dimanche 13 septembre 2015

En orbite

Chère Etoile, montre-moi ta lune que je juge si t'es bonne. Mais approche-toi, parce que je n'y vois rien ! Cet été, j'ai fait une rencontre qui m'en a mis plein les yeux, des étoiles. Sur le moment, qu'elles étaient bonnes... à croquer, avec leurs lunes de miel pleines... à craquer. Mais il m'a fallu du temps pour comprendre qu'elles étaient filantes et aveuglantes, ces étoiles.

Voici mes symptômes, jolie môme : ma vision n'a jamais été aussi floue, aussi trouble. J'ai le regard vide depuis une semaine. Et puis je vois trop grand et en double bouchée. Mon ventre est plus petit que mes yeux, apparemment. Alors voilà. J'ai décidé de réagir. Sache que dès demain, je regarderai la vie d'un autre angle. Un nouveau jour se lève. J'en ai la larme à l'oeil. En effet, je me confie à Monsieur Compas-Dans-l'Oeil-De-Boeuf qui, après avoir jeté un coup d'oeil, non du coin de l'oeil, à mes yeux bigleux auxquels je tiens comme à leur prunelle, m'a dit pouvoir me soigner en un clin d'oeil, de son major laser de super docteur ! 

Y en a marre de ne pas avoir les yeux en face des trous. Ca va me coûter les yeux de la tête. Une opération délicate et exorbitante, mais bon, faut ce qu'il faut. Ceci étant dit, ce qu'il faut surtout, là, c'est que je ferme l'oeil de la nuit si je ne veux pas tourner de l'oeil. Vivement voir d'un très bon oeil ce qui m'était invisible à l'oeil nu. Vivement me relever... du bon pied, bon oeil. Vivement boire à l'oeil... à ma santé !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...