mercredi 4 juin 2014

?

Everyoooooone ! How are you ? What are you doing, noooooow ?

Well, moi je suis réveillée. Comme souvent en pleine nuit, pour le moment. Réveillée par un combat, un dialogue obsédant voire fiévreux entre mon conscient et mon inconscient.


Mon inconscient, à 2h30 : "Eve, lève-toi et danse avec la vie !" (version Emma et Anne-Laure de la Star Ac). Ce qui signifie en fait : "Val, si tu veux danser dans ta tête (comme Céline Dion il y a longtemps) ou sur ta tête, alors écris ce qui y trotte !" Mon conscient pas content répond alors : "Go fuck yourself, I need to sleep !" Sauf que dans ce genre de guéguerres de plus en plus fréquentes, c'est mon inconscient qui a le dernier mot, parce que si je n'écris pas, je ne m'apaise pas et donc je ne dors pas. Or le sommeil fait partie de ces quelques choses essentielles, nécessaires et non négociables qui maintiennent en vie et en équilibre et qu'il me faut apprivoiser à nouveau, coûte que coûte.


Ce qui m'amène à vous écrire que... depuis que je suis à la lettre les sornettes de Gimini, il se passe des trucs... incroyables !

L'autre jour par exemple, je me suis retrouvée à courir aux Étangs vers 3h30 a.m. Je me sentais lourde d'avoir trop mangé la veille au soir, avec mon papa et ma belle-maman dans mon bistro préféré (mea culpa, je n'ai pas respecté le grand principe de la chrono-nutrition qui clame qu'il vaut mieux manger comme un pauvre le soir, notre corps étant moins apte à digérer à ce moment-là de la journée). Bref. Ce faisant, j'ai rencontré un héron, un renard, des canetons et un taxi vide dont le moteur tournait (ce qui m'a fait rentrer chez moi d'ailleurs. Faut pas tenter le diable non plus). Puis j'ai sauté à la corde dans ma rue déserte. 


Voilà, c'est pas du tout ce sur quoi j'avais l'intention d'écrire mais c'est sorti donc c'est qu'il le fallait. Y a pas vraiment de chute, ni de titre. Vous m'en voulez pas ? ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...