lundi 5 août 2019

Lucie-Valentine

Cher(e) ami(e) de la Toile, 

Je t'écris cette lettre pour t'annoncer que Lady Valentine ne me convient plus. J'ai eu besoin de ce blase dans mes débuts. Lady m'apportait ce que je n'avais pas : la confiance en moi. En-dessous de tout, il me fallait trouver la force pour m'ouvrir et présenter mes chansons, pas à pas, sur la toile et en concert. Pourtant, ce nom qui m'accompagne depuis trois ans est imprégné de l'énergie d'un passé douloureux dont j'aimerais tourner la page, désormais. Aussi, il est tape à l'oeil, comme s'il cachait cet enfant apeuré, angoissé et en manque d'amour qui hurle "Hého ! J'existe, regardez-moi, écoutez-moi !" Oui, c'est tout cela que je lis en Lady Valentine, avec du recul.

Un nom de moins en moins en phase avec la personne que je deviens, celle qui renoue avec son enfant intérieur, celui qui avance sans crainte dans la vie. J'ai décidé de suivre mon intuition, de l'écouter et de te partager le comment du pourquoi de ce changement de cap...

J'avais reçu ce nom au Bénin, il n'était pas un choix. Or, en bon sujet individué que je travaille à être, dans une quête de sens et de vérité profonde, depuis 2013, il m'est très important de faire un véritable choix, quant à mon nom de scène. Je me ressens femme, aujourd'hui. Plus besoin de le mentionner dans mon nom, il y a redondance. Je déteste la redondance. Aussi, je ne ressens plus un désir de plaire à tout prix, mais bien une volonté d'être, dans ce nom plus humble, proche des autres et à mon goût. 

Par ailleurs, j'aime ce côté un peu désuet et plus doux du nom composé qui me fait penser à "Soeur Lucie-Valentine". Cela me renvoie à mes racines, d'où je viens, puisque je suis née de tradition catholique. Aujourd'hui, contrairement à hier, j'ai la foi. La foi en moi, en la vie, en l'amour, en la belle rencontre, en une force qui me guide et me tient debout. Celle qui me sort des ténèbres, quand ils frappent à ma porte. Cette nouvelle lumière qui me donne un franc sourire, je l'apprivoise chaque jour un peu plus. Elle s'appelle Lucie.

Un prénom arrivé dans ma vie, lors d'un voyage en France, plus précisément à Astaffort, le village de Francis Cabrel, artiste dont j'apprécie énormément le parcours artistique et les valeurs. J'étais venue là-bas pour confronter mes textes et apprendre à écrire des chansons. Ce prénom est né de l'une d'entre elles, écrite avec deux magnifiques personnes, William et Livia : "Une Histoire à la Con". Lucie s'y découvre romantique et amoureuse, comme moi, à présent. Cet atelier signait le début d'un long voyage musical, en 2016, l'année où mon projet de raconter mon histoire "à la con", de témoigner, allait commencer à sortir de ma chambre.

Dans ce nom d'une autre époque, je retrouve plus aisément le lien avec cette partie de mon passé d'enfant modèle, sage et conformiste, fait de bonnes notes à l'école et sur le piano de l'académie. Un passé que j'ai pris du temps à accepter et à embrasser complètement. Je ne suis plus celle qui donnait tout pour être ce qu'on attendait d'elle. Le masque est tombé. La mascarade a pris fin : je ne cherche plus à être acceptée, reconnue, comprise. Je me suis confusément épuisée à ce jeu-là. Mais je ne regrette rien, je pardonne tout et surtout, je remercie... beaucoup.

Derrière ce nom classique aux allures innocentes, il y a une femme qui a de moins en moins froid aux sens, incarnée, aussi joyeuse que triste, vivant ses émotions à fond. La souffrance, la colère, la révolte sont bel et bien là, sublimées plutôt que subies, autant que possible canalisées avec les mots et la musique qui, exprimés, ramènent finalement de la joie et un peu d'apaisement dans mon coeur jadis sauvagement meurtri. Et ce, comme nul médicament ne peut le faire. 

Le blase Lady Valentine était déjà pris par une autre chanteuse, en Angleterre, un signe de plus pour me pousser à faire le pas de ce changement. Pour autant, je ne veux pas effacer cette page de ma vie en deux temps trois mouvements. Mes premiers clips continueront de porter cet ancien nom. Le logo LV (élevée), je l'aime et le sens juste. Il me fallait donc remplacer le L de Lady. Lucie (=lumière) complète la dimension d'amour du prénom Valentine. Les deux ensemble procurent cette joie qui me traverse quand je me sens en harmonie, dans la plénitude et la légèreté d'être, si difficile à trouver dans un environnement bling bling, fait de masques et d'argent. Lucie-Valentine affirme davantage le côté francophone de ce projet de retour aux sources. 

Voilà pour ce tournant, carrefour et (rond-)point/bilan important.

Je sais que tu ne seras pas trop perturbé(e), car tu te sens en sécurité, toi aussi, dans le changement...

Au plaisir de te rencontrer,

Light & Love, 

Lucie-Valentine