dimanche 3 mai 2015

Toc toc toc, Doc ?

Kuala Lumpur, le 3 mai 2015

P********ut
Service Médical Incapacité de Travail (IT)
Boulevard du Soleil qui se lève, 69
1000 Bruxelles


Au médecin conseil de P*******ut,


Je vous écris pour vous expliquer les raisons de ma décision de prolonger mon voyage qui devait initialement se terminer le 3 mars 2015.

Pour rappel, j’étais partie une première fois en mai dernier, après plus d’un an de travail psychiatrique auprès de mon roi Albert, mais mon voyage s’est vu interrompu brutalement, suite au décès de mon frère. Il m’a fallu six mois pour me remettre suffisamment d’aplomb afin de repartir et finir ce que j’avais entamé pour sortir de ma dépression et me soigner de mon burn out.

A travers ce voyage en Asie du Sud-Est, j’ai avant tout cherché à m’autonomiser affectivement en me retrouvant face à moi-même, hors de ma zone de confort, à reprendre confiance en moi, à apprendre à vivre et communiquer avec moi-même et les autres, à m’ouvrir à mon environnement, et surtout trouver des outils pour mieux gérer mes émotions, mes obsessions, mon addiction au sucre, mon anxiété et mes humeurs à tendance bipolaire, tels que la méditation et le yoga.

Après deux mois de voyage, je me suis rendue compte que je commençais à peine à me sentir à l’aise dans ce périple initiatique, un challenge important et très difficile pour moi qui avais peur de vivre. J’ai estimé que cela faisait sens de continuer ce chemin intérieur et qu’il était trop tôt pour revenir en Belgique.

Il va de soi que je n’aurais pas pu prévoir la durée nécessaire de cette mission envers moi-même à l’avance. Mais tout ce que je peux dire, c’est que je voulais prendre le temps de faire les choses en profondeur et que deux mois m’apparaissaient comme une simple entrée en matière.

Aujourd’hui, je sens que les efforts portent leurs fruits. Les bénéfices sont réels et les changements substantiels. C’est ainsi que j’ai réservé un billet de retour pour la Belgique le 29 mai 2015, avec plein de projets professionnels en tête qui devraient me permettre de ne plus dépendre de mes allocations d’arrêt maladie. 

Serait-il possible de prendre rendez-vous avec vous le plus vite possible afin que l’on en discute de vive voix ?

Merci pour le soutien apporté dans cette démarche de convalescence,

Bien à vous, 


Valentine Croughs

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...