dimanche 29 mai 2016

Mot, us et bouts cousus

Quelle journée. Riche en émotions. Je me suis levée avec l'envie de rien. Peut-être juste celle de trainer dans mon lit... ou celui de ma soeur qui a débarqué chez grand-mère, il y a maintenant trois semaines et qui dort, à mon grand bonheur, au même étage que moi. 

Petite parenthèse, ici... Je voudrais dire à quel point je suis contente de vivre sous le même toit qu'elle, pour le moment. On se découvre, comme on en a rarement eu l'occasion, jusqu'à présent. C'est magnifique. Et parenthèse dans la parenthèse, c'est même toute cette colocation à l'ancienne qui me ravit. Actuellement et plus pour longtemps, il y a mon beau-père, mon cousin revenu de Bangkok, et puis, mères et filles sur trois générations, réunies : ma respectée et respectable grand-mère, ma tendre mère, ma soeur préférée et moi. Insolite, ce regroupement. Je savoure car je mesure la grande valeur de cette proximité exceptionnelle, fruit d'un concours de circonstances, heureux finalement, qui nous soude et nous lie, dans une dynamique que je trouve sereine, porteuse et bienveillante. Une période de transition dont je me souviendrai, y a pas de doute.

Pour revenir à la première parenthèse avec ma soeur, c'est bien simple, quand l'une va moins bien, y a l'autre pour la tirer vers le haut. C'est top, cette complicité qui se développe. Aujourd'hui, en l'occurrence, c'est elle qui m'a sortie de mon humeur maussade et m'a poussée à faire ce que j'avais prévu pour moi : la fête du réseau Kalame, à 15h, rue Joseph II. A vélo, sous la pluie, elle m'a accompagnée et littéralement déposée devant la porte, avant de se remettre en selle en direction de la rue Haute.

Et je ne regrette pas. Merci Caro. J'ai passé mon après-midi à la Maison de la Francité, avec d'autres amoureux des mots, alors que sous cette bruine qui trempe bien, s'achevait à peine la 37ème édition des 20km de Bruxelles. J'y ai suivi mon premier atelier d'écriture, sur le récit de vie, animé par Micheline Ligot. Deux exercices, deux thèmes (la maison natale et la lettre à un(e) proche), qui ont donné lieu à deux textes, en trente minutes, pour chacune des cinq participantes du jour, qui avait ensuite le choix de lire ses écrits au reste du groupe. Une expérience étonnante voire troublante qui a notamment vu jaillir la pluie et les larmes qui étaient contenues dans mon bic. Ca m'a fait un bien fou. A tel point que demain, je me rends Galerie St-Hubert, tester un atelier d'écriture qui deviendra peut-être un rendez-vous hebdomadaire, dès septembre, si j'accroche.

Et pour clôturer l'événement sur une petite touche magique, spirituelle et hors du temps, j'ai rendu visite à Josiane, une poète de bonne aventure, dans sa caravane parquée à l'entrée, qui m'a offert un très joli texte, une sorte d'horoscope imaginaire, rédigé en 20 minutes sur base des deux planètes (Vénus et Jupiter) qui me sont venues à l'esprit à sa demande, de cartes (Justice et Etoile) et de mots ("découvrir", "saignent", "divan", "doute", "énigme") tirés au hasard de notre brève rencontre. Voici un extrait de son message improvisé pour moi : "La lumière qui émane de votre coeur vient d'un bel aspect de Vénus posée au carré de la Lune et qui va réveiller en vous une réserve d'énergie délicieuse. Cela se passera dans le prochain mois. Vous allez découvrir tant et tant de trésors enfouis en vous. Savez-vous que vous êtes capables de déceler toutes les aubes, et aussi celle de la conscience ? Jupiter l'annonce avec force ! Le doute est un obstacle que vous dépasserez ; les blessures qui saignent seront guéries. Votre enfant d'or veille sur votre énigme et les étoiles aiment vous regarder vivre. Vous pouvez franchement vous laissez aller dans le divan du monde. Vous serez aidée. Ne renoncez jamais à peindre votre vérité dans les nuages et les brumes célestes. Ils arroseront, chaque jour, votre marche solitaire et vos mains singulières".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...