mercredi 10 février 2016

On se tient au jus ?

Aaaah ! Le jeûne se rapproche, quelle histoire ! Depuis lundi 1er février, j'ai commencé à me préparer à cette semaine de randonnée en Drôme Provençale où mes seuls repas seront... de l'eau. Quelle folle, je suis, me direz-vous... Non, non, d'en avoir ressenti tous les bienfaits, l'an passé en Thaïlande, c'est avec grand'joie que je réitère l'aventure cette année... Plus je lis et me renseigne à ce sujet, plus je suis convaincue par l'approche. Il faut dire qu'elle me convient à moi et que je la sens bien. Si ce n'est pas votre cas, surtout n'essayez même pas ! A chacun sa méthode, dépendant de son style de vie, son parcours, etc.

Comme la fois précédente, il s'agit de diminuer peu à peu sa consommation de merdes, d'ici le premier jour de jeûne. La semaine passée, j'ai donc enlevé les crasses (chocolat, biscuits, gâteaux, chips), le café et l'alcool. Cette semaine, j'ai enlevé les laitages, la viande et les féculents. Hormis les flocons d'avoine et le lait de soja du matin, ainsi que les galettes de riz et de maïs, je n'ai mangé que des fruits et des légumes, sous forme de jus, tapenades, boulettes... 

Il a donc fallu que je ressorte de ma cave mon attirail de naturopathe (cuit-vapeur, extracteur, blender...). Et franchement, jusqu'à présent, mon corps le vit très bien. Pas de manque, ni de déprime et un meilleur état de santé (j'ai commencé limite grippée, ganglions enflammés, aphone, me voilà guillerette et bien en forme). Il faut dire que je me suis également inscrite à un stage d'acro-yoga-dynamique, à l'Espace Catastrophe,  de 19 à 22h depuis ce lundi et jusque vendredi. Or, la pratique est vivement conseillée en période de détoxination. Car cela demande beaucoup d'énergie, laquelle circule plus librement avec le yoga et la respiration profonde. Par ailleurs, pour réussir mon challenge au mieux, j'ai choisi de me focaliser sur ma remise en forme en ne prévoyant rien d'autre à l'agenda.

Ce soir, c'est le grand soir, puisque je passe à l'étape suivant : je m'enfile une bouteille de jus de pruneaux, à la veille de mon irrigation du côlon, réservée chez une spécialiste, dans le centre de Bruxelles (recommandé avant et après le jeûne. Moi j'en fais un avant et j'utiliserai un bock à lavement de la pharmacie après). Et dès demain, je ne mange plus que liquide (soupe et jus de fruits et légumes) jusque samedi où le jeune hydraulique démarre !

Forcément, le plan est de changer petit à petit mon alimentation sur le long terme (ce que je n'étais pas prête à faire avant ce jour), à savoir cuisiner plus et mieux, en mettant les légumes à l'honneur, tout en maintenant de faire une detox à chaque changement de saison, quatre fois par an, mais probablement pas aussi complète que celle que je m'apprête à faire cette fois-ci (de fait, après le jeûne, je m'attaque à la cure de foie et de l'intestin, affaire à suivre dans un prochain article. J'aurai terminé tout mon petit programme le 6 mars et vous tiendrai au courant de mon état). 

Bien sûr, je ne renoncerai pas, du jour au lendemain, à toutes les choses bonnes au goût mais pas bonnes pour moi, qui ont fait le chemin de mon tube digestif dans le passé, mais clairement, je compte manger de façon plus ponctuelle et occasionnelle ce genre de mets adipeux ou sucrés. J'ai déjà hâte de me réintéresser, comme il y a deux ans, à l'alimentation vivante, il y a tellement de possibilités ! Je suis très contente, car j'ai rencontré, à l'Espace Catastrophe, d'autres filles avec qui on risque de s'organiser de temps en temps des soirées-cuisine de la sorte, histoire d'échanger tous nos trucs, astuces et recettes ! Si ce n'est pas encourageant, tout ça ? 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...