lundi 5 mai 2014

Richer and richer

Helloooooow, coucou, bonjour ! 

Il est 04h54 à Singapour et j'ai une soudaine envie d'écrire des trucs. J'espère juste que le tic tic tic de mes doigts sur le clavier ne réveillera pas le couple amoureux derrière la porte du canapé sur lequel je dors ! Car pendant que je me la coule douce, mes deux amis d'accueil travaillent dur, eux ! Un sommeil réparateur n'est donc certainement pas du luxe ! Très tôt, monsieur et madame partent au boulot, très tard et exténués, ils en reviennent. Difficile alors de trouver l’énergie nécessaire pour cuisiner un bon petit plat. Heureusement, dans le coin, la délicieuse nourriture ne manque pas... comme le prouve l’assiette d’hier soir, dégustée à deux rues de l’appart pour 4 dollars seulement, après une journée de belles découvertes. 

Ceci étant dit, j'aimerais m'extasier aujourd'hui, encore et toujours, en ce début de périple initiatique, sur la beauté de renouer avec l'enfant en soi et la nécessité de retrouver son identité propre, quand, par la force des choses, elle s'est brouillée comme les oeufs ou ma vue de myope, stabilisée à -4. Un handicap qui me vient de ma mère qui lui vient de son père, alors que mon père, mon frère et ma soeur auraient pu devenir pilotes. Petite déjà, je louchais. Un défaut de fabrication que mes parents ont pu rattraper, à coup de sparadraps Mickey collés alternativement sur chaque oeil, couplés d'horribles lunettes. A l’heure actuelle, on peut observer un léger strabisme qui fait mon « charme » et s'accentue quand la fatigue s’accumule. 

Enfin... quoi qu'il en soit, mes yeux désormais corrigés par « mes-lunettes-en-bois-top-tendance-à-en-faire-baver-les-hipsters-bigleux-du-monde-entier » voient de plus en plus clair, tout comme mon palais se précise et savoure tous les jours un peu plus ces instants de Carpe Diem que j'apprends à recevoir à bras ouverts. Au fur et à mesure que je m'affirme sur la voie qui mène à mon Moi véritable, mes sens s'éveillent, à l'affût des choses belles et magiques qu'on ne s'explique parfois pas. Ces petits signes envoyés par la nature, ces récompenses, ces fruits, ces cadeaux, ces miracles qui apparaissent d'en avoir semé les graines comme le Petit Poucet déposait ses cailloux. 

Bon. Si je me rendormais, maintenant ? Je ne voudrais pas loucher au réveil ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...