plaqué pour rentrer d'urgence en Belgique, afin de me faire prendre en charge par la Cellule de crise psychiatrique de Saint-Luc d'abord (qui n'avait pas les outils pour comprendre mon cas, à ce moment-là) et puis entre les meilleures mains qui soient pour moi : mon psychiatre, mon Roi Albert, auprès de qui j'ai enfin pu apprendre l'école de la vie, durant trois ans de master avec un prof particulier passionné et inspirant, un mentor dont j'ai gracieusement pu être la disciple, avec un passage nécessaire en stage pratique d'une semaine à l'hôpital psychiatrique César de Paepe. Expérience extrêmement difficile, certes, mais sans laquelle je ne serais pas là aujourd'hui et que je ne voudrais différente pour rien au monde, aujourd'hui.

Pour parvenir à mes objectifs, il m'a toujours fait sens de commencer par chercher à comprendre mon propre système de fonctionnement interne dysfonctionnant (= faire le tour de mon nombril, comprendre la carte mère, la carte aux trésors, la carte son, histoire de ressentir à quelle fréquence exacte je vibre...), de l'ACCEPTER (ce serait dommage de se laisser lobotomiser la matière grise... hum... rose ?) et d'en tirer le meilleur, par le biais du lâcher prise. Ensuite, il a fallu intégrer les nouvelles clés de décodage et les reprogrammer sur un disque dur vierge et enfin, réapprendre à fonctionner à l'endroit dans un monde à l'envers, afin d'avoir la possibilité, le choix d'agir en harmonie avec son environnement, où la communication interne/externe est par nature parfaite, à tout moment.

Car la fatigue extrême (burn out), la perte de l'élan vital (dépression) ou l'ennui (bore out) pour ne citer qu'eux, sont et restent encore et toujours les symptômes de la maladie profonde du monde, sa crise identitaire à échelle de plus en plus mondiale. Symptômes par essence culturelle et non naturelle. Entre nous, vivement que nos dirigeants s'attaquent à la source du problème avec un énorme P comme dans POPO, car on est dans un état d'extrême urgence. Entendez bien (voire écouter, si vous en avez la compétence, laquelle peut s'apprendre comme toute compétence, avec le temps et la persévérance, surtout à l'heure où l'information est accessible à tous) qu'on ne peut guérir l'autre si l'on n'est pas guéri soi-même. On ne peut être en couple sainement, si les individus n'aspirent pas à devenir des sujets individués et autonomes affectivement (puis financièrement), on ne peut être heureux si l'on met le paraitre et l'avoir en priorité à l'être défini par le faire (quand l'être précède le faire qui lui même permet d'avoir), on ne peut vivre en société, ensemble, en harmonie, si l'enfant ne reçoit pas les outils pour devenir adulte... et ce quel que soit le système. Il s'agit là d'une notion basique et universelle, compréhensible en toute simplicité via le langage binaire.

Concrètement pour moi, cela signifie qu'à moyen terme paraitra : 1) un double album (numérique en tout cas), 2) un show multimédia et pluridisciplinaire, 3) un livre, 4) un film et bien d'autres choses dont des actions pour des oeuvres caritatives que j'ai bien en tête, comme tout le reste. Et ce, d'ici l'âge de ma mort que je visualise à 106 ans, lors de l'éclipse lunaire en France. Le tout - quel que soit ce que je produis - à destination très ciblée de nos âmes d'enfant en perte de repères (et ce quel que soit l'âge du récepteur, pédiatre pour adulte que je suis également, hihihihohoho).

La matière première de mon oeuvre, c'est mon écriture (et notamment celle sur mon Blog et mes multiples carnets et journaux intimes), ou ce pont magnifique de mon subconscient au conscient. En d'autres termes, c'est la boite noire (mon cerveau) que j'ai apprivoisé, dont je suis aux commandes de façon indépendante et autonome et qui me permet de monter, créer, matérialiser (encore ce mot) ma star(t)-up à 28 ans, en collaboration avec d'autres personnes qui se rallient à la cause que je défends et dont la qualité principale est la motivation avec un M aussi grand mon tout petit coeur (le reste s'apprend sur le terrain), en phase avec ma vision, mes idées, dans une relation de confiance qui se construit à force que l'on apprend à se (re)connaitre.

Ouf ! Sauvée ! Adieu masque tout pourri ! Je ne suis pas peu fière et j'ai bien raison de le sentir ainsi ! Je l'ai échappé belle en faisant confiance à mon intuition qu'autre chose m'attendait sur cette terre que la mort psychique (la folie), le suicide ou la survie (via le conformisme et la résignation), le destin de tant de personnes autour de moi. A présent, c'est parti pour de nouvelles aventures VIVANTES, hautes en couleurs, riches en belles rencontres avec d'autres personnes que moi-même, avec qui j'ai les bons outils pour communiquer sainement et avec qui je suis amenée à évoluer et réfléchir enfin à l'aide de MA voix, mes capteurs sensoriels et MON langage propres, après tant d'années de ruminations pénibles, de souffrance et de combats entre deux voix diamétralement opposées dans ma tête : celle de mon instinct de survie versus celle dictée par une norme très puissante, pesante et massive qui ne correspondait absolument pas à la mienne.

Tels sont les coulisses de mon processus créatif, commun à tout être doté d'un cerveau non détraqué, même si la créativité prend forcément une forme unique, individuelle et personnelle à chacun.

En conclusion, la bipolaire hypersensible et confuse avec un haut trouble de personnalité est maintenant solaire et lunaire, sensible, en équilibre, vivante, à chaque instant. Un être normal, selon sa norme. La vraie vie peut commencer dans un corps qui s'auto-guérit à mesure qu'il crée, où libido et joie profonde sont définitivement sur le chemin du retour ! YIHAAAAAAAAAA ! Au nom de mon père, son fils et mon sain esprit !

Le décodage précis et juste de son propre langage afin de mieux communiquer avec soi-même et les autres, c'est la clé du fil conducteur vers le bonheur.

CQMFSDD = Ce qu'il me fait sens de démontrer,

C.H.E.E.R.S, P.E.A.C.E & L.O.V.E,

Lady Valentine

Remerciements à toutes et tous, lecteurs et contacts Facebook (car chacune de vos réactions - ou non réactions - à mes propos de moins en moins délirants a été scrupuleusement analysée via les outils prévus à cet effet, afin de construire mon esprit critique et éclairé). Merci à l'univers de me fournir en quantité illimitée les ressources et les solutions qui me conviennent (= amour, rire, créativité, saine nourriture pour le corps et l'esprit, à travers les rencontres et voyages, la formation continue auprès de belles personnes, le yoga, la méditation, la visualisation créatrice, le sport, le sommeil, les émissions, livres, webzines et articles de fond inspirants et j'en passe des vertes et bien mûres...) afin de me réinsérer socio-professionnellement pas à pas et à mon rythme.

😇 Car ça y est, je suis ENFIN (r)éveillée, guérie et parée/armée pour le show business, ici et maintenant ! Je suis sure et certaine à présent de ne pas finir seule et triste, nympho, sous coke, sucre, médocs ou autres drogues plus ou moins dures et en éternel besoin de reconnaissance (tout au plus, solitaire et joyeuse en éternelle reconnaissance de la beauté de la vie). Je peux donc sortir de ma bulle déconnectée de la réalité, de ma grotte d'idées platoniques au fin fond des bois, de mon arrêt maladie et me remettre au travail dans ma bulle artistique, bien plus porteuse de vie... Un dur labeur qui ME fait sens, avec les bons yeux pour lire la vie et écrire la mienne : la voie/voix de mon coeur 😍 pour parler aux coeurs en détresse, aux âmes d'enfant prisonnières et les libérer par la danse et la musique, comme au bon vieux temps !

Un énorme merci au système social belge actuel et à toutes les personnes qui y contribuent, à ma mutuelle qui m'a permis de m'en sortir via les allocations, et special big up à mon psychiatre Albert et mon médecin conseil Marc à l'Inami. Je dois une fière chandelle (haha) à cette société ! Et surtout, merci à la famille et aux quelques amis qui m'ont toujours soutenue malgré les profondes difficultés et incompréhensions qui ont jalonné mon parcours. Car aujourd'hui TOUT M'EST CLAIR/M'ECLAIRE ! Et enfin, une énorme pensée à mon frère Olivier, cet arbre magnifique, qui me donne la sève, cette force incroyable pour VIVRE : faire ce que j'aime avec celles et ceux que j'aime. Feeling blessed, émue, touchée, heureuse, sauvée (et un peu fatiguée). Et maintenant, au boulot, métro, dodo... à ma façon, encore, toujours et à jamais pour l'éternitéééééé, jusqu'à l'infiniiiii, afin de m'assumer telle que je suis : une vraie bête de scène hyper belle, féminine et sensuelle (work in progress/en devenir), en chair et en os, qui a énormément à offrir, recevoir, donc à échanger, dans le désir gratuit (et le meilleur des mondes, oui oui) !

Et pour célébrer ce trèèèèèès heureux événement de renaissance à moi-même (sous l'avatar Lady Valentine et non plus Atomic, dont l'énergie est bien plus meurtrière), rendez-vous le 25 mai, jour de l'Ascension, oui oui, à 20h, sur les ondes de La Première pour une première interview exclusive sur l'émission "Il était une Foi" (contenu des Eglises Catholiques de Belgique, tradition dans laquelle j'ai grandi) sur le thème de la musicothérapie, à travers mon parcours (avant le reportage sur la RTBF en septembre), et ensuite sur scène à Le Rideau Rouge, le 22 juin à 20h, pour mon SHOWCASE ! Every single one is well, come, my dearest rainbow family ;)

Alors, une nouvelle page s'écrit... Toute blanche, comme à l'Eurovision ! Dites donc, elle n'est pas belle, la vie avec le grand V de Valentine, Victoire, Valeurs, Vertu, Virilité, Vénus, Virginité, Vin, Voix, Vérité... Volaille (hihihihohoho) ?

C.H.E.E.R.S, P.E.A.C.E & L.O.V.E to us all, to our soul !

Lady Valentine

Il était une Foi... un mythe.

Sagittarius : La constellation du Sagittaire

Le Sagittaire est un centaure de la mythologie grecque. Les centaures sont des êtres fabuleux mi hommes, mi chevaux qui vivent en hordes de l'autre côté du fleuve des enfers (Le Styx). La plupart d'entre eux sont assez brutaux et se laissent uniquement guider par leurs instincts.

Chiron est l'un d'eux mais se distingue à plus d'un titre. Premièrement, il est né immortel puisqu'il est enfant de Cronos et d'une nymphe des eaux. Ensuite, il ne vit pas aux portes des enfers mais seul et à la surface de la Terre. Et enfin, c'est un érudit, un médecin et un sage qui a été le professeur de bien des Héros, dont Héraclès. 

Par erreur, Héraclès le blesse cruellement un jour de combat contre les autres centaures. Ne pouvant mourir, Chiron souffre le martyre et demande à offrir son immortalité au titan Prométhée pour être soulagé de ses souffrances. Zeus est favorable à cette requête (il faut bien corriger les "bourdes" de son fiston !). Prométhée devient donc immortel et Chiron est placé dans le ciel pour former la constellation du Sagittaire.

Analyse symbolique: La première chose à remarquer, c'est que Chiron a dépassé les pulsions instinctuelles des autres centaures. Ces derniers représentent les reliquats du signe précédent : Le Scorpion. Ils vivent au bord du fleuve des Enfers (référence à Hadès -Pluton- planète du Scorpion). Les instincts des centaures ne sont pas des instincts animaux (les animaux ne violent pas et ne s'enivrent pas non plus !), ils ont des instincts bien humains ! 

Chiron a réussi, de part son ascendance divine, à contrôler ses instincts. Et par cela, il devient un guide, un médecin, un sage, un professeur pour les hommes (professions associées au signe du Sagittaire).

Le symbolisme du Sagittaire appelle en effet à trouver cette part de divin qui existe en nous pour nous élever, nous améliorer et pour bien vivre ensemble. On dépasse ici le niveau de la relation interpersonnelle idéale de la Balance. On a laissé tomber les dernières barrières de défense de nos égos en Scorpion. Avec le Sagittaire, on ouvre son esprit au niveau du groupe entier et de la société, ou plutôt des sociétés. Car le Sagittaire appelle à prendre en considération les cultures de chacun et à y chercher ce qui unit tout le monde. 

C'est là la signification de la flèche qu'il pointe vers une étoile dans l'imagerie classique. Sa flèche contient le flamme dérobée aux Dieux par Prométhée pour l'offrir aux hommes (Cf La constellation du Verseau pour le mythe). Cette flamme a la même signification que celle reprise dans l'évangile pour représenter l'esprit Saint du Christ qui redescend sur le front des apôtres à la Pentecôte. Elle est le Feu (élément du Sagittaire) de la Foi (au sens religieux) mais aussi de la sagesse (au sens plus philosophique) et de l'amour de son prochain (au sens philanthropique). Autant d'idéaux "supérieurs" associés traditionnellement au Sagittaire. Ces idéaux ne sont que des belles aspirations (élément Feu) d'expansion commune. Il convient dans le signe suivant, le Capricorne, de leur donner forme concrète (élément Terre).


dimanche 14 mai 2017

Amour, foie et bon thé

Bonne fête à toutes les mères de la Terre, à toutes les Dames de la Nature ! Des femmes à bout de force et de souffle tombent, mais d'autres se relèvent et tiennent bon, malgré les coups, les temps troubles et difficiles, portées par leurs instincts maternels, connectées à la source même de la vie qu'elles ont le magnifique pouvoir de donner (en bons mammifères qu'elles sont). 

Ces femmes-là, encore debout - sélection naturelle -, sont l'espoir de la pérennité de la race humaine. Car le monde actuel cessera d'être criminel, auto-destructeur d'une race entière, si les êtres humains/le genre humain reconnait la nécessité de l'énergie féminine dans le parfait équilibre (le yin et yang) en toute chose. 

Or, plus que jamais l'énergie féminine cherche à se manifester pour guérir ce monde malade, qui s'éteint à petit feu. Laissons cette énergie s'exprimer à travers l'Homme, ce canal ( = chez les femmes, comme chez les hommes), même s'Il doit passer par des états d'être primaires et sauvages pour reconnecter à sa propre nature, états cependant nécessaires dans le processus de reconstruction individuelle, en constante recherche d'harmonie pour retrouver la joie de vivre (notre émotion de base), sa musique et son tempo propres et intérieurs, par le biais du sacro-saint lâcher prise. 

Des états d'être profonds, enfouis, inhibés, refoulés, qu'on a l'occasion de voir en hôpital psychiatrique, notamment. Une maison dans laquelle, perso, je me sens en sécurité, certes, mais pas libre. 

Aujourd'hui, j'ai la chance de pouvoir affirmer que mon asile de fous à moi, dans lequel je me sens parfaitement bien, dans lequel je n'ai plus peurs ni angoisses, c'est le monde dans lequel je vis, ce vaste monde plein de richesses culturelles à découvrir, ce monde dans lequel je me nourris de la différence, ce monde dans lequel je serai mère à mon tour. 

Je me sens comme une évadée de prison en liberté inconditionnelle. Une rescapée. Une miraculée. Libre d'être, de vivre et d'aimer, dans un monde en éveil de conscience. Sans plus aucun médicament (si ce n'est le rire), loin d'être bipolaire, juste une femme, avec un esprit libre et sain, dans un corps libre et sain, en 2017, en plein coeur de Bruxelles, capitale de l'Europe malade où mon frère y laissa son propre coeur (son talon d'Achille), de courir plus vite que sa musique intérieure, son rythme cardiaque, ne lui permettait physiquement, il y a trois ans exactement. La marche précède la course. Réapprenons à marcher car rien ne sert de courir.

Le message que m'a communiqué mon frère à travers son parcours de vie est clair et fort. Réapprenons à écouter notre corps, fruit de la nature. A vivre à notre rythme, selon notre horloge interne, biologique et mécanique. A décoder et utiliser nos capteurs sensoriels à leur plein potentiel, à leur faire confiance. Tant de méthodes et d'outils sains sont à notre portée à l'heure actuelle, depuis la nuit des temps, pour y parvenir. Et l'information est partout et circule librement, dans le domaine public. Si ce n'est pas magnifique ? Et surtout, serrons-nous les coudes car la tâche est loin d'être facile.

Ainsi, choisissons ce qui NOUS convient et prenons NOTRE temps, dans tous les domaines et pans de la vie. Le reste, c'est du travail, de la persévérance et de la patience. Tout en sachant que cela passe d'abord par l'acceptation de ce qui est vraiment et sincèrement, dans l'instant présent. En pratiquant ce qui fait viscéralement sens pour soi-même, le corps mémorise (mémoire cellulaire) ce qui est bon pour lui et un jour, écouter sa nature se met en mode "pilote automatique" et redevient... naturel. Alors qu'aujourd'hui, dans la majorité des cas, le pilote automatique est branché sur l'extrême opposé : le contre-nature. 

Rappelons-nous, à tout moment, que la nature est bien faite et permettons-lui de reprendre ses droits. Que l'être humain a une énorme capacité d'adaptation à son environnement, que chacun peut trouver sa place et se sentir en sécurité dans le mouvement/le changement. Que tout est juste, tout le temps, et que la loi de la nature est l'impermanence des choses où rien ne se perd, tout se transforme. 

Le chaos que l'on traverse, la crise identitaire mondiale, avec son lot d'inondations, d'explosions, de cancers, de bouleversements climatiques, politiques, économiques, bla bla bla, de burn outs, de dépressions, de suicides, d'inconscience, de mouvements de foule, de terroristes, de guerres, d'intolérance... est un passage obligé, entre deux équilibres. On ne peut changer le monde mais on peut percevoir, suivre, surfer sur la vague de ce changement, en prenant conscience en trois étapes : 1) comprendre 2) intégrer 3) agir et petit à petit, il sera possible de passer au nouvel équilibre. Celui qui se cherche et se trouve d'abord en chacun de nous. L'histoire se répète. Par la force des "choses", nous sommes le changement. Prévenir plutôt que guérir. Tout comme un grand journal tâcherait de passer du papier au numérique.

Ceci étant dit, il n'y a plus qu'à vivre, maintenant, purement et simplement, entourée de ceux que j'aime et avec qui je me sens bien, ma famille, mes ami(e)s, mon amoureux du moment - toutes ces belles personnes avec qui la communication est possible et constructive, celle qui fait évoluer tant l'émetteur que le récepteur - et de travailler dans ce que j'aime faire le plus au monde, la musique. Car en résumé, je retiens de tout ce chemin qu'au final, "chacun sa norme" (mon prochain refrain que j'espère entêtant au possible). J'ai fait le tour de mon nombril, je suis prête à faire le tour du monde, là où le vent me mènera, et ce jusqu'à ma mort. Miam, j'ai faim et soif de voyage, de rencontres, de découvertes. 

Et pour célébrer à ma manière cette belle journée, je chante à la Cellule 133, à Saint-Gilles, à 15h, exactement 15 ans après l'enregistrement de l'émission "Pour La Gloire", dans laquelle à 13 ans, déjà, je prônais la différence, via "Il jouait du piano debout", de Michel Berger de France (Gall). 

Je suis si heureuse. Je prépare quelque chose que je me fais une grande grande joie de partager avec qui veut ! Je vous promets de travailler dur afin d'exprimer librement mon énergie féminine en équilibre avec mon énergie masculine, sur scène et sur la Toile, avec de la pop, une touche moderne d'électro, une touche incarnée d'urban groove afro, de la danse, de la voix, des couleurs et des mots simples, en français dans un premier temps, ma langue maternelle. 

Interview et échantillon de l'embryon de ma musique intérieure à moi (work in progress), à découvrir prochainement sur les ondes, à commencer par le 25 mai, jour de l'Ascension, dans l'Emission "Il était une Foi", sur La Première - RTBF, à 20h. 

L.O.V.E, Lady Valentine 

Ps à moi-même : vie, libido, musique et créativité sont extrêmement liés. A méditer en bougeant mon derrière sur ce son métissé : Motherland (Alyss). En route vers la musique multi-culturelle, mondialisée ;)