lundi 28 avril 2014

Un petit vélo dans la tête

Youhouuuu ! Je peux partir sereine, vendredi, pour trois mois dans les pays du soleil levant, qu’importe le temps ! Albert a proclamé la petite Valou fin prête à devenir Femme Valentine. Une Vénus de Milo pas « bras cassé » qui aime son Mars (quoique Snickers, c'est meilleur, tant qu'à manger de la merde). Après plus d’un an de dur labeur, je me réjouis de « partiiiiiiir là-baaaaaas », chanter la mélodie du bonheur d’un monde nouveau, la pluie chaude ruisselant sur ma peau, mes cheveux courts virevoltant, aux quatre vents, sur mon front en perles d'eau. 

Mais sur le chemin du retour, agréablement étourdie par la bonne nouvelle, mon cœur bondit trois fois quand je faillis perdre les pédales de mon petit vélo dans la tête ! A deux doigts de médire et me maudire d’un « oh zut, flûte, une chute, j’en ai pissé dans mon fut’ » indélicat, j’estime de mon devoir de militante pour une vi(ll)e viable, vivable et durable de vous faire part de mon coup de gueule à tous les véhicules incontrôlables qui roulent sur ma piste cyclable.

Déguisée en Quasimodo sur mon vélo, un dossard fluo enfilé par-dessus le sac à dos, je trouve ça déjà pas évident d’être un maillon faible, vénère mais prudent, qui serre les dents à force de bouffer du CO2 à même le pot d’échappement. Alors si en plus, un camionneur impatient me klaxonne de devoir m’attendre au tournant d’un terrain glissant, je vais finir par faire du rentre-dedans ! A ce rythme-là, autant directement se jeter sous les roues des caisses qui puent sévèrement et polluent les gens ! Attends… Faut pas avoir fait les 24h vélo d’il y a six ans pour comprendre qu'il y a un bug dans ce système embêtant !

Sur ce, je voudrais écrire solennellement, à qui de droit, que moi, Robine des voies, je sollicite mon pays à envisager sérieusement la taxe pour les voitures de cette ville en laquelle j’ai foi, afin de décongestionner le trafic bruxellois, qu’on se le dise, le pire qui soit. Une mesure qui offrirait de surcroît une qualité d’air supérieure aux poumons du cœur d’une Union européenne aux abois ! Sans parler des bienfaits sur l’économie qu’engendrerait une telle loi… 

Pour ma part, je m’engage à 1) m’acheter les accessoires de base qu’il me manque (le casque, le masque anti-pollution, la pompe et les phares) 2) peindre mon vélo en green flashy, 3) lui fixer des miroirs récupérés en brocante en guise de rétroviseurs, 4) le munir d’un système de clignoteurs faits maison, 5) inviter les suicidaires de la route comme moi à faire de même en apposant un message du type « PIMP YOUR BIKE, PARCE QUE TU LE VAUX BIEN », sur ma chasuble fluo, mon casque et mon vélo.

Si je vous dis tout ça, c'est peut-être parce qu'une fois, je fus appelée à chanter "A bicyclette" d'Yves Montand (la pente, haha) pour un émérite du secteur médical de l'Alma. Un signe. N'est-ce pas ? Et sinon, connaissez-vous des films où le vélo a le premier rôle ? En tête, j'ai "Le Gamin au vélo" (top !) ou encore "Le Vélo" avec notre star nationale ci-dessous ! Et vous ?

Cours en COMU donné par Benoit XVI, 2010-2011

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...