vendredi 9 mai 2014

"Tu pues du cul !"

Hier, j'ai passé environ 6h à flâner au Zoo de Singapour. C'était super cool ! Je me suis donné pour exercice de prendre les plus belles photos possibles, malgré le matos non adéquat et la bougeotte des différents animaux du parc. Pour ce faire, il m'a fallu réapprendre à lever la tête (d'habitude, je marche en regardant mes pieds) et m'armer d'une incroyable patience, hum... Au final, je ne suis pas mécontente du résultat. Voyez plutôt.


Et puis, tant qu'à aller au zoo (ce qui n'est pas mon dada a priori), je recommande celui-là, si vous êtes dans le coin. Une expérience écologique formidable dans un cadre superbe : 26 ha de forêt tropicale, bordés par le lac au nom qui m'est inconnu à ce jour, recueillent 300 espèces d'animaux. Un site 5 étoiles pour ces bê-bêtes, vraiment.

A un moment donné, dans la Fragile Forest, je me suis retrouvée nez à nez avec une petite chose bizarre. Je me suis alors demandé si ce n'était pas une sorte de Poudou, l'animal d'où me vient mon totem, reçu lors de mon premier camp, à l'âge de 12 ans, avec les Guides de la Compagnie des Troubadours de La Hulpe.

Il faut savoir qu'il y a deux manières d'écrire le nom de ce tout petit cervidé ma foi quelque peu ridicule, selon certaines photos de Google Images. "Poudou" ou "Pudu". Ce qui m'a valu maintes fois, de la part de mes gentilles camarades de la nature, des "hahaha, pu-du-cul" ou encore "pou-dou-cou".

Ce qu'ça m'embêtait, mais d'une force... ! J'arrivais pas à être fière de mon nouveau p'tit nom animalier, obtenu si courageusement, après avoir bravé de longues et difficiles épreuves. Comme celle où j'ai dû déclamer un poème (dont le premier vers était "Renardeau, tu es beau") et ramener un cadeau (un bouquet de mauvaises herbes, c'est tout ce que j'avais trouvé) à un de nos cuistots. Super intimidant tellement il était craquant ! D'ailleurs, j'ai craqué. Bah oui, j'étais gênééééée, moi ! Mes chefs, lisant mon désespoir et connaissant mon X Factor, se sont alors empressées de me faire chanter une chanson de mon choix. Une requête à laquelle j'ai répondu en sanglots, d'une voix tremblante, avec un "Tous les cris, les S.O.S" de Balavoine, fort à propos.

Autant vous dire que, jusqu'au dernier rassemblement, j'espérais très très fort et secrètement que mes chefs m'annoncent (comme ce fut le cas pour d'autres) : "Valentine, Pudu est un faux totem (véridique chez les scouts, m'a fait savoir mon frère, par la suite). Dorénavant, on t'appellera..."

(et moi, trépidant d'impatience, des étoiles plein les yeux)

... Mais non, ça n'est jamais arrivé. Par contre, j'ai appris à l'apprécier ce foutu totem ! Parce que tout ce qui est petit est mignon et qu'il n'y a qu'à choisir la bonne photo, finalement. Na !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...