jeudi 29 mai 2014

Flower Power

C’était la fête des fleurs, ce week-end. L’occasion d’écrire un truc gai. Joyeux. Par les temps qui courent. Et pour les gens qui courent... après le temps... et l'argent. Parce que le temps, c'est de l'argent. Mais l'argent, c'est moins bien que l'or, ne l'oublions pas. Jamais. Et l'or, ce sont mes boutons sur le front. Mes boutons d'or. Parce que je suis un gentil coquelicot, mesdames. A ce propos, le bouquet que ma famille a offert à mon frère, il y a quelques jours, lors du funérarium, était composé de 5 fleurs. Petit mnémotechnique pour me rappeler de leur nom. 3-2-1... Go !

- Lupin (Olivier, parce qu'Arsène)
- Rose (Petite princesse, Caroline)
- Lys (Maman, sa fleur préférée)
- Gypsophile (Papa qui garnit, meuble, en mode home staging)
- Eucalyptus (Moi, car très bon pour la voix)

Ceci étant dit, je propose de me la jouer Wikipédia, avec mes souvenirs, mes références. Autour du mot... FLEUR.

Laurent Voulzy a chanté l'amour et... les fleurs.
Tandis que j’ai chanté à la fête de l’Iris, dans la capitale, il y a quelques années déjà.
L’ami raton laveur de Bambi s’appelait Fleur.
Le beau-frère de ma sœur a monté une boite qui veut dire déflorer en anglais, haha, le provocateur.
Dans ma ronde de l'amitié (aux lutins), j'ai été dans la sizaine des boutons d'or, des coquelicots et des capucines. Je me souviens aussi des petits refrains qu'on chantait en virevoltant en petit cercle d'amies, dans un plus grand cercle d'amies, lors des rassemblements, dont celui-ci que j’aime particulièrement : « Bleuet discret, couleur de paix, fraîche parole qui dit vrai ».
Florival, le joli nom d’un petit village wallon. Ne m’y suis-je pas rendue ?
Ma sœur, il y a deux jours à la mer, a pris une enseigne en photo. "Val Fleuri" qu'il était marqué. Alors qu’on venait de se prendre le bec. Intention toute mignonne.
Et puis, la maman de ma belle-sœur et amie, à chaque printemps, court avec une couronne de fleurs afin de bénir sa maison.

Et puis, y a un super groupe qui a changé de nom mais qui se faisait appeler Fleur Rouge, en anglais.
Et puis, il était une fois « Les fleurs du mal » de Baudelaire.
Et puis, il était une fois « A Dark Flower in Bloom ». Une composition prémonitoire de mon groupe avenue.
Et puis, y a ma fleur à moi, au niveau de mon kiki.
Et puis, aux Serres de Laeken, un jour, je suis allée voir la plus grande fleur du monde. Elle puait.
Et puis, ma belle-mère adore les roses et se nettoie le visage à l'eau de rose et met des bijoux en forme de rose. Elle voit la vie en rose. Comme Edith. Comme le reste de ma famille... Bientôt. J'espère. J'en suis sure.

Enfin, ma p’tite maman, je t'aime et t'offre un bouquet de jonquilles, comme celles que j’aimais cueillir à Pâques, dans le jardin de ta tante. Oui ? Parce que tu es la meilleure des mamans. Pour la fête des mères, ton anniversaire et afin que tu puisses dire au revoir et à bientôt à ton cher fils qui t'aime de là-haut, qui veille sur nous. Avec sa fureur de vivre. Et chaque année, je t'offrirai virtuellement ces fleurs et j'irai, avec toi, les déposer sur le lit d’Olivier, plein de bateaux jaune et bleu.

Bisous

2 commentaires:

  1. <3 <3 <3 <3 <3 <3 <3 <3 (il y en a 7 , t'as vu ? ) ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Tiens donc, je me demande si tu n'as pas fait un bref passage par la sizaine des pervenches aussi...

    RépondreSupprimer

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...