vendredi 10 novembre 2017

Red Bull

Yeeeeees !

Après une rencontre à la fois belle et difficile, pleine d'amour et d'amitié, j'ai enfin mis en mots ce que je ressens comme de la colère... Sans crier, sans hurler, cette fois ! Grosse étape ! Le fruit en est un rap qui s'appelle "Red Bull", avec des phrases où je ne mets pas de barrières, je lâche les vannes, c'est direct, c'est explicite, c'est clair, c'est trash, sans être vulgaire ni grossière, parce que cela ne me ressemble guère. 

J'ai l'impression que je touche enfin au lâcher prise nécessaire à la découverte de mon écriture-racine, laquelle me mènera peu à peu à celle de ma racine vocale (puisque le psychique et la voix sont comme cul et chemise, intrinsèquement liés, on en reparlera, peut-être de vive voix ! Hallelujah !).

Peu importe l'anecdote derrière ce texte Red Bull/rouge bulle (je remercie d'ailleurs du fond du coeur la personne avec qui j'ai pu la vivre, car elle m'a accompagnée avec une bienveillance très rare - ce mec est décidément très fort). Car ce n'est finalement qu'un prétexte à l'expression d'un état aussi profond, mystérieux, énigmatique que la colère, ce sorcier/cette sorcière en moi, en nous, qui vaut  grandement la rencontre. Ce qui compte, c'est que je pense l'avoir extériorisée de façon plus aiguisée et maitrisée que jamais auparavant. Ma conscience continue de s'éveiller, au fur et à mesure que les mots se déposent, ici et dans mes chansons. Et c'est fort, douloureux et beau, en même temps.

Je vous assure... depuis le temps que je cherche un moyen de libérer cette part de moi, comme elle est, sans la déguiser, sans que cela ne fasse aucun mal (bien au contraire, la catharsis opère). Depuis le temps que je cherche à l'appréhender via ce canal qu'est l'écriture qui n'a pas peur des mots, des maux, de mes mots, plutôt que de laisser cette colère anéantir mes terres fertiles, tel un ouragan dans mon quotidien. Ouf ! Jusqu'ici, mes chansons de colère étaient allégées-avec-sucre-ajouté. Mais là, non, c'est fini la "candeur-elle". Boum ! CE QUE CA FAIT DU BIEN, PU**** ! HAAAAAA (cri sur papier).

*Note : milestone psychique : vais-je enfin pouvoir me guérir de mon addiction au sucre, lié au besoin affectif ? A observer de très près...

Pour mon one woman show (2020, haha, si je respecte mon poème qui me guide, ma visualisation créatrice*), il me semble que j'ai assez de matière à travers mes quelques vingt chansons et histoires, pour dépeindre le panel d'émotions qu'il m'a été amené de découvrir, reconnaitre, apprendre à gérer jusqu'ici, pour vivre mieux, au mieux et de mon mieux ma vie, jusqu'à ce que la mort me sépare d'elle.

D'ici l'écriture du spectacle, voici le programme : tout en rédigeant mon premier livre, en 2018, je sors l'acte 1 : une dizaine de chansons, sur les réseaux, avec ou sans clip, qui représenteront les émotions froides et bleues, le "ça ne va pas, je suis au fond du trou" ou la phase de crise. En 2019, je sors l'acte 2, re-une dizaine de chansons qui représenteront les émotions chaudes et rouges, le "ça ne va toujours pas, mais je pédale pour que ça aille mieux", la transition vers le nouvel équilibre. 

L'acte 3, le "ça va, avec les hauts et les bas" ou l'équilibre : peut-être qu'il sera écrit pour le spectacle, peut-être qu'il fera l'objet d'un autre projet artistique, peut-être qu'il ne s'écrira pas... Que je serai partie avant... Qui sait ? En effet, dans ma vision des choses, pour être entière, il me reste à vivre, à expérimenter puis tenter d'écrire l'Amour inconditionnel de soi et de l'autre, de Soi avec l'Autre, dans le désir gratuit, l'échange et l'équilibre... Cet état de grâce, ce nirvana, cet Everest si difficile à grimper.... dans toutes les relations humaines. Vivrai-je ne fut-ce qu'un bout de cette aventure-là ? L'aventure parmi les aventures ? Cette chanson fera-t-elle partie du spectacle ? Ou s'écrira-t-elle sans les mots, une fois que le spectacle aura foulé les planches (le poids de la mission d'écriture de ce premier projet artistique n'étant plus sur mes petites épaules qui aspirent à la légèreté, peut-être serai-je plus à même de vivre la grande aventure ?) Ou est-ce que finalement, cet acte-là n'est-il pas celui qui s'écrit au jour le jour, dans l'instant présent de chaque instant présent, puisque c'est le chemin qui compte et non la destination, comme disait l'autre ?

A méditer...

* Poème-guide/visualisation créatrice : 

2012, je marque la fin d'un monde de bouse
2013, je vous baise
2014, je divorce
2015, je m'assume 'zinz
2016, je baise
2017, je fais la fête (dans ma tête)
2018, je sors un hit (tête de bite)
2019, je surfe (crâne d'oeuf)
2020, je suis enceinte (de mon spectacle au goût d'absinthe)

L'O de Vie
L.O.V.e
L'ode à la vie
L'Olivier

Note pour moi-même (comme tout le reste) : ... dans une tasse, au bar de la Paix, deux colombes, au lendemain de son anniversaire à elle (avec qui je suis en pensées), le jour du 99ème anniversaire de L'Armistice. 

CQFSD : ce qu'il me ferait sens de démontrer (pour exister)... Y a plus qu'à... Travailler !