mercredi 27 août 2014

Bi ?

Mmm... 2% de bipolaires sur cette terre. Dont les plus célèbres ci-dessous, selon Google Images. 

Serais-je parmi les (mal)heureux élus ? Hier, pour la première fois, j'ai approfondi la question (par ici, les bonnes infos), motivée par le fait que maintes fois, récemment, on a mis le sujet sur ma table. Mon ancienne boss qui pleurait un jour sur deux, mes parents, mon roi Albert qui a abdiqué il y a un peu moins d'un mois, la psychiatre de la cellule de crise, le médecin conseil de ma mutuelle... chacun d'eux avait ce mot « bipolaire » à la bouche, sur le bout de la langue, des lèvres. J'ai fini par avoir la puce à l'oreille d'âne que je suis.. 

J'avoue n'être pas sortie indemne de mes lectures, frappée par les traits de ressemblance entre les symptômes décrits et les miens. Ni une ni deux, je me suis empressée de téléphoner à mon ex-prince charmant afin de discuter de tout ça car je ne vous cacherai pas que j'avais bien les boules quand même. Mais après une nuit qui porte conseil, me voilà déjà moins affolée, l'information digérée et dédramatisée.

Ce que je retiens surtout, c'est que plus tôt on se reconnait/se fait diagnostiquer bipolaire (ce qui peut parfois prendre des années, pour certains cas), plus on a de chance de s'en sortir avec un train de vie « normal ». Et d'après ce que j'ai lu, le trio gagnant pour se soigner est la psychothérapie, la bonne hygiène de vie et les médicaments (ceux d'appoint, pris ponctuellement, ou les psycho-régulateurs).

Concrètement et dans l’ordre, je compte déménager chez Mamita, ma grand-mère maternelle, me faire opérer des cordes vocales (le 8 septembre) et entamer la rééducation, retrouver un autre roi ou une reine de la psychiatrie, trouver un petit job pas prise de tête avec, si possible, un(e) boss pas trop tordu(e), le tout en parallèle avec mes activités artistiques et physiques, mes sorties avec mes amis - ceux à qui je ne fais plus peur, qui me font du bien et me tirent vers le haut - et mes moments en famille (dans un rapport plus adulte). 

Quant à la prise de médicaments, rien n’y fait, je ne démordrai pas de ma volonté à tester les solutions douces pour mon cerveau biscornu d’abord (sophrologie, méditation, yoga, thérapie par le souffle, analyse et réinformation cellulaire, kinésiologie, etc.). Jusqu'à trouver la meilleure formule rapport qualité-temps-prix. A force de discuter avec des gens, je commence à me faire un chouette petit carnet d'adresses et à savoir quand voir qui, le tout pour un budget raisonnable et sans tomber dans des dépendances de consommation. Peut-être qu'à terme il me faudra prendre des médicaments. J'en suis consciente et je commence à l'accepter petit à petit. Mais là, j'estime qu'il est encore trop tôt pour décider si oui ou non, j'en ai besoin. Je compte observer ce que mes actions sur les deux autres pans du trio gagnant donnent comme résultat sur mes humeurs. Je suis sûre qu'une routine saine et équilibrée (pas de type « métro-boulot-dodo », hein, ça ne me ressemble pas, mais plutôt dans le sens d'une juste et bonne répartition de mon temps entre la famille, les amis, la vie amoureuse, la détente, le boulot), mêlée à un(e) bon psy fera déjà une grande différence. Je ressens que je mets de plus en plus précisément le doigt sur les failles et parviens de mieux en mieux à cerner les facteurs déclencheurs de mes crises (hypo)maniaques (beurk, ce terme est vraiment pas cool quand même) ou phases dépressives, les gestes à favoriser et ceux à éviter, avant, pendant et après la tempête d'euphorie ou de tristesse. 

We will see !

3 commentaires:

  1. Bonjour Valentine, on ne se connait pas, enfin pas directement... David est un ami d'enfance de mon grand frère et je suis tombée sur ton blog par hasard, ça m'a bcp touchée. Ton dernier post me fait penser à une situation familiale vécue récemment et je voudrais simplement te donner les coordonnées d'un excellent psy qui a pu aider une personne que j'aime énormément (elle a été diagnostiquée bipolaire également). Comment te contacter?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ! Merci pour ton commentaire. Je t'invite à prendre contact avec moi via mon fb, Valentina Angelini :) A bientôt !

      Supprimer
  2. Tout cela me semble très lucide ma chérie. Tu vas y arriver.
    Ce matin, tu vas manquer aux "tendons détendus".
    Bisous et belle journée.

    RépondreSupprimer

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...