jeudi 11 septembre 2014

Bye Bye, Noodles !

Coucou Typh, 

Comment vas-tu ? 

Hier, je me suis dit à moi-même (je n'ai pas d'autres choix) que j'suis trop contente de t'avoir dans mes amies proches. Tes conseils représentent une cuillère en argent pleine de lune de miel et d’or non plaqué dans ma bouche en feu. S'ils ne percutent pas tout de suite, à l'instant même où tu me les offres sur un plateau télé, par téléphone ou en face to face, sois sûre qu'au moment où j'en ai besoin, ils me reviennent à l'esprit au galop ! Tu as déjà franchi tellement d'étapes, toi ! Waw ! J'ai l'impression d'être dans tes pas, d'une certaine manière... Ça soulage mes maux de le penser, du moins. Je me sens moins seule... 

Lundi, l'opération s'est bien déroulée. Rien à signaler. À un petit détail près que j'étais over-angoissée (tels parents, telle fille), ce qui se traduit - chez moi - par une logorrhée carabinée sur le lit de l'hosto, en attendant de passer à la casserole, couplée d'une bronchite de stress toute pas mimi mignonne, chopée la veille au soir. Mais je suis convaincue, un peu Candide sûrement, que toux va bien dans le meilleur des mondes et que ce conte de fées 3.0 se soldera d'une Happy End ! Je m'y attendais tellement (il faut croire que je commence à me (re)connaitre, LA bonne nouvelle) que je ne m'inquiète pas... 

Il n'empêche que, aussi fort soit mon mental pour le moment (je n'ai pas d'autres choix), ce genre de complications n'est pas à prendre à la légère. Du coup, j'ai pris le taureau par ses cornes et ses couilles (tant qu'à faire) : avec l'aide de la belle Marianne (aka ma porte-parole naturopathe d'essence), je me suis concoctéééél (concocktail ? Roooo, cet accent belge, je ne le comprendrai décidément jamais !) une sacrée routine sacrée de médocs de Dieu le Père Noël, entre médecine douce et traditionnelle, un tralalala certes lourd et pesant à suivre au quotidien (enfin surtout les antibio, pas top pour mon organisme), mais bon. J'exécute comme un soldat (aux pieds) de plomb, parce qu'un grand président américain m'a susurré à l'oreille, un soir que j'allais me lever : « A situation exceptionnelle, solutions exceptionnelles » (entre nous, je ne sais plus du tout qui a cité ces belles « par-olé, par-olé, par-oooolé ») 

J'ai pris le pli de m’amuser avec tous ces produits. Une vraie p'tite chimiste verte qui fait sa popote moléculaire, aussi disciplinée que son p'tit papa durant son service militaire à la marine ! Parce que je le vaux bien... Quant au vœu de silence (et, par défaut, de chasteté), il durera (minimum) dix jours au lieu des cinq habituellement administrés, car mes nodules se faisaient vieux (ils datent d'au moins 2002, année du diagnostic et de ma participation à l’émission « Pour La Gloire » où déjà, tu me soutenais dans le public). 

Par contre, plus je me détends, plus mon cerveau se relâche, plus mes anciens réflexes (bons ou mauvais) se (re)manifestent. Il m'arrive dès lors de rompre le pacte et de sortir un mot du style « oui » à la question « Tu veux de la soupe ? » ou de muser sur une mélodie que j'apprécie...Aïe aïe aïe ! Hier soir, j'ai donc demandé à papa et Marianne de mettre un doigt devant leur bouche respective (et pas ailleurs, s'il vous plaît) avant de me donner leur parole, car je n'ai plus la douleur dans la gorge pour me rappeler que je dois me taire (chose qui arrange tout le monde ici, hihihihi)... 

Le bon côté, c'est que, du peu que j'en ai entendu, je constate déjà la différence dans le son de ma voix. Je sais que je peux parler (c'est déjà ça), que l'option de présentatrice radio ou télé avec une voix toute agaçante, dégueulasse et nasillarde n'est pas à considérer, et que, surtout, « ça va d'aller », comme dirait mon p'tit papa (encooore lui !), avec qui je passe des moments privilégiés depuis l'opération. Finalement, ma voix est assez fidèle à celle d'avant mes frasques familiales de février 2013 à aujourd'hui. C'est-à-dire du temps où je pensais être en contrôle de mes humeurs et pas encore trop en « méforme » physique et émotionnelle (alors qu'en fait, je portais le masque, l'étiquette affreuse avec marqué à l'indélébile effaçable « complètement-à-côté-de-la-plaque » sur le front, dans mes yeux et mon demi-sourire jaunâtre...). 

Bref, trois jours après l'ablation de ces f****** noodles sur mes cordes sensibles, ma voix, ce baromètre de mon moral, m'indique que je suis déjà plus pure, moins écorchée vive, moins abîmée de l'intérieur (oui, car à l'extérieur, mes boutons et cicatrices d'acné, ils sont toujours bien là, pas de souci - je les compte pour m'endormir - mais patieeeeence ! Fouettons un chat à la fois, à commencer par celui qui se loge « in m'n keel »). 


Sinon, en journée, je m'occupe. Ça faisait longtemps que je n'avais plus bénéficié d'une bulle aussi confortable (symboliquement et non matériellement « parlant ») pour réfléchir, écrire, prendre les bonnes décisions, jouer au piano, travailler dans le jardin de ma maman (oui, oui ! Je ramasse les pommes, les noix, les noisettes, les feuilles... Ça me fait un bien fou). Mais ce que je préfère dans cette belle expérience, c'est que la famille est présente mais pas trop, et quand elle me prodigue de précieux conseils « contre (ma) nature », je peux les envoyer bouler d'un seul geste ! Plus intelligible communication, tu meurs ! 

Je suis si heureuse ! Ce que j'ai dû me battre pour en arriver là ! Ma maman préférait que je ne subisse pas l'opération, tout comme mon frère ne voulait pas que je parte en voyage au pays du Soleil Levant... Pour mon bien, sûr ! Et pourtant... (nous chante si joliment Vanessa, dans son petit Paradis :). Eh oui. Tout comme un autre président (devine lequel !) : « J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre ». 

Et toi, raconte-moi un peu ? J'aimerais tellement te voir plus souvent, apprendre de toi, de ton vécu, de ta musique !!! Je suis prête à (t')écouter... Enfin ! 

Je t'aime, 

Valentine

1 commentaire:

  1. C'est parfait... :) FRESH START!

    P.S. : maintenant que j'ai vu cette photo, je veux revoir ta vidéo de Pour La Gloire!

    R.P.S. : comme je n'ai pas une aussi belle plume que la tienne, je te réponds en privé ;)

    R.R.P.S. : moi aussi ♥

    RépondreSupprimer

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...