lundi 18 novembre 2019

Happy birthday, LV !

Jeudi 14 novembre 2019. Une date que je n'oublierai pas. A 11 jours de mon 31ème anniversaire et de la troisième année d'existence de mon projet, depuis ce premier concert en groupe, au Sablon de Bruxelles. Je suis très très émue. Est-ce encore l'effet de cette forte pleine lune ? Tourbillon de choses passées. Bouleversements. Mon corps est fatigué. J'ai si mal aux cervicales. Mon coeur est troublé, confus. Mais cela passera. Je me remets à respirer, au niveau du ventre. Les piques dans mon coeur se font moins fréquentes, déjà. J'ai l'impression de m'ancrer un petit peu plus. D'être un peu plus présente à moi-même et à ceux qui m'entourent. Je m'ouvre petit à petit. Sans déguisements, ni masques. Je me remets aussi à marcher. Dans la nature, même si tu n'es plus à mes côtés. 

L'an passé, à cette période, j'étais enceinte. J'avais oublié (ou refoulé ?), cet anniversaire-là, cet avortement. Aujourd'hui, j'y pense, j'y songe, je me le permets enfin... Je suis disponible. Peut-être vais-je écrire une lettre, un poème, une chanson à ce petit ange qui est venu dans mon ventre mais qui ne pouvait y rester. Qu'on puisse se réconcilier, car il y a de la colère et de la tristesse, en moi, à ce sujet, à l'heure où j'écris ces mots. Oui, peut-être que c'est celle-là, la dernière chanson à écrire sur cet album "La Vie est Belle"... C'est fou. Jusqu'à aujourd'hui, je n'aurais jamais imaginé que ce sujet allait prendre place, bientôt, dans une chanson. La réponse est évidente, maintenant. Emotion. Encore. Ca va être difficile à écrire. Mais ça va aller. Des larmes d'encre vont couler. Le nettoyage est en cours.

Un cycle qui se ferme. Un autre qui s'ouvre. Le chiffre 9. J'ai eu l'impression de renaitre, en public, jeudi dernier au Rideau Rouge, à Lasne. De me redécouvrir. On était six sur scène, l'énergie était incroyablement forte, portée par des musiciens que je ne pensais pas pouvoir rencontrer, au début de cette aventure.. J'avais si peur que personne ne me suive, si peur de ne pas avoir confiance assez pour avancer et mener à bien ce qui me motive par dessus tout, dans cette vie. "Même à genoux et à l'envers, je ne lâche rien, non je ne suis plus seule".

En effet, Florine à la trompette, Gaëtan à la guitare, Hadrien à la batterie, Franky à la basse et Coralien au clavier et aux choeurs me font confiance et vice versa. D'être réunis tous ensemble, autour d'une table, surmontée de ses deux bougies, un bon repas dans nos assiettes, avant de monter sur scène pour le lever du rideau, m'a fait chaud au coeur. La première ébauche de ce show me comble déjà. Et puis, ce public... Ce public !! Il était là, merveilleux, à l'écoute, prêt à chanter et à danser, aussi... J'en ai les larmes aux yeux. Je me revois avec mes petites affiches, dans les rues, un mois plus tôt, à placarder l'info : Lucie-Valentine en concert au Rideau Rouge, Scoop Acoustic Tour, 21h. Sold out symbolique qui me donne du courage. J'ai réussi ! Et j'ai pu voir les étoiles dans les yeux. Les sourires sur les visages. J'ai pu entendre les retours dont j'avais besoin pour reprendre des forces, malgré les difficultés. J'ai pu être moi-même sur scène... Sans filtres. 

Au studio, l'album et les chansons avancent... Max et Nico continuent de me faire progresser, en toute bienveillance, avec beaucoup de patience. Aussi, j'ai repris les cours de chant, car maintenant, je voudrais ouvrir ma voix et en explorer toutes ses facettes. Ma gorge est encore serrée. Avec une coach incroyable du joli prénom d'Imogen, ça aussi, j'y parviendrai. J'ai aussi repris les cours de piano, avec Laurent. Enfin. Après tant de mails envoyés, de photos postées, de stories racontées, d'articles écrits... je suis contente de pouvoir m'accorder ces quelques moments pour travailler en profondeur mes outils principaux, en vue de la scène et de l'enregistrement de mes voix définitives. Au niveau du corps, mon souffle est court, mais je me remets au yoga, tranquillement. Et bientôt, je danserai à nouveau, libre, libre, libre dans mes mouvements et dans ma tête. La danse des 5 rythmes m'appelle. Mais patience. Je dois me recharger d'abord. Reprendre mon souffle de vie. Je me tiendrai de plus en plus droite aussi, épaules ouvertes, grande à l'intérieur. J'y travaille. 

Quelle aventure... Assumer de prendre les rênes de ma petite entreprise musicale, d'être leader d'une équipe, de prendre des décisions, de porter une vision et la partager avec ceux qui me suivent, depuis trois ans que le projet vit hors de ma chambre. Les guider jusqu'à obtenir ce que je visualise dans ma tête, ce que j'entends. Et le tout avec peu de moyens, mais une intelligence de plus en plus collective. Heureusement, je suis prête aujourd'hui. Ma communication est suffisamment claire avec moi-même pour pouvoir entrer en contact et créer des ponts avec les autres, à présent. Il me reste à structurer tout cela. Mon label serait-il en gestation ?

Et puis, la famille est là. Elle me soutient, envers et contre tout. C'est beau. On a transcendé un schéma malade, dysfonctionnant, une systémique souffrante, noyée dans des incompréhensions et blessures ancestrales qui ont fait leur chemin de génération en génération. Je suis trop trop trop émue, là. Pensée spéciale pour ma soeur que j'aime, avec qui j'ai chanté "Tu es mon autre". L'émotion était palpable. Le silence autour de nos deux voix était celui d'une très belle mort. On a chanté ce texte si important, comme en ce 30 avril 2014, lors du tout premier concert de Caroline à la Véraison, dernière fois où je voyais notre frère Olivier. Elle a une voix incroyable, un feu en elle qui n'attend qu'à éclairer. Et jeudi dernier, j'ai ressenti que ce feu s'allumait pour de vrai.

Je suis très heureuse de me faire de la bouteille dans le métier, à pas de bébé, comme je le sens, à mon rythme. J'apprends sur le chemin, au fil des rencontres, en auto-production. Et même si c'est très dur, ne nous mentons pas, je sais que c'est juste. Ce premier album qui sortira au printemps, sera mon bébé... le premier dont je veux accoucher, que j'accueillerai de tout mon être : la fleur de mon âme, de mon sang. La racine solide de mon oeuvre. Une racine jadis noire et pourrie. On y arrive, l'échéance se rapproche et rien que d'y penser, j'en tremble, mes lèvres ne sont plus froides et bleues comme celles de la femme objet que j'étais.

L.I.G.H.T & L.O.V.E,

Lucie-Valentine

Aucun commentaire:

Publier un commentaire