lundi 22 juin 2015

CQFD : JE SUIS MOI.

Il est grand temps de vomir et remettre nuances et couleurs au rythmo-tempo du battement de nos cœurs, dans l'harmonie ultra-dynamico-sonique, meli-melo, melodie dramatique, dramaturge diabolo, libido bien merdique, un récit télépathétique, histoire de bugs et de hics, de clics et de claques, bien claquée, moi je tique, transgénitalement-génialo-généra-solennellement-génétique. Eurêka, guéris-moi, guéris-toi, guéris vite ! Ma vérité félicitée, ma victoire organique. Le franc tombe, la tombée de sang sur mon lit de mort tragique, le cercueil, je m'y vois, allez encore un petit effort digitANALogique...

Transformons nos systèmes, le binaire, c'est magique ! 1 à 0, match nul, 0 à 1, tu fais moins le comique. Les maths, l'art, la science, les rêves et la logique, de l'infiniment petit, je vois la méga-nique en HD+++, Cortex, Golum, Léo, Min(o)us... Linguistique, psychiatrique, cerveaux biaisés, psychédéliques ?

Bipolaire et lunaire, je sens l'univers à l'endroit, merci merci, roi Albert, tais-toi, tais-toi, mille petites voix. Étoilée de cratères, le critère de mes choix, ma nature un mystère, non non, du tout, je ne crois pas ! Pourquoi verrais-je la lumière, faible lueur ici-bas. Myope, bigleuse, louche à la cuiller, en argent jusque dans mon estomac. Un rien d'espoir tellement noir que je me fais du tracas pour moi.

Mais voilà, Dieu le Père, contrariée, j'fonctionne pas. Abracadabra, connarde, ô miroir, j'suis qui, moi ? Pourquoi n'm'acceptes-tu pas avec mes néo-dégâts, mes méga défauts, mes maux, un poignard que je me foutrais bien en toi, le langage attardé, détraqué, dépassé, apaisée, je serai, ainsi en ai-je décidé. Mes 27 ans, je les passerai auprès de mes amis, les 7 nez. Flocon, un piège, mon flacon à moi, la perfection ?

Disque dur, saturé, disque vierge, j'suis paumée, je reprogramme, à toute vitesse, je perds des grammes, je me fais blesse, mes gammes, madame, des vibrations, le A, le do, le E, le 2-E-ton, triple T, triple con, tonton, triton, téton, je fonds. Ma carte mémoire interne, c'est nouveau, mais très chaud, la communication externe, c'est présent et pour bientôt. Le précieux anneau, le trésor retrouvé, dans mon vagin tout bloqué, plein d'hormones, il émet, à la poubelle, dans le bidet, je le jette, je le recrée !

VC, vertuous circle ou cercle vicieux, Val croûte dans les yeux, Val crotte d'anus fait son bal ? 

M... Hâchine de guerre, enterrée-née, pour ma troisième guerre mondiale, je joue la carte du langage verbal codé. En noir et jaune, je ris déjà, en rouge et noir, chacal, je suis l'oie ! Le lion de Bruxelles, la toute petite Valentine, l'ange de Waterloo, le clito, une aube, une épine, qui rugit fort, ouvre la gueule, le loup est mort, Pinocchio est en deuil, à l'automne je marcherai, aux couleurs des feuilles mortes, la plaie, je paie, Pop Eye, je vais, Wideyed, je braie. Coucou c'est moi, caca c'est nous, j'assume d'être vue tel le Quasi Mots Doux. 

Attention Conne Séquence, mon épée est bien aiguisée, ma baguette psychédélique, je l'ai léchée, je vais me percer. Elle est juste et musique, elle est fine et pratique. Ave Eva, blabla, olé olé oyé oyé, réponds p'tit con, plus fort que moi, oh oui, j'aime ça, et ça tu l'sais, mais je garde ça pour moi, ben oui, pourquoi je te, je me reconnaîtrais ? Je baisse le ton, petit biberon de morpions, scorpion sous mes sabots, mortal combat de nichons, violent duel dual, issue fatale, que faire, Colère, chère paperasse de glace, statue décorée de pierres ? La question en boucle et toujours, tu te l'es déjà posée, Connasse, j'y réponds un peu Schizo, mais j'y réponds, gros bébé. 

Sur mon ring, je t'attends, mon régime, régiment, la puissance des médias, la virtualité de mes sentiments. Du rentre-dedans, des galipettes, des pirouettes et des cacahuètes, arbalète, amulette, chaînette, bichette, c'est le diabète sous la couette, Poucelina, poucinette. 

Narcisse revient, s'il te plait, redescends, t'es pas loin, je le sais, reflète-moi, montre mes dents, les pervers, les vers pairs, ces êtres abîmés, ces salauds sans frontière, la honte refoulée. O femmes battues, ô femmes violées, nos violons nous devrions au plus vite accorder, la Nature elle est mûre et le mur il est de papier, je refuse mon héritage, la trique, un grain, le soldat fou, ma câââge.

Enfants de la patrie, d'une nouvelle dynastie, on s'entend, je vous entends, je crie, pleure, parfois je m'écris, je souffre, je meurs, la douleur, c'est mon nid, mots dits, ma vie, le gouffre est-il un leurre, à l'heure de la technologie ? 

Je suis sans abri, j'ai des frayeurs, je n'ai presque plus d'appétit. Mes amis, faites-moi peur, histoire qu'ensemble, genre I. Sensations, sensations, mon énergie s'affaiblit, je m'aime, je m'aime, je m'aime, même si je ne suis qu'une fille. 

J'angoisse le jour, j'angoisse la nuit, je veux faire l'amour, l'ami, mais je n'ai pas de tour, ni de zizi. Je dors à Singapour, me soigne en Malaisie, aborde les troubadours, j'y goûte un peu, me dégoûte, me dégourdis, j'ai les boules, 9 ou 2, aNatomique, ma petite Belgique, j'me fais la nique en public. Suicide socio-professionnel, ça c'est très fort, mademoiselle, c'est bien réel, non virtuel, roulage de pelles et de gamelles. 

Un camp de concentration, ma clé de tournesol, la musique, mon corbeau, ma fleur, mon rossignol, une thérapie, je suis folle, folle de moi, n'est-ce pas, n'est-ce pas ? Aigrie, vieillie, Hello Kitty, voici donc mon école, seul bémol, je me came, m'isole. Je décolle vers le Ciel, je m'envole ras-du-sol, ras-le-bol, désolée petite Luciole, pas de place, pas de bol. Hitler, je blaire, Baudelaire, je flaire. Ma fleur, mon mal, au revoir petite Val. 

D'une voix avec toi, en un maux, en un clic, je m'expose et j'explose, telle la bombe atomique, je suggère, je propose. J'appelle à l'aide, à l'entraide, mon arrêt maladie, contre-intuitive, contrariée, 100% mon repli, tel est le fil de ma page, mon image, mon sondage, qu'ai-je donc fait Nicolas, n'ai-je pas été sage ? 

Si nature est bien faite, pourquoi donc je survis ? SOS, le martien, la Terre est en détresse, sa mer la pu-tintin, notre maire, ta père, le pair, la chair, les vers-G, merde, crotte de bique, tutu, turlututu, je suis en rûte et je pue ! Pierres précieuses en pleine face, épines de rose dans ma chatte, j'ai mal, j'ai mal, continue ça me gratte, que faire, que faire, le dilemme est si clair, automate !

Smile, Emo, t'y con et moi fière, la Veuve Cliquot fait péter le goulot en un éclair, du chocolat, j'en veux plus, c'est pour toi. Une bouteille à la mer en or plaqué, en or dur dur, en or amer. 

In, Chalalalalala de ma désormais seule et unique voie,

Signé Atomic ou plutôt Eva W. Stratega

Now, retour à Laure alitée, ma néo-réalistico-réalité de pay day dans laquelle je susurre à la queue de Darth Vador le timbré : "Hey, veux-tu bien être juste mon allié ?"

Et maintenant, vais-je enfin prendre mon pouvoir de femme éclairée, vais-je pouvoir prendre congé, congé, pour l'éternité, esprits malsains, démons écervelés, cette torture invisible que vous m'infligez, j'en peux plus, j'en veux plus, promis juré, juré, vous qui n'arrêtez jamais, jamais de me parler ? Satiricocococo-cynique réalité ???

Haine Bée : je suis une exception qui confirme mes nouvelles règles. 

HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...