mercredi 17 juin 2015

The Power of Love and Now. Now... L.O.V.E ! Go, go, go, hurry slowly !

Il était une fois... CACA SUR NOS DOIGTS !

Salut les cauuuuupins ! Ca va biéééééén ?

J'existe, je prouve que je résiste ! Comme disait pas mot pour mot France au Pays de Galles. aux côtés de son Michel, le berger des brebis égarées qui ont la gale et régalent les vieux loups, les vieux fous, les vieux gnous genre Miou Miou. Youhou. Pompompidou... WAAAAAAAAAA ! Affichait Marylin Morose. Abracadabra et tralalalala, magie blanche, magie noire, tant qu'y a de la vie, y a de l'espoir, chante ma voix en éclat qui me laisse sans toi sur ma voie ! MOI + MOI + MOI + TOUS CEUX QUI ME VEULENT ET MA GRANDE GUEULE... Cassééééééééééééééééééée, et bientôt réparée, la voix de la sirène, Nolwenn. Et si je faisais la comique, en musique ? (rires et pleurs à la mer, avec ma mère)

Et si je jouais du piano assise, en attendant ? C'est mieux debout. Ou je pourrais tapoter sur mon clavier de touches grises ? Et pourquoi pas vous, jolies crevettes roses, bavardes poules mouillées, en décolleté ? Moi j'ai décidé d'en faire qu'à ma guise et ça, c'est un truc qui s'aiguise, un procédé qui est définitivement de mise. Ou je peux faire un énième Solitaire, Guibert ? Boarf, ça fait vieille mégère. Pardon, grand-mère. Feuillage, surmenage. Tournons la page. Wink ;) J'ai donné. Non, marre de jouer à ce petit dernier, là, c'est pas cool, c'est pas gay, c'est pas fun, c'est pas vrai, je réussis jamais. Décourageant voire déprimant, ce plan plan-plan en arrière-plan. Ha, au fait, tant que j'y pense, Constance, question à  la Une des Tribunes : "Qui veeeeeeeeut se maaaaaarier sous le Guy des amants diaboliiiiiiqueeeeeuh, sous la lune de miel des abeilles de Belgiiiiiiiiiiiiiiique ? En Français ou en Anglais, un Claude François, une Angelina ?" Joliiiiiiii, Val ! Attention de pas finir dans le Canal (+++, je t'avais dis, Angus), Space Girl anormale murmurant sous mon propre toit, chantant bientôt sur toi, pour moi :  "Une jolie fleur dans une peau de.... VAAAAAAAACHE ! Hahahaha !" Ma réponse à cette épineuse question fâcheuse qui fait que bientôt, je me prendrai une Gueuze, sur ma fragile armure d'or dur : "Pas moiiiiiiiiii !" Voilà, ça c'est placé. Alors, dramatique, la panique, chère Véronique ? Dans ton anus, tendre Belfius, mes deux pieds joints, plein d'allus valgux (rires, mais les pires).

Belgium, here I come, Roma, sono qua ! Amor, si senior, por favor, Victor ! A-mo-re, s'il vous plait, Gladiatorèèèè", poils aux nainais (chuuuut, le dites pas qu'j'en ai, hein, mon plan-cul de sac avec Zak en pâtirait, gros minet !). (risotto, hohoho)

Et si je proposais un jeu de cartes avec des gens, mais où tout le monde il est gagnant parce que l'important, petits chenapans, c'est de participer, vive le Fair Play, n'est-ce pas Enrique, c'est qui l'As, Iglesias ? Oui, pourquoi pas, lequel, Merkel ? "Tas de merde" ou "Mémoire" ? Je suis vieille de mille ans, c'est mal barre. Non, moi je vais tirer les cartes en ne laissant rien au hasard, et sortir l'épingle du jeu, la couronne d'épines de mes pieds pour mieux remettre des talons d'Achille.. Ha non non non non... Cendrillon. Chouette, voilà un jeu qui en vaut la chandelle, laquelle chantait à Belle. Parce que je veux un trèfle à quatre feuilles, sur mon cercueil ou une coccinelle, dit l'hirondelle. Et pour ça, ben je vais transgresser les règles du hasard et regarder les cartes. Je choisis, c'est bien plus drôle. Je réinvente les règles d'or et le décor... Voyons, voyons.... En premier, le roi de son cœur, en deuxième, le Valet puant et en troisième, la reine de Caro. (Rigoletto ? Rigolo !)

"Qui suis-je ?" (z'y va, "Qui est-ce", c'est vieux jeu, euh, euh, euh...)

Réponse : le (pré)nom de mon jeu de cartes, Valentine. Et toi ? Comment tu t'appelles ? Vas-tu chez Pêle-Mêle ? Tu devrais passer, à l'occasion ;) C'est des vieux trucs, et c'est de bon ton. Mais parfois, amis chinois, je rêverais de m'appeler Alice au pays des merdes qui veille(nt) et pisse(nt), du thé vert, blanc, rouge, un vrai délice ! Mmm... Me rebaptiser, pépé ? JA-MAIS, tête de paix ! Une fois mais pas deux... Gros neu, neu ! Baby cadomeuh. (rire + rire = Sommeuh)

Un fragment de chanson, peut-être ? Une ode à l'amour pour moi, en tout cas. Parce qu'enfin, je commence à m'aimer, profondément. Et donc je vais pouvoir aimer en retour, profondément. Et donc, trop cool, je vois la vie en rose et donc la vie est belle, profondément. Ce que je voulais déjà me prouver par A+B il y a plus de deux ans. Ce que je me suis prouvée, à ce jour, ce que je voudrais vous prouver dès aujourd'hui, à partir de maintenant. (rire, c'est rire, c'est évident)

Mais ça va prendre beaucoup de temps. Soyez indulgents avec moi-même, Mademoiselle. Et le temps. C'est de l'argent. Je n'aime pas l'argent. Son odeur. Ça pue. Ça fait peur. Ça rend aveugle. Bien plus que l'amour avec les yeux, quand il devrait venir du cœur, à son plus grand malheur, à mon plus grand bonheur. Je t'en bouche des coins, p'tite sœur ? Tu me bouffes, c'est rien, brother. (rire d'amour, rire de bon cœur)

Et le talent, là-dedans ? Ha ! Y a-t-il une place pour lui, dans cette équation (im)possible à résoudre ? On dit que oui, ai-je lu ou entendu, un jour, il y a longtemps. Heureusement, les choses évoluent, toujours et la recherche avance, du moins, ma recherche avance. Ouf, constamment, Anicca, c'est dans la nature des choses, petite rose. Comme le palais de Jasmine, les goûts et les couleurs, ça se discute, si on veut. Le vin, je n'y connais rien. Et le génie d'Aladdin, c'est mon copain. Une petite traduction, en latin ? In Vino Veritas, pétasse. La vérité ? Quelle vérité ? Ma vérité ? La réalité ? Quelle réalité ? Ma réalité ? Je me pose la question, qui me posent d'autres questions, puis remets en question la question, jusqu'à en oublier la question. Les questions ? Existentielles. Les réponses ? Existent dans le ciel. Les sens ? Mon essentiel. (rire réel, rire virtuel)

Et à l'heure actuelle, j'aimerais répondre, par un billet d'humeur joviale, un gros coup de gueule de loup à mon info coup de cœur et de poing, l'"info-intox-détox-oxo-xoxo-gossip-girl" suivante : "pour percer (les cœurs), il faut de la chance, des rencontres, du hasard, des coïncidences et genre autant de % de talent qu'il y a de bipolaires sur terre" (2, selon le magazine 7extra, petite parenthèse dans la parenthèse). Qui pour en rire en rouge et noir, voire jaune ? Moi ! (rire et chanson, pauvre con !)

Et je m'écrie haut et fort, écrivant depuis mon château que d'abord, ce genre de trucs, ça ne se chiffre pas. Parce que quand on aime, on ne compte pas. Or, aujourd'hui, mon g(r)ain de folie, ce cadeau jadis empoisonné, tombé du ciel, du camion, je commence à l'aimer, à l'apprivoiser, ce satané, satanique petit renard roussi. Mon ode à l'amour, c'est ici : "VALENTIIIIINE, JE M'AIIIIIIME, COMME T'Y ES BELLE". A la folie. Passionnément. Marguerite de maman, Magritte de mon temps. Et je m'engage, sur cette terre, sur ce blog où je déblog, à lui donner beaucoup de plaaaaaaaaaaaaace au Prince Ali pour s'exprimer, jusqu'à dans mon lit de mort et au-delà, mon amour. Parce que je le vaux bien. L'or et Val. L'Oréal. L'Orval. Val de Mort. Eau de vie. Vital. (rire, banal ou trivial ou anal ou chacal ? Ze Quête du Graal, Arthur et les enfants de la Télé)

Secondo, la chance, les rencontres, le hasard, les coïncidences, ça ne se contrôle pas. Alors franchement, c'te phrase qui a hanté mes nuits, bouffé mes jours, je me la fous là où je pense. Dans la cuvette du VC où je vais chier ma merde, même si je suis une fille. Ok ? Et vous savez quoi ? My new medication is meditation. SCOOOOOOOOOP ! Ca fait vingt-siècle siècles que la technique Vis pas, Sana existe ! Punaise, comme dirait l'autre ! Et VC, vous savez ce qu'elle vous dit ? Que ses CV, et autres Caprices et Vices, elle les met bien profond avec. A la merde ! (rire.. nerd ?)

Par contre, vive le CD&V (Céline Dion, Compact Disc, Christine en de Guine... C'est Difficile de D-C-D & Virgin ou Venus ou Valentine ou bref, on Verra...), rétromania, hourra, retour aux sources, vieil ours ! Disque de platine de DJ, d'or plaqué ou d'argent sale ? Bon, disque vierge, surtout, pour l'instant, mais disque dur et sans plus de virus, Minus. Next, Cortex ! Nananinanèèèèère, la bombe atomique va exploser, attention, reculez. Mais rassurez-vous, la radiation n'est pas nocive, ni radioactive, elle est juste postive ! Vives les bonnes ondes et énergies que je vais enfin pouvoir commencer à partager au monde entier ou demi-écrémé. Bah oui, merci Mark, Jeanne Dark, Stark et mes amis du parc. (rire de shark)

Du pain sur la planche pour mon calepin qui me (dé)mange pas de pain et n'est en rien un gagne-pain. Je crois. Ou non, je ne crois pas, je ne crois plus, je ne veux plus croire. Je m'en fous. Je veux faire. Je fais. Instant présent. Connexion. Déconnexion. Réalité. Virtualité. 1. 0. Binary digits. On. Off. Pause. Twix. Crotte. Caca. Proute. Merde. Diarrhée... verbale, logorrhée. (rire d'onomatopées, ho hi ho hé, ohé Noé !)

La folie, c'est doux. Doux comme un agneau qui ne fera plus silence, si ce n'est sur la portée. Et ça, c'est à ma portée et plus à l'emporter, ni sur place, d'ailleurs. J'en ai ma claque de la porte "Stagner", moi j'veux écouter du Wagner. Je suis prête à me prendre des claques. Je suis plus forte que Tic ou Tac (rire d'attaque)

Moi je veux rêver en rose, et Piaf, une grosse baffe, vivre en bleu, et tcheu, je vois ta queue, boire du rouge, et vlan, c'est du sang, faire la foire aux noirs, et bam, y a des cafards... Bon quand même, j'ai un tout petit peu besoin d'amour aussi, hein, faut pas croire, comme tout le monde, Joconde, mais surtout comme ma meilleure amie Lorie, mais au pire, je me laisse portée par le vent d'Alizée, me prend un vent, une giflée, une giclée, une raclée, je m'en fais pas, je peux trouver, je peux essuyer, je peux avaler, j'ai d'jà tout testé, des p'tits, des grands, des mous, des chiants, héhé. Hein, René ? I will survive, scoubidou, scooba dive ! Zaz(i)e, en zozotte, du zizi, des capotes. Oh ouiiiiiiiii ! Moi, V.A.L.E.N.T.I.N.E.

Allez, tous avec moi :

V... A... L
L... O... V

O-LI-VIAAAAA
O-LI-VIEEEEER

Ben quoi, on ne chante plus ? Moi, si. Et c'est comme ça. Je ne m'en voudrai pas.

La folie, c'est libre. Comme l'oiseau, l'aigle noir, le jalak blanc. Celui qui chante et jouait du piano debout. Heureux d'être là, malgré tout. Libre comme Max, parce qu'il y en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler. Voler dans les airs de musique, sur une aire de repos, dans l'air du temps, le bon, le mauvais.

Oui, mes amis. Chantons tous ensemble, c'est tout, sous la pluie de flèches de l'amour et sur le rythme de la chanson, d'une chanson, voire, qui sait, de mes chansons qui parlent d'amour avec humour noir, noir sur blanc, avec un peu de rouge sang. Et sous les plumes qui se sont envolées, brûlées les ailes et dont Cupidon s'est fait un coussin. Dans les raisins, y a des pépins. Alors cessons de boire trop de vin. Ces plumes qui ont troué mon cœur immense, hier de pierre, aujourd'hui de verre, si fragile, si vulnérable, au goût trop sucré du sirop d'érable, dont je bois la sève, tels Adam et Ève, le sang, encore trop souvent. Dans mes veines, coulent la musique de ce bel arbre généalogique bourré de génies très logiques parfois bourrés... de talent gâché. 

Je suis tentée de croquer la pomme de la vie. Mais à pleines dents ou à moitié ? Faut-il attendre qu'elle soit tombée ? Qu'elle soit toute noire ou plutôt verte, l'experte, pas mûre ni mature ? Telle est la question pour un Champion. Aux Diables, les (chaperons) rouch' ! Faut que ça nique, faut qu'ça bouch' !

O toi, l'Olive, grand fruit de l'Olivier, petite goutte d'eau dans cet océan, noir de monde, foule de gens qui ont le feu au cul, les jambes à ton cou. Le coup du lapin crétin, tu t'en souviens ? "En retard, en retard, il est toujours en retard, à en oublier d'voir et d'boire... de l'eau, il boit du noiiiiiiiiiir !" Doux Jésus, Dieu soit loué, tu es amour et créativité. Pour la Gloire, Grâce et Beauté. Attention où tu mets les pieds, gros bébé, dans mes rêves ou ta réalité ? Attention à la marche ou crève les cœurs, petite sœur, toute toute petite sœur, à ton poste d'observateur. T'es dans ma ligne de mire, filou, martyr. (rira bien qui verra le premier, puisque les derniers seront les... pédés ! Hihihi, naaaaan, elle a pas osé, ben si José !)

Et v'là t'y pas que je regarde par la fenêtre de mes ancêtres, vers le ciel en tirant la langue de vipère qui blesse et fait la fière. Confession intime. Mon blog amer, mon livre ouvert, comme mon livret vert sur mon compte bancaire, aussi vide qu'il y a du chaos sur cette terre, aussi plein que ma tête qui danse et qui danse comme un rat d'opéra ou un rat dégoûté, c'est selon. Vilain morpion qui rime avec Scorpion. Quand Sagittaire rime avec derrière. Qui chante et qui chante. Aux abois. Ta gueule, Val. Ta gueule, toi-même, Ol que j'aime, mon frère qui soigne les cœurs de ses soeurs, la double paire de paires. Pépères, mon Père. Dieu le veut, mon neveu. Même s'il ne reste plus qu'un cheveu sur la tête à Mathieu, le pieu. (rire, un voeu, un rêve à deux)

Main sur le.... sein, je m'engage à réciter par coeur ce bla bla bla qui est le premier pas dun coeur... Qui bat. Lentement mais sûrement. Mille merci, merci, merci, grand frère. Tu as ouvert les portes, mes portes. Tu es l'aîné, enchaîné, déchainé. C'est sensé. Je te promets de ne plus jamais aller plus vite que la musique parce que maintenant, je connais la chanson. (hihoooon, hihooooo, fait la vache qui rit avec l'âne érudit)

Muscialement vôtre, radicalement, moi. (parlons peu, parlons caca)

FIOUUUUUUUUUUUU, CA FAIT DU BIEN ! JE ME SENS LIBRE ! ET C'EST TOUT CE QUI COMPTE, A LA FIN !

CAPITO, LE GIGOLO ? IL FAUT POUVOIR RIRE DE TOUT, LES P'TITS BOUTS !

PS : Les choses sérieuses vont pouvoir commencer. Et je compte bien en rire.
PS2 : Je bous donc je sue. Faut que j'aille prendre une douche. Une nuit blanche dans le noir, ça fait travailler les méninges du vieux singe Raffiki, le mari qui n'a pas d'ami !
PS3 : La perfection réside dans l'imperfection. Donc stop à la recherche de perfection, parce que ça tue. C'est pas un scoop, c'est du vu et vécu à la loupe.
PS4 : la Play Station et les jeux vidéos, c'est pas mieux que le piano, c'est pas moins bien non plus, faut juste pas faire les malins sinon tu tombes dans le ravin.

Remerciements à ma famille et mes parents que j'aime tant. FYI  : Fuck Yeah I'm back on track,

Faon faon la tulipe qui file au casse-pipe. Vive Magritte et les frites ! Inconditionnellement et Assurément ! Alias Sainte Valentine qui attend son (Maurice) Chevalier sur le palier de son salon de beauté.

Notes de bas de page à la discrétion de l'auteure autiste, acteure, artiste : "Génial, Val. Un chef d'hors-d'oeuvre de la pieuvre. Te voilà la voix de Médusa qui médira de son encre noire sur sa toile d'araignée médusée. La panacée, quelle belle corvée, N'est-ce pas Olivier ? Magnifique, Atomic. Yeah ;) "Moooooon walking on my milky way, babe", faisait la cochonne avec Michael Jackson (my laugh, mu sun, my weapon)

Me voilà paisible voire même apaisée, face à l'impossible, j'ai ressuscité, mission accomplie, je peux me lâcher, merci Jésus, crie : "T'es qu'un en-cul-é ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...