lundi 15 mai 2017

C.H.E.E.R.S, P.E.A.C.E & L.O.V.E to us all !

Voici la conclusion de ma recherche, ma quête existentielle qui consistait à démontrer par A + B que la vie est belle, ou le développement complet de mon cheminement interne (= le décodage du disque dur et la reprogrammation du soft ware à l'intérieur de ma boite crânienne) pour libérer mon processus créatif et ce faisant, ma joie de vivre et ma libido et donc ma fertilité, me permettant enfin de goûter au bonheur d'être et ce, en pleine conscience, dans l'instant présent :)

Car oui. La boucle est enfin bouclée dans ma petite tête. Il n'y a plus qu'à poursuivre la matérialisation de ma pensée pour bien communiquer la puissance de mon intention, ce que j'ai compris et intégré dans le monde de mes idées, de la façon la plus vraie, présente, claire, précise, concise, limpide qu'il me soit possible d'offrir à l'instant T. Bref, j'entre désormais dans la phase de laboratoire de recherche de la communication symbolique et universelle, où le message (quel que soit la nature de l'émetteur et du récepteur) est l'essentiel. Message que je traduirai à ma manière, avec humour et auto-dérision.... à la Belge, bien sûr. Un peu d'humour noir, beaucoup de rire jaune et de l'amour rouge sang à volonté.

Une phase qui implique beaucoup de travail hors de ma zone de confort (où la magie opère), du temps de maturation, des essais et des erreurs via la pratique (car l'échec absolu n'existe pas, parlons plutôt d'échecs relatifs nécessaires à la bonne réussite d'un projet de vie), ainsi qu'une belle équipe au service du projet (et non de l'égo), sous un management moderne où le bien-être des ressources humaines est au centre. Et ce, à travers mon art en constante recherche/évolution, en constant développement (personnel), au rythme de la loi de la nature (l'impermanence des choses où rien ne se perd, tout se transforme) et dans tous les canaux qui m'intéressent : voix, chant, danse, musique, dessin, spectacle vivant & arts de la scène, vidéo, stylisme, photographie, écriture, cuisine, sciences naturelles, psychiatrie, spiritualité, médecine traditionnelle, naturopathie, voyage, journalisme, socio-anthropologie, économie, gestion, politique, philosophie... et bien d'autres domaines...

En ce qui me concerne, mon apport à la société, mon temps citoyen est dorénavant d'oeuvrer à un niveau essentiel et profond pour déceler les failles de chaque système à la source et non au niveau des symptômes, afin de proposer des solutions pour amener une (r)évolution. Une sorte de consultante, si on veut. Sachant que la faille du système actuel, c'est la communication, dont je suis experte, à force de l'avoir bien travaillée. Si je suis première de classe (mondiale), encore (Intello ? NON ! Juste intelligente, comme chacun(e) d'entre nous à son niveau, d'où la stupidité de notion de compétition, valeur intrinsèque du capitalisme, qui met tout le monde sur un pied de comparaison, de manière purement et parfaitement illogique).

Et donc, si je suis première de ma classe mondiale, ce n'est pas nécessairement et uniquement grâce à mon master d'un an en communication culturelle à Louvain-La-Neuve, bien qu'il soit très clair qu'il fut une étape clé du parcours que je ne regrette pour rien au monde (à quoi ça sert, à quoi bon ?), puisque ça m'a quand même permise d'être embauchée dans une boite de journalisme culturel (mode et musique), une boite à caca, en plein coeur de Paris, la capitale de la Lumière, où j'ai eu la chance d'être sous payée, mal traitée jusqu'à presqu'en crever psychiquement (qu'on se le dise...), le 21 décembre 2012, fin du monde des Mayas, le jour où j'ai tout plaqué pour rentrer d'urgence en Belgique, afin de me faire prendre en charge par la Cellule de crise psychiatrique de Saint-Luc d'abord (qui n'avait pas les outils pour comprendre mon cas, à ce moment-là) et puis entre les meilleures mains qui soient pour moi : mon psychiatre, mon Roi Albert, auprès de qui j'ai enfin pu apprendre l'école de la vie, durant trois ans de master avec un prof particulier passionné et inspirant, un mentor dont j'ai gracieusement pu être la disciple, avec un passage nécessaire en stage pratique d'une semaine à l'hôpital psychiatrique César de Paepe. Expérience extrêmement difficile, certes, mais sans laquelle je ne serais pas là aujourd'hui et que je ne voudrais différente pour rien au monde, aujourd'hui.

Pour parvenir à mes objectifs, il m'a toujours fait sens de commencer par chercher à comprendre mon propre système de fonctionnement interne dysfonctionnant (= faire le tour de mon nombril, comprendre la carte mère, la carte aux trésors, la carte son, histoire de ressentir à quelle fréquence exacte je vibre...), de l'ACCEPTER (ce serait dommage de se laisser lobotomiser la matière grise... hum... rose ?) et d'en tirer le meilleur, par le biais du lâcher prise. Ensuite, il a fallu intégrer les nouvelles clés de décodage et les reprogrammer sur un disque dur vierge et enfin, réapprendre à fonctionner à l'endroit dans un monde à l'envers, afin d'avoir la possibilité, le choix d'agir en harmonie avec son environnement, où la communication interne/externe est par nature parfaite, à tout moment.

Car la fatigue extrême (burn out), la perte de l'élan vital (dépression) ou l'ennui (bore out) pour ne citer qu'eux, sont et restent encore et toujours les symptômes de la maladie profonde du monde, sa crise identitaire à échelle de plus en plus mondiale. Symptômes par essence culturelle et non naturelle. Entre nous, vivement que nos dirigeants s'attaquent à la source du problème avec un énorme P comme dans POPO, car on est dans un état d'extrême urgence. Entendez bien (voire écouter, si vous en avez la compétence, laquelle peut s'apprendre comme toute compétence, avec le temps et la persévérance, surtout à l'heure où l'information est accessible à tous) qu'on ne peut guérir l'autre si l'on n'est pas guéri soi-même. On ne peut être en couple sainement, si les individus n'aspirent pas à devenir des sujets individués et autonomes affectivement (puis financièrement), on ne peut être heureux si l'on met le paraitre et l'avoir en priorité à l'être défini par le faire (quand l'être précède le faire qui lui même permet d'avoir), on ne peut vivre en société, ensemble, en harmonie, si l'enfant ne reçoit pas les outils pour devenir adulte... et ce quel que soit le système. Il s'agit là d'une notion basique et universelle, compréhensible en toute simplicité via le langage binaire.

Concrètement pour moi, cela signifie qu'à moyen terme paraitra : 1) un double album (numérique en tout cas), 2) un show multimédia et pluridisciplinaire, 3) un livre, 4) un film et bien d'autres choses dont des actions pour des oeuvres caritatives que j'ai bien en tête, comme tout le reste. Et ce, d'ici l'âge de ma mort que je visualise à 106 ans, lors de l'éclipse lunaire en France. Le tout - quel que soit ce que je produis - à destination très ciblée de nos âmes d'enfant en perte de repères (et ce quel que soit l'âge du récepteur, pédiatre pour adulte que je suis également, hihihihohoho).

La matière première de mon oeuvre, c'est mon écriture (et notamment celle sur mon Blog et mes multiples carnets et journaux intimes), ou ce pont magnifique de mon subconscient au conscient. En d'autres termes, c'est la boite noire (mon cerveau) que j'ai apprivoisé, dont je suis aux commandes de façon indépendante et autonome et qui me permet de monter, créer, matérialiser (encore ce mot) ma star(t)-up à 28 ans, en collaboration avec d'autres personnes qui se rallient à la cause que je défends et dont la qualité principale est la motivation avec un M aussi grand mon tout petit coeur (le reste s'apprend sur le terrain), en phase avec ma vision, mes idées, dans une relation de confiance qui se construit à force que l'on apprend à se (re)connaitre.

Ouf ! Sauvée ! Adieu masque tout pourri ! Je ne suis pas peu fière et j'ai bien raison de le sentir ainsi ! Je l'ai échappé belle en faisant confiance à mon intuition qu'autre chose m'attendait sur cette terre que la mort psychique (la folie), le suicide ou la survie (via le conformisme et la résignation), le destin de tant de personnes autour de moi. A présent, c'est parti pour de nouvelles aventures VIVANTES, hautes en couleurs, riches en belles rencontres avec d'autres personnes que moi-même, avec qui j'ai les bons outils pour communiquer sainement et avec qui je suis amenée à évoluer et réfléchir enfin à l'aide de MA voix, mes capteurs sensoriels et MON langage propres, après tant d'années de ruminations pénibles, de souffrance et de combats entre deux voix diamétralement opposées dans ma tête : celle de mon instinct de survie versus celle dictée par une norme très puissante, pesante et massive qui ne correspondait absolument pas à la mienne.

Tels sont les coulisses de mon processus créatif, commun à tout être doté d'un cerveau non détraqué, même si la créativité prend forcément une forme unique, individuelle et personnelle à chacun.

En conclusion, la bipolaire hypersensible et confuse avec un haut trouble de personnalité est maintenant solaire et lunaire, sensible, en équilibre, vivante, à chaque instant. Un être normal, selon sa norme. La vraie vie peut commencer dans un corps qui s'auto-guérit à mesure qu'il crée, où libido et joie profonde sont définitivement sur le chemin du retour ! YIHAAAAAAAAAA ! Au nom de mon père, son fils et mon sain esprit !

Le décodage précis et juste de son propre langage afin de mieux communiquer avec soi-même et les autres, c'est la clé du fil conducteur vers le bonheur.

CQMFSDD = Ce qu'il me fait sens de démontrer,

C.H.E.E.R.S, P.E.A.C.E & L.O.V.E,

Lady Valentine

Remerciements à toutes et tous, lecteurs et contacts Facebook (car chacune de vos réactions - ou non réactions - à mes propos de moins en moins délirants a été scrupuleusement analysée via les outils prévus à cet effet, afin de construire mon esprit critique et éclairé). Merci à l'univers de me fournir en quantité illimitée les ressources et les solutions qui me conviennent (= amour, rire, créativité, saine nourriture pour le corps et l'esprit, à travers les rencontres et voyages, la formation continue auprès de belles personnes, le yoga, la méditation, la visualisation créatrice, le sport, le sommeil, les émissions, livres, webzines et articles de fond inspirants et j'en passe des vertes et bien mûres...) afin de me réinsérer socio-professionnellement pas à pas et à mon rythme.

😇 Car ça y est, je suis ENFIN (r)éveillée, guérie et parée/armée pour le show business, ici et maintenant ! Je suis sure et certaine à présent de ne pas finir seule et triste, nympho, sous coke, sucre, médocs ou autres drogues plus ou moins dures et en éternel besoin de reconnaissance (tout au plus, solitaire et joyeuse en éternelle reconnaissance de la beauté de la vie). Je peux donc sortir de ma bulle déconnectée de la réalité, de ma grotte d'idées platoniques au fin fond des bois, de mon arrêt maladie et me remettre au travail dans ma bulle artistique, bien plus porteuse de vie... Un dur labeur qui ME fait sens, avec les bons yeux pour lire la vie et écrire la mienne : la voie/voix de mon coeur 😍 pour parler aux coeurs en détresse, aux âmes d'enfant prisonnières et les libérer par la danse et la musique, comme au bon vieux temps !

Un énorme merci au système social belge actuel et à toutes les personnes qui y contribuent, à ma mutuelle qui m'a permis de m'en sortir via les allocations, et special big up à mon psychiatre Albert et mon médecin conseil Marc à l'Inami. Je dois une fière chandelle (haha) à cette société ! Et surtout, merci à la famille et aux quelques amis qui m'ont toujours soutenue malgré les profondes difficultés et incompréhensions qui ont jalonné mon parcours. Car aujourd'hui TOUT M'EST CLAIR/M'ECLAIRE ! Et enfin, une énorme pensée à mon frère Olivier, cet arbre magnifique, qui me donne la sève, cette force incroyable pour VIVRE : faire ce que j'aime avec celles et ceux que j'aime. Feeling blessed, émue, touchée, heureuse, sauvée (et un peu fatiguée). Et maintenant, au boulot, métro, dodo... à ma façon, encore, toujours et à jamais pour l'éternitéééééé, jusqu'à l'infiniiiii, afin de m'assumer telle que je suis : une vraie bête de scène hyper belle, féminine et sensuelle (work in progress/en devenir), en chair et en os, qui a énormément à offrir, recevoir, donc à échanger, dans le désir gratuit (et le meilleur des mondes, oui oui) !

Et pour célébrer ce trèèèèèès heureux événement de renaissance à moi-même (sous l'avatar Lady Valentine et non plus Atomic, dont l'énergie est bien plus meurtrière), rendez-vous le 25 mai, jour de l'Ascension, oui oui, à 20h, sur les ondes de La Première pour une première interview exclusive sur l'émission "Il était une Foi" (contenu des Eglises Catholiques de Belgique, tradition dans laquelle j'ai grandi) sur le thème de la musicothérapie, à travers mon parcours (avant le reportage sur la RTBF en septembre), et ensuite sur scène à Le Rideau Rouge, le 22 juin à 20h, pour mon SHOWCASE ! Every single one is well, come, my dearest rainbow family ;)

Alors, une nouvelle page s'écrit... Toute blanche, comme à l'Eurovision ! Dites donc, elle n'est pas belle, la vie avec le grand V de Valentine, Victoire, Valeurs, Vertu, Virilité, Vénus, Virginité, Vin, Voix, Vérité... Volaille (hihihihohoho) ?

C.H.E.E.R.S, P.E.A.C.E & L.O.V.E to us all, to our soul !

Lady Valentine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon voyage !

  Mamita,  J'ai eu l'immense chance et bonheur de partager ton quotidien durant trois années importantes de ma vie. Quand je suis ar...