dimanche 22 juin 2014

Papillonnons, une fois !

Halalalalalalala... La vie, quand même. Un long fleuve rarement tranquille.
Il me faut écrire des trucs, là. Faire un peu le point. Alors Valou, où en es-tu ? Que désires-tu ?

Repartir à zéro. Tout recommencer. Depuis le début.  

Fin juillet, cela fera un an et demi que je travaille sur moi-même, en équipe avec mon Roi Albert, un vieux sage charismatique aux méthodes radicales qui se présente très justement comme un pédiatre pour adultes, rien de plus. Ce mec est génial. Il m'a d'abord déprogrammée, en décortiquant avec moi tous les mécanismes psychiques qui m'avaient construite ou plutôt... détruite. Une première phase longue, douloureuse, difficile et fastidieuse. Souvent, j'ai voulu tout arrêter. Mais non. Il fallait s'accrocher. 

Une fois le lavage de cerveau terminé, le formatage de mon disque dur naguère saturé et plein de virus achevé, place à la reprogrammation, à l'action, aux prises de décisions. Sur de nouvelles bases. Solides, cette fois. Le plan est donc le suivant : dégager les quelques démons qui persistent à m’enquiquiner (le doute, la peur et leurs amis), me défaire des réflexes qui me paralysent et en créer d'autres plus porteurs. Bref, me libérer des chaines qui m'empêchent de rire, chanter, m'amuser, sortir, découvrir, rencontrer. Pas à pas. Sans aller plus vite que la musique, ni mettre la charrue avant les bœufs.

Et là, je propose de me comparer à une nymphe. Non pas cette jolie femme qui inspire les plus grands artistes, hein, mais bien celle qui "représente le stade du développement intermédiaire entre la larve et l'imago lors des mues de métamorphose de certains insectes". 

Prenons le cas de la chenille. Comme expliqué ici : "Après avoir emmagasiné suffisamment de réserves, la chenille est prête à subir une nouvelle mue qui, cette fois, sera une métamorphose complète. La chenille doit d'abord trouver un endroit propice à sa transformation : le cocon. Le cocon constitue un excellent abri pour la chrysalide. Il ne doit cependant pas être trop solide, sinon l'adulte ne pourra s'en échapper. A l'intérieur de la chrysalide, de grands changements s'opèrent : l'insecte parfait qui en sortira sera une créature bien différente de la chenille. Enfin, la chrysalide découpe le cocon laissant s'échapper un papillon". 

Tadaaaaaaaaaam ! La chenille que je suis a choisi de faire sa mue à La Hulpe, dans le cocon familial. Fini Ixelles, ma belle. Fini également avec mon prince toujours aussi charmant. Reporté le départ en Asie... Pour le reste... Qui vivra, verra !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...