mercredi 13 août 2014

(Même pas) en rêve


Ça y est, Oli. Tu es apparu dans mes rêves, cette nuit. Enfin ! On était en vacances, il faisait beau. Il y avait bien d'autres personnes, mais je ne voyais que toi. D'un côté, il y avait la mer et de l'autre, la montagne enneigée. On t'avait averti que tu avais le cœur meurtri et qu'il fallait le ménager. Réfléchir à deux fois, voire mille, avant de t'engager dans une course effrénée, contre la montre... Ta montre. Celle que tu voulais te tatouer, sans les aiguilles. Mais malgré tout, tu t'es élancé sur la piste et tu as filé. Je skiais derrière toi et te regardais glisser sur cette neige immaculée. Et puis, la gamelle est arrivée. Sauf que cette fois, je n'étais pas à l'étranger, loin de tout, loin de toi. J'étais là. J'ai pris ta tête entre mes mains. Tu m'as parlé. Tu as dit que tu souffrais beaucoup et que tu désirais t'apaiser. J'ai répondu que je respectais ton choix et que serais toujours là, où que tu ailles, quoi que tu décides. Puis, je me suis retrouvée de l'autre côté de mon rêve. Sur un pont infini qui donnait au-dessus de la mer, bleue comme tes yeux, transparente, limpide. Quand un orque, cet animal qu'on s'amusait à dessiner étant petits, passa sous mes pieds. Puis, un ami, à deux pas de moi, dit à voix basse : "C'est Olivier".





1 commentaire:

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...