jeudi 17 mars 2016

Brel brûle son brol

Ce matin, quatrième jour de jeûne à la mer, je me suis attelée à l'un de mes gros devoirs en musique : la reprise de Jacques Brel (dont j'ai encore vu un portrait pas plus tard que mardi), "Quand on n'a que l'amour", pour le mariage d'une amie le 23 avril. Je suis très contente car j'ai réussi à trouver les accords à l'oreille, dans ma tonalité, une grande première ! (Je ne m'y étais jamais vraiment essayée, auparavant). Niveau vocal, il y a énormément de boulot, je commence lundi avec mon coach, sur l'instru piano que j'aurai enregistrée ce soir ou demain. Si ça marche, ça va résonner à l'église !

Parallèlement, j'ai les 14 chansons de mon projet Avenue. à retravailler complètement, avec un nouveau guitariste, pour mon premier concert depuis plus de deux ans, le 24 avril, rue Haute à Bruxelles, au concept store Belge une fois... Ma voix n'est plus du tout adaptée au répertoire, depuis mon opération et mes cours de chant. Je dois vraiment trouver de nouvelles pistes d'interprétation. J'y tiens ! Même si ces chansons sont vieilles, je les trouve toujours aussi belles et j'aimerais vraiment les partager et les sortir, arrangées, sur un album, en parallèle de mon album francophone, un jour ou l'autre. 

Bref, dès mon retour, va falloir, s'échauffer, s'exercer, pratiquer, travailler comme une pétée, d'autant que sur Facebook, beaucoup de gens ont déjà manifesté leur intérêt pour l'événement ! Une pression, mais nécessaire pour avancer... Faut vraiment pas que je panique mais bien que j'y aille en confiance, cultivant autant que possible une bonne estime de moi, pour le coup (je ne vais pas lâcher la méditation, de sitôt, je pense...). Pas évident, mais je m'accroche, je n'ai pas le choix si je veux me soigner de ma maladie du siècle !!! 

Je suis vraiment soulagée, aujourd'hui. Je commence enfin à trouver un sens à donner à mes journées et ça fait plaisir ! Mes deux semaines de jeûne, proche de moi et de la nature, m'ont apporté plein de clés. Mon angoisse du vide devrait se dissiper peu à peu et mes crises de boulimie aussi, par conséquent :) Et même si je me vautre complètement, ce qui m'étonnerait, si je travaille à fond en amont, le chemin m'aura fait grandir, donc pas de stress, tant qu'on apprend et évolue, c'est tout ce qui importe, n'est-ce pas ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...