mardi 9 septembre 2014

Ainsi pondent, pondent, pondent... les petites marionnettes

21 décembre 2012, je quitte mon job à Paris, rentre en Belgique et appelle à l'aide. Fin d'un monde. Début d'un nouveau. Mon ancien régime (1988 - 2006) est chamboulé par le divorce de mes parents... C'est la crise, le chaos, le déséquilibre (2007 - 2013). 

En 2014, un nouveau testament se dessine sur ma Toile d'Atomic Woman quand soudain, brutalement, une gigantesque tache d'encre noire coule de mes yeux d'araignée sur mon joli dessein de conte de fée. La mort brutale de mon frère tant aimé, tant recherché, ne m'arrêtera pas sur ma lancée. Elle me renforcera. Il le veut, je le veux, nous le voulons, vous le voulez, qu'ils le veuillent ou non. 

Le plus dur reste à faire, à venir. Lentement, trèèèès doucement, pierre par pierre, pas à pas, mais sûrement, je délaisse le fast pour revenir au slow. Celui que je rêvais de danser avec le prince charmant, aux boums de l'école buissonnière. Quand je doute, je me rassure : « Rome ne s'est pas construite en un jour » et « tous les chemins mènent à Rome ». Je me relèverai, marcherai droit et me battrai pour la vie, jusqu’à ce que ma mort nous sépare. Un long pèlerinage au nom de mon père, son fils et mon sain esprit. 

Je veux et j'ai besoin de transmettre ce que j'ai appris dans ma courte existence. Un quelque chose, pas grand-chose, une histoire de famille banale. Mais cette histoire, c'est la mienne. Il me faut me (vous) la (ra)conter, me (vous) la (re)jouer. Avec les notes, les nuances, les mots ou le feu. Du plus profond de mon âme, mon être et mon corps tout entiers, mis à nu. Aussi vulnérables soient-ils. 

Tous les matins au coucher, tous les soirs au réveil, je me rappellerai... 

...que ma vie ne tient qu'à un cheveu, une corde (vocale) sensible, un fil rouge et noir conducteur sur lequel je déambule en équilibre fragile. 

...qu'une étoile naît, qu'on peut choisir de voir avec les yeux la lumière de sa mort ou avec le cœur, celle de sa vie éternelle. Mon étoile est éternelle. Elle possède cinq branches d'arbre généalogique. Dans chacune d'elles, je grave, une fleur bleue à la main, un brin de blé à la bouche, une rose dans les cheveux, un mot, un prénom. A jamais dans ma mémoire et celle de l'arbre millénaire. "Maman", "Papa", "Olivier", "Caro" et moi. Mon étoile est filante. Comme la vie. 

...que c'est pour tout cela qu'il me faut urgemment vous le dire, vous l'écrire, vous l'hurler, mais bientôt j'espère, vous le chanter, avant qu'il ne soit trop tard : Je vous aime, chère famille. Je vous aime, chers amis. De tout mon petit cœur meurtri. 

May the force be with me, you and them. 

Signé la poulette aux (y)oeufs d'or



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...