jeudi 8 mai 2014

Modern atomist girl

Paris, le 30 mai 1997

Jean Salem, dans l'introduction générale de son livre "Les Atomistes de l'Antiquité - Démocrite, Epicure, Lucrèce" :

"Démocrite, Epicure et Lucrèce enseignèrent que l'être est un et, tout à la fois, sporadique ; que la naissance est composition et la mort désagrégation ; que de minuscules éléments de construction, lesquels, pris un à un, sont éternels et immodifiables, se combinent puis se dissocient au gré de leur agitation incessante dans le vide immense.

Epicure ainsi que Lucrèce, son plus grand disciple romain, furent en outre deux maîtres de volupté : (...) la philosophie des atomes a chez eux partie liée avec la poursuite du plaisir, qu'ils identifient au bien souverain. (...) 

Bonheur pour les yeux, dans l'Esplanade de Singapour
Chez Epicure, écrit Cicéron, "toute la théorie du plaisir s'inspire de cette idée que celui-ci est toujours souhaitable et doit être recherché pour la seule raison qu'il est le plaisir, et réciproquement que la douleur, pour la seule raison qu'elle est douleur, doit toujours être évitée". 

Les enfants au berceau, les bêtes muettes elles-mêmes nous font en quelque façon entendre qu'avec la nature pour maîtresse et pour guide il n'est aucune prospérité qui ne soit un plaisir, aucune adversité qui ne soit une douleur. 

Girafe en besoin d'évasion, au zoo de Singapour
Attention, toutefois, aux contrefaçons ! Cet hédonisme-là n'est nullement celui des voluptueux inquiets (...), celui dont la devise pourrais être cette parole que saint Paul, après Isaïe, voulait attribuer aux "impies" : Mangeons, buvons, car demain nous mourrons !" Le plaisir épicurien est beaucoup plus serein, bien plus étale, et bien plus lumineux aussi.

Une jeune femme lit un livre à l'ombre d'un arbre
des Botanic Gardens, face au calme du lac,
Singapour

Or c'est à cela, principalement, que sert la connaissance de la physique atomique : purger le désir de toute frénésie afin d'être exempt de tout trouble. Car, selon les épicuriens, dans un univers dont la Providence est exclue, dans ce Lego fait de corpuscules insensibles, chacun pourra mesurer le néant des fables qui agitent les mortels. Chacun pourra constater l'impossibilité de toute survie individuelle outre-tombe ainsi que l'absurdité des mythes relatifs aux châtiments infernaux. Chacun découvrira l'inconsistance du discours des prêtres et comprendra que les institutions qu'ils font volontiers passer pour  sacrées (à commencer par les institutions politiques) ne tiennent qu'à des conventions passées par des hommes de chair, librement ou sous la menace. Chacun, enfin, à condition qu'il étudie la philosophie des atomes, reconnaitra que l'on peut atteindre dans les limites de cette vie terrestre un bonheur intense, durable et parfait."

WHAAAAAAAAAAAAAAAAAT ! Je suis 100% en phase avec ce texte, trouvé dans la bibliothèque de mon amie d'accueil. Vive les Atomistes, vive Démocrite, Epicure et Lucrèce. Dommage qu'ils soient morts, j'aurais bien été boire un thé vert avec eux !

C'est décidé, je me proclame atomiste des temps modernes. Même si, entre nous, je ne compte pas aller plus loin dans l'étude des atomes, me contentant amplement de mes cours de sciences du lycée/collège. Quoique, maintenant que j'y pense, Julia Stone (lors d'une interview à Paris) m'avait recommandé un bouquin qui vulgarise les grands principes de la physique. Apparemment très bon, selon la soeur à Angus. Je vais aller rechercher les références et je vous tiens au courant !!

Coccinelle sur sauge du potager de mon beau-père. Photographie prise juste avant mon départ.
La coccinelle porte bonheur et la sauge est l'une des meilleures plantes pour la santé.
Conseil précieux : une tasse par jour et vous chanterez tous les jours l'amour d'une voix de velours,
tel un troubadour en plein parcours

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...